Gardez l’oeil ouvert – 1 – Victoria Charlton

J’avoue que c’était une tentative risquée pour moi, ce livre. Je n’ai pas tant écouté son podcast mais je l’ai commencé sur la route et j’avais besoin de quelque chose qui ne me demande pas toute ma concentration. C’était parfait? Ok, non… pas tant.

De quoi ça parle

Victoria Charlton est la queen du true crime sur Youtube et en podcast. Elle se passionne pour les mystères, les cold cases et les crimes non résolus. Ici, elle nous raconte 15 disparitions étranges et non-expliquées. Et je vous vends le punch (bon, ok, pas tant, c’est dans le titre), nous n’aurons pas la réponse. Soyez en avertis!

Mon avis

Je pense que mon avis est l’histoire d’une non-rencontre. Je sais que ce type de contenu est hyper populaire, Victoria Charlton a plus de 700K abonnés sur Youtube et des millions de vues. Donc ça plait et ces histoires trouvent leur public. Sauf que, visiblement, ce n’est pas moi.

Tout d’abord, l’audio n’a pas passé, ce qui m’a un peu étonnée. La narration est remplie de pauses… étranges. Souvent au milieu des phrases, ça a enlevé beaucoup de fluidité aux récits. Et je ne vous parle JAMAIS de la narration. Il faut donc que ça m’ait dérangée. Je suis donc passée au papier. Pas mieux. La structure est très orale, avec parfois des accroches parlées dont je me serais passée. Les phrases sont très simples, trop simples, et elles m’ont parfois fait sortir de ces histoires qui auraient dû me garder davantage accrochée.

Les histoires sont mystérieuses à souhait mais une seule m’a réellement frappée, celle dont j’avais déjà entendu parler dans 2666 de Bolano, roman qui m’avait bluffée, celle des femmes de Ciudad Juarez, qui vient me chercher. J’ai aussi apprécié celle qui parle d’une femme qui n’était pas la « parfaite victime » et les réflexions sous jacentes. De plus, Charlton est très respectueuse des victimes et de leurs familles. Toutefois, j’ai presque déjà tout oublié et je dois avouer que je préfère avoir quand même un semblant de réponse aux intrigues que je lis. Pas pour moi, comme je le mentionnais plus haut.

Bref, je ne crois pas renouveler l’expérience et le style d’écriture et les finales toutes pareilles ne m’ont pas plu. À vous de voir.

Du thé pour les fantômes – Chris Vuklisevic

Si je vois le mot « thé » dans un titre, je ne résiste pas. Et quand le dit titre se retrouve dans plusieurs listes de favoris 2023, j’hésite encore moins! Ça vous surprend?

De quoi ça parle

Félicité a un salon de thé très particulier. C’est qu’avec ses étrangethés, elle peut faire passer les fantômes dans l’au-delà. Félicité a une soeur, Agonie, qui est sorcière, et qu’elle n’a pas vue depuis 30 ans. Sauf qu’après un événement qui bouleverse Félicité, elle va se décider et contacter sa soeur à l’aide de ce thé magique… et le passer va ressurgir.

Mon avis

Je croyais avoir affaire à un roman YA tout bête… mais ma foi PAS DU TOUT! J’aurais du mal à catégoriser ce roman qui semble parfois jeunesse, parfois adulte, mais qui nous amène dans l’arrière pays de Nice dans une amosphère à la fois nostalgique et merveilleuse sans que personne ne se pose trop de questions. Réalisme magique, quoi. Ou du moins, ça s’en rapproche.

Tout d’abord, nous avons une plume poétique, belle, qui nous transporte tout de suite dans un monde qui est autre, où tout peut arriver. Pourtant, après un début tout en douceur, rempli de fantômes capricieux et de tasses de thé, on réalise que derrière toute cette cosiness se cachent des histoires lourdes d’injustices et de violences. C’est que si les deux soeurs ne se parlent plus, ce n’est pas pour rien. Elles sont toutes deux différentes, ont des dons différents… dont certains sont plus faciles à aimer que d’autres.

Bref, on ne les aimait pas également. Leur enfance dans un petit village isolé rempli de mystères et de légendes n’a pas été simple et elles vont partir à la recherche de leur passé, tenter de comprendre qui était leur mère, pourquoi elle agissait comme elle l’a fait. Et ce périple va les faire voyager dans le temps, de leur vallée aus déserts d’Espagne. C’est à coups d’actes manqués, de crasses mutuelles et d’insultes voilées qu’elle vont se redécouvrir et faire la paix avec leur passif et se pardonner.

Bref, un univers de thés fabuleux, de personnages qui sont multiples, une vraie histoire de sororité, de la poésie et un très beau parcours. Certes, on pourrait reprocher quelques facilités narratives mais j’ai craqué pour le personnage d’Agonie et ses fleurs carnivores. Donc je recommande.

Rétro Love – Julie Rivard

Ok, premier aveu. Je n’étais pas du tout la cliente-type pour ce roman. J’avais même refusé la première offre de service presse. Par contre, après avoir vu des retours de FOLIE sur Instagram, je me suis dit que je manquais probablement quelque chose. J’ai donc tenté le coup, surtout que le thème principal en est un que j’aime bien.

De quoi ça parle

Élie habite Chicago. Elle a une « grosse job » où elle excelle et revient dans son Limoilou natal pour la baptême de son neveu. Mais son train sera frappé par un éclair pendant un orage d’hiver et elle va se réveiller toujours à Limoilou, mais clairement pas dans le Limoilou qu’elle connaît. Ici, les voitures sont vintage et les jeunes sont coiffés comme dans Grease. Complètement déboussolée, elle va devoir se faire une place et certaines rencontres vont la bouleverser.

Mon avis

Je vousu avoue, j’ai eu peur. Mais vraiment. J’ai failli abandonner le roman après 50 pages car je n’adhérais pas du tout, mais alors pas du tout au style. Je sortais d’un roman très littéraire et ici, on était totalement dans autre chose. Phrases très simples, orales et surtout, surtout, beaucoup de points d’exclamation (mon pet peeve personnel alors que j’en mets moi-même beaucoup trop dans mes chroniques écrites). En plus, toutes les références sont expliquées, ce qui est une autre pratique qui ne me plait pas particulièrement. Du coup, j’ai refermé le livre, je me suis endormie… et je me suis dit que je verrais le lendemain.

Imaginez-vous ma surprise quand le lendemain, j’ai repris le livre et que je l’ai refermé, terminé, deux heures plus tard en me disant qu’en fait, j’avais passé un bon moment! Oui, un point d’exclamation. Je sais.

C’est donc une chouette comédie romantique qui nous fait rencontrer Elie, complètement déboussolée alors qu’elle n’a plus aucun repère. Non mais une vie sans téléphone, je ne pense pas que j’y survivrais! Et sérieusement, elle est vraiment dans le trouble. Pas d’argent, pas d’amis, elle doit avant tout survivre, ne pas dormir dans la rue et ne pas mourir de faim. C’est déjà tout un programme. Of course, elle va rencontrer des hommes (deux, en fait), avec qui elle va tisser des relations, qui vont la bouleverser. Que va-t-elle faire? Partir ou rester? Et d’ailleurs, a-t-elle le choix?

Pour apprécier ce roman, il ne faut pas se poser de questions. On part d’un principe fantastique (SF plutôt) mais même dans cette dynamique, il faut juste… accepter. Une fois le tout intégré, je me suis laissée emportée par le Limoilou des années 60 et cet aspect est vraiment très cool. Je suis née dans les années 70 et plusieurs des références me ramenaient aussi dans mes souvenirs d’enfance. Les incompréhensions donnent des situations assez comiques et j’ai adoré l’amitié entre Élie et Lucille, qui se bâtit avec le temps. J’ai aussi bien aimé les deux intérêts amoureux, l’un plus que l’autre, of course, et bref, ça a bien passé. Un agréable divertissement.

J’aurais peut-être aimé en savoir un peu plus vers la fin, côtoyer davantage Elie après un certain événement mais en gros, je n’aurais jamais cru avoir un tel avis après les 60 premières pages. Pas mal du tout!

Le Colère et l’Envie – Alice Renard

C’est parce qu’on m’en a vanté la plume que j’ai choisi de lire ce roman. Et c’est parce qu’on m’avait prévenue que c’était à la limite du réalisme magique que je l’ai aimé.

De quoi ça parle

Depuis toujours, Isor laisse ses parents désemparés. Elle est différente, mystérieuse, ses comportements sont souvent incompréhensibles, entre crises, réactions démesurées et moments de grâce.

Près de chez elle, Lucien. Septuagénaire reclus qui va un jour s’en occuper, le temps de la visite d’un ouvrier. Ces deux-là vont se trouver… et tout va changer.

Mon avis

Quand je lis des romans traitant de ces thèmes, j’ai du mal à mettre de côté mes années à connaître des jeunes qu’on dit « différents », des jeunes neuroatypiques, des personnes qui voient le monde d’une façon différente de la mienne. J’ai vu de belles histoires, des évolutions inespérées. Peut-être toutes ces années m’influencent-elles davantage que je ne l’aurais cru. Lucky me, on m’avait avisée que ce n’était pas nécessairement réaliste en fin de récit. Le sachant, j’ai pu me concentrer sur le côté beau et lumineux du parcours d’Isor et apprécier la plume de l’autrice. Car il est presque étonnant de réaliser qu’Alice Renard n’avait que 21 ans lors de la publication de ce roman tant il y a de justesse dans les réflexions.

J’ai adoré la première partie, où nous pouvons rencontrer chacun des deux parents séparémenet, alors que généralement, nous avons tendance à les voir comme un tout. Isor peut être une enfant solaire par moments mais elle est surtout déconcertante et imprévisible. Elle ne parle pas, répond très peu aux consignes, a des intérêts restreints et des particularités sensorielles qui rendent le quotidien difficile. Les parents ont vu médecins, psychiatres, orthophonistes et psychologues. Personne ne semble les comprendre et Isor n’entre clairement pas dans les cases ni du DSM ni du monde médical. Ils ont donc tourné le dos au système médical et au système scolaire et ont construit un cocon pour eux trois où personne d’autre n’a de place. Tout est organisé autour d’Isor. Et les pensées des parents… c’est tellement juste, ça ressemble tellement à ce que j’ai parfois entendu… Il y a tellement d’ambivalence, tellement de sentiments difficiles à avouer mais qui sonnent vrais. Cette partie est tout bonnement géniale.

J’ai moins accroché à Lucien, du moins par au début. On comprend davantage son attitude vers la fin du roman, quand on comprend son histoire. Entre Isor et Lucien, c’est l’affection immédiate. Ils s’acceptent comme ils sont sans poser de question, avec juste de l’ouverture et de l’amour. Certes, le discours de Lucien surprend un peu au départ mais j’ai choisi de le voir comme l’amour d’un grand-père.

Dans ce roman, l’amour est parfois maladroit, parfois étouffant, parfois teinté de culpabilité ou même de colère. Mais il existe et c’est bien. Et je relirai clairement l’autrice.

Toute la couleur du monde – CS Richardson

Je résiste rarement aux publications d’Alto, qui est l’une de mes maisons d’édition préférées. Et ici, on me parlait d’art, de couleurs, de deuil… comment vouliez-vous que je résiste à ça? Et on en parle de cette fantabuleuse couverture? Bref, j’ai refermé le roman avec la phrase suivante : « j’ai donc ben aimé ça »!

De quoi ça parle

C’est l’histoire d’un homme dont le père est revenu de la première guerre mondiale avec un seul bras. Un homme qui a aimé. Un homme qui a perdu. Il aime copier les grand maîtres et est fasciné par l’art et son histoire.

Et c’est à travers les couleurs et l’art que nous allons découvrir des moments de son existence.

Mon avis

Allez, je vais sortir les grands mots. Je pense que ce roman est ma lecture préférée de 2024 à date. Et je voudrais que TOUT LE MONDE le lise.

Il faut dire que c’est totalement dans ma palette. Des vignettes, des moments de vie fragmentés alternés avec d’autres où l’auteur nous parle d’arts, de couleurs et de leur histoire. Ces pages éclairent différemment le décit et il y a des liens parfois ténus, des fulgurances aussi. Bref, j’ai adoré ce récit par petites touches qui nous raconte un homme qui a aimé, qui a souffert et qui se retrouve perdu dans les souvenirs qu’il n’ose pas affronter. Les fils se croisent et s’éloignent et en plus de nous permettre de jeter un autre regard sur la vie d’Henry, ils nous font fouiller dans les méandres d’Internet pour découvrir oeuvres et artistes, parfois connus, parfois non.

Nous avons une plume très poétiques dans les passages au « tu » où on nous parle du personnage principal et plus factuelle dans les passages sur l’art. Malgré tout, l’ensemble est très évocateur et on réussit à ressentir la profonde angoisse du personnage qui associe une couleur ou une oeuvre à un moment ou à un autre de sa vie. Ça parle de deuil, de trauma, d’amour , de culpabilité et de quête de rédemption, on nous balade à travers l’espace et le temps… j’ai adoré. Peut-on se pardonner? Et si l’éclairage de l’art était la solution?

Je recommande si vous aimez les récits plus qui nous offrent des flashes de vie, un peu à la manière d’Eric Plamondon dans sa trilogie 1984. Mais non, en fait. Je recommande à tout le monde!

Tous les membres de ma famille ont déjà tué quelqu’un – Benjamin Stevenson

Dès que j’ai vu sortir ce titre en anglais, j’ai su qu’il fallait que je le lise. Avec ce titre et la mention de « roman à la Agatha Christie », impossible résister. En plus, quand je l’ai vu sur la liste de Kayla de Books and Lala, je me suis dit que c’était un signe!

De quoi ça parle

Le titre dit tout. Tous les membres de la famille d’Ernest Cunnigham ont déjà tué quelqu’un. Quand la tante Katherine réunit tout le monde dans un hôtel de montagne pour célébrer la sortie de prison du frère d’Ernest (meurtre, of course) et qu’un inconnu va être trouvé mort, c’est, bien entendu, inquiétant. Et Ernest, auteur de guides « how to » pour les auteurs de romans policiers, décide de comprendre de ce qui se passe. Parce que – je ne l’ai pas encore dit – c’est un peu sa faute si son frère est allé en prison.

Mon avis

Après quelques pages, je me doutais que j’aimerais ce roman. Et je le dis d’emblée, même si ce n’est pas une intrigue de folie, sérieusement, c’est un excellent divertissement. J’ai certes eu un petit moment de flottement au milieu du roman mais la narration, la narration! J’adore quand le narrateur brise le quatrième mur avec tout ce côté « méta », où il discute des codes des romans policiers, surtout ceux du « golden age ». Ne serait-ce que pour ça, je lirai le tome 2… car je viens de réalise qu’il y a un tome 2!

Nous sommes donc avec une famille complètement over the top. Le narrateur n’a pas parlé à sa mère depuis 3 ans, ayant témoigné contre son frère, sa tante trippe sur les tableaux Excel (je l’aime déjà), elle a un mari ennuyant comme la pluie, il y a l’ex de son frère, sa demi-soeur… bref, n’importe qui aurait pu faire n’importe quoi!

Entendons-nous, il y a beaucoup d’indices, beaucoup de mini-événements, de points à relier. Il y a des mystères dans le présent, dans le passé… bref, totalement dans le genre des romans d’Agatha Christie, où on peut deviner « qui » et une partie du pourquoi… mais clairement pas tout tellement il y a squelettes dans le placard! Et pas que dans le placard, d’ailleurs.

Une histoire pleine de rebondissements (peut-être un peu trop… disons qu’on peut s’y perdre) qui pourra plaire à ceux qui aiment l’humour du narrateur… autrement, ça peut être difficile! Avec moi, ça l’a totalement fait et j’ai passé un très bon moment.

Le livre des Radieux – Les archives de Roshar #2 – Brandon Sanderson

Des fois, je traîne les séries pendant des années. Et des fois, je les dégomme. Dans ce cas, je semble en mode « j’enfile les tomes les uns après les autres ». J’ai donc lu les deux tomes du Livre des adieux en janvier. Et il y a beaucoup de pages. Beaucoup, beaucoup de pages.

De quoi ça parle

Ce tome 2 reprend l’histoire où le premier nous avait laissés. Si nous en sommes là, c’est que nous commençons à comprendre ce qu’est Roshar, son histoire et ses légendes. Nous commençons aussi à voir se rencontrer Kaladin, l’ancien esclave prodigieusement doué avec la lance, Dalinar, oncle du roi ayant des visions lui indiquant d’unifier tous les peuples et Shallan, jeune fille souhaitant devenir érudite possédant un talent assez fou pour le dessin.

Nous sommes donc dans les camps de guerre où les Parshendis continuent à se défendre contre les attaques des Alethis dans leurs courses effrénées pour les coeurs de gemmes. Mais la tempête se lève… et les anciennes légendes semblent revenir hanter le présent, mettant en danger toute la population de Roshar.

Mon avis

Ce livre, ce livre! Sanderson écrit mon genre de fantasy. La table a été mise dans le premier tome, mais le monde nous est présenté petit à petit, chaque tome nous offrant davantage d’information sur l’univers ainsi que ses traditions. Bref, même à la fin de ce livre, il est clair que nous ne savons pas tout. Ni sur Dalinar, ni sur les Radieux, ni sur les Néantifères. Entrer dans leurs pensées nous fait douter de tout, du bien et du mal, et il nous est impossible d’oublier que dans la tête de chacun des personnages, les bons, ce sont EUX!

Bref, tous les personnages – ou presque – sont nuancés. Chacun des personnages principaux a des parts d’ombre, un passé qu’ils n’assument pas. On sent que la catastrophe arrive, qu’elle est inévitable, mais il est difficile de comprendre quelle est cette catastrophe. La finale est une scène de bataille épique, passionnante… C’est que Sanderson a un véritable talent de conteur. Il réussit à nous balader d’une histoire à l’autre sans jamais nous perdre, c’est plein de rebondissements, et l’histoire progresse malgré les interludes qui nous font voir les choses d’une autre manière.

Bref, j’adore.

Difficile de ne parler de ce roman sans spoiler le premier tome… quoique j’aime beaucoup ce que Shallan devient au fil des tomes et je peux quand même vous dire que tous ces personnages vont finir par se réunir et se rencontrer. La guerre entre Dalinar et Sadéas prend de l’ampleur et les efforts de Dalinar pour unifier tout le monde sans trop savoir pourquoi ni comment nous désespèrent par moments. Il est difficile de comprendre les réactions des gens… et j’ai bien hâte de savoir qui il était dans son ancienne vie… je suis pas mal certaine que ça va nous éclairer.

Inutile de dire que je poursuis ma lecture. Le tome 5 sort à l’automne et je compte bien être à jour!

Le coupeur de roseaux – Junichirô Tanizaki

Non mais à CHAQUE FOIS que j’écris le nom de cet auteur, j’écris Tamagochi. Et le pire, c’est que j’ai beau le savoir, je l’écris quand même… bref, n’empêche que je l’ai lu… et que ça m’a plu.

De quoi ça parle

Un homme décide d’aller explorer un ancien palais impérial japonais, le sanctuaire de Minase. Il va rencontrer un homme mystérieux qui va lu offrir du saké… et lui raconter l’histoire d’une femme sublime et inaccessible.

Mon avis

Nous avons ici un texte assez court, d’à peine une centaine de pages, divisé en deux parties assez distinctes. Pendant la première, un homme nous entraîne avec lui en balade autour du sanctuaire, en profitant pour nous raconter le folklore et l’histoire locale, dans un récit émaillé de poèmes.

Si j’ai bien aimé cette partie (je vais bientôt au Japon alors je suis curieuse), je dois avouer que ce n’est pas ce que j’ai préféré dans ce roman. Certes, c’est mystérieux, on imagine la lune briller sur le sanctuaire, les herbes qui se balancent… mais si j’ai vraiment aimé, c’est en raison de la seconde partie, quand arrive l’autre homme, être un peu fantômatique, qui va raconter une histoire, celle de son père.

Ce roman est tellement « japonais »! Écrit dans les années 30, on se sent ailleurs, on y retrouve plusieurs éléments assez typiques des romans du genre, notamment le côté hors du temps. L’histoire de l’homme qui s’ouvre sous l’influence de l’alcool fascine et fait réfléchir sur la situation de l’époque alors que le père de celui-ci tombe éperdument amoureux d’une femme magnifique, distante et complètement inaccessible. Il est envoûté par elle, fille belle et chouchoutée de tous, dont la famille est prête à tout pour la gâter. Ça parle de secrets de famille, de mystères mais aussi du sacrifice, thème que je retrouve souvent dans les romans japonais de l’époque.

Bref, c’est court et je recommande!

A Study in Drowning – Ava Reid

J’ai reçu ce roman dans une box. Comme tant d’autres. Et, of course, je ne l’avais pas lu. Et si je l’ai finalement choisi, c’est pour une vidéo « je lis les favoris de… ». Oui, je sais. Des fois, il faut que j’aie un petit coup de pied au c… !

De quoi ça parle

Effy a toujours été fascinée par LE grand auteur de son pays, Emrys Myrddin. Son roman Angharad est son livre de chevet et elle le sait par coeur. Elle aurait voulu étudier en littérature mais ce collège étant interdit au femmes, elle a dû opter pour l’architecture, qui ne l’intéresse que moyennement. Toutefois, elle aperçoit une annonce et se voit proposer la possibilité de redessiner le manoir de Myrddin. Elle sera donc ravie de partir au bout du monde, au pays des légendes, mais va rapidement réaliser que le dit manoir est rempli de mystères… et y réside aussi un certain Preston Héloury, étudiant en littérature qui avait emprunté – ô sacrilège – tous les livres sur Myrddin. Et en plus, imaginez qu’il est du pays ennemi et qu’il laisse supposer que Myrddin n’était pas l’homme dont l’histoire semble se souvenir.

Imaginez la suite!

Mon avis

On m’avait vendu ce roman comme un Dark Academia avec accents gothiques. Entendons-nous, oui, le roman commence dans une université mais on est loin du typique Dark Academia. Gothique, par contre, certainement. La grande maison en ruines exerce clairement une emprise sur les habitants, l’atmosphère venteuse et pluvieuse est prégnante, il y a clairement des non-dits et des légendes d’impliqués. Bref, j’ai beaucoup aimé toute la première partie pour cette raison.

Ce que je n’ai pas encore mentionné dans ce billet, c’est que nous sommes dans un monde fantasy assez basic. Deux pays en guerre, celui de l’héroïne semblant le pays envahisseur. La mythologie la plus présente est celle des fae et le fameux roman de Myrddin parle d’une femme qui va réussir à aimer et à tuer le roi des Fae. Sauf que ce fameux roi, Effy le connaît bien car elle le voit depuis son enfance et elle le combat à coups de pilules roses. Facile d’imaginer pourquoi elle se passionne pour cette histoire. Ceci dit, Effy n’est pas agréable pour autant. Ses propos font réagir, même si on comprend un peu par où elle est passée.

Nous sommes ici dans une Romantasy, encore une fois. Un univers somme toute simple, pas très élaboré et servant surtout de décor pour l’histoire d’amour et de découverte de soi de l’héroïne. L’intérêt amoureux me plait bien avec son côté pédant mais assez terre à terre. Ajoutons à ça les mystères livresques qui ont fait que j’ai quand même apprécié une grande partie de ma lecture. Ça se lit très rapidement, l’histoire est prenante mais pour moi, la seconde partie est moins intéressante que la première. La résolution vient trop rapidement, les énigmes ne sont pas très énigmatiques et même si j’ai apprécié le but, l’exécution m’a moins convaincue.

C’est donc une lecture en demi-teinte mais je n’ai pas détesté, alors que me connaissant, ça aurait pu arriver. Si vous aimez les romantasy un peu gothiques, avec un folkore fae et des accents féministes, ça peut être pour vous!

Moi qui n’a pas connu les hommes – Jacqueline Harpman

Pourquoi lire un roman post-apocalyptique ayant été écrit en 1995? C’est la faute d’Emily Fox, booktubeuse québécoise mais dont la chaîne est en anglais, qui l’avait mis dans ses favoris genre… deux ans de suite? Il fallait, donc.

De quoi ça parle

Elles sont quarante, enfermées dans une cave, gardée par quelques hommes qui ne les regardent pas, ne leur parlent pas. Elles ne peuvent se toucher, se cacher. La plus jeune d’entre elles est arrivée enfant et n’a aucun souvenir de sa vie d’avant tandis que les autres lui transmettent le souvenir flou d’autres vies, d’enfants, de maris.

Et un jour, un événement va arriver et tout va changer. Mais que reste-t-il du monde d’avant?

Mon avis

Mais quel roman! Mais quel roman!

Il y avait longtemps que je n’avais pas été aussi retournée par un texte, encore moins par un texte de SF, très court qui plus est. Mais ce livre… je vais avoir bien du mal à en parler. C’est un condensé d’humanité, de réflexion, limite de philosophie, le tout à travers le regard de jeune protagoniste qui était enfant lors du début de l’emprisonnement et qui nous raconte son existence.

C’est le regard de cette femme qui ne pense pas comme nous, qui n’a rien connu d’autre et qui s’adapte différemment à la situation dans laquelle elle se trouve. Elle n’a pas à faire de deuil de la vie d’avant, de ses espoirs et n’a que ce qui est devant elle. Elle semble parfois détachée et c’est ce ton face aux événements qui rend le texte si poignant. J’ai été très touchée à de nombreuses reprises à cause de ces petites phrases lancées comme ça, comme si de rien n’était. Bouffées d’émotion à répétition.

Je ne spoile pas trop en mentionnant qu’à un moment, les femmes vont sortir… mais je ne vous dirai pas ce qu’elles vont trouver. Toute cette deuxième partie est d’une force… Impossible de ne pas réfléchir et de se demander ce que nous on aurait fait à sa place, comment on aurait réagi. Bref, on réfléchit sur la signification de vivre ou de survivre, de ce que c’est qu’être une femme quand on perd ses repères.

Magistral. Exellente science fiction, du moins de la SF comme je l’aime et qui pourra plaire même à ceux qui ne sont pas trop SF. Maintenant, je veux que tout le monde le lise.