La petite lumière – Gregory Panaccione (d’après Antonio Moresco)

Encore une fois, cette lecture est la faute du prix de libraires du Québec. Je tente toujours de lire tous les finalistes… et ici, j’ai bien fait.

De quoi ça parle

Un vieil homme décide de s’isoler dans un village abandonné. Il est seul mais le soir, il va être attiré par une petite lumière, loin dans la montagne.

Mon avis

Non mais quels dessins! Quelle beauté dans le trait. Ici, l’histoire passe surtout par le visuel et avec très peu de mots, Panaccione réussit à nous faire ressentir la solitude, la fin de la vie et la volonté de s’extraire du monde quand on n’y trouve plus sa place et que l’on s’est perdu en route.

Les planches passent du jour à la nuit presque sans transition, entre balades solitaires et une rencontre mystérieuse, entre rêve et réalité. C’est doux, nostalgique et très tendre à la fois.

Il est très difficile de parler de ce roman graphique car je ne veux rien révéler de cette petite lumière et de ce qu’elle pourrait être. Plusieurs questions restent sans réponse. Que fait cet homme si seul? Une expiation? Pourquoi le village est-il abandonné?

Bref, un moment poétique et brumeux, que j’ai beaucoup apprécé.

4 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. J’ai tellement aimé le roman qu eje n’ai pas envie de mettre d’autres images que les miennes sur ce joli roman

  2. J’ai adoré le roman, et l’image de couverture correspond bien à ce que j’imaginais…

  3. J’avais beaucoup aimé le roman.

  4. J’ai lu le roman. Beaucoup aimé mais il me semble d’un esprit différent que la BD, parce que « brumeux » ou « tendre » ne me viennent pas à l’esprit pour en parler. N’hésite pas à le lire pour comparer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.