«

»

Jan 04 2019

Un monde mort comme la lune – Michel Jean

J’ai lu plusieurs romans de Michel Jean mais je n’avais bizarrement jamais été attirée par celui-là, surtout qu’ayant lu un autre roman avec le même protagoniste, je connaissais une partie de l’histoire. Il a fallu que je voie une chronique vidéo pour avoir envie de tenter le coup… et j’ai fort bien fait. En effet, le fait de savoir n’a aucunement empêchée d’apprécier ma lecture.

 

Jean-Nicholas Legendre est grand reporter et l’histoire commence alors qu’il est en Haïti où il recherche un lien entre les narcotrafiquants, les gangs de rue et le président Aristide. Nous vivrons donc à travers le regard journalistique les derniers mois de Jean-Bertrand Aristide dans un Haïti déchiré de l’intérieur, en proie aux guerres civiles.  Ça a été pour moi une bonne occasion pour me rapeller ce pan de l’histoire et d’avoir l’impression de le vivre de l’intérieur.

 

La première partie est rythmée et palpitante et nous entraîne dans une investigation haletante dans les bidonvilles de Port-au-Prince. Non seulement il va découvrir encore plus que ce qu’il soupçonnait mais il va rapidement se retrouver en danger, dans des situations plus périlleuses que prévu.  Et que dire de Bia, cette prostituée semblant avoir des liens avec Cité Soleil, lieu de résidence des caïds du coin?

 

Il s’agit du premier roman de fiction de Michel Jean et j’ai été ravie de trouver déjà le style direct et incisif que j’ai pu découvrir avec ses ouvrages suivants.  La recherche journalistique est très bien faite, on s’y croirait.  Il y a une réelle fracture au milieu du roman, qui va transformer sa vie et tout son être. La descente aux enfers est crédible et si j’aurais aimé aller plus loin dans la psychologie du personnage, dans son cheminement, j’ai apprécié l’évolution du personnage et la finalité de l’histoire.

 

Un polar que j’ai lu d’une traite et qui m’a tenue en haleine. Bon, ça m’a valu plusieurs heures de lectures sur la situation en Haïti et sur Aristide… mais appelons ça des effets secondaires.

(8 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Alex-Mot-à-Mots

    J’adore ton expression : des effets secondaires de lecture. Je suis maintenant tentée pra cette lecture (mais pas à cause de ses fameux effets secondaires).

    1. Karine:)

      C’est l’un des anciens romans de Michel Jean, qui n’a rien à envier aux derniers, selon moi.

  2. Madame lit

    Pas lu encore Michel Jean… Il va falloir que je remédie à cela…

    1. Karine:)

      Commence par « Elle et nous »… ça a été une découverte merveilleuse. Ou par celui-ci, pourquoi pas.

  3. Anne

    Tout pareil que Madame lit ! Et avec le cadre haïtien, ça devrait me plaire…

    1. Karine:)

      Si le cadre te tente, je te le conseille.

  4. Grominou

    La couverture est tout de même un peu racoleuse, non? 😉

    1. Karine:)

      Oui, un peu, mais il y a une raison pour ça, en fait!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Aller à la barre d’outils