The Essex Serpent – Sarah Perry

J’ai choisi ce roman sans même savoir de quoi ça parlait parce que la couverture est magnifique.  Oui, je sais, il m’en faut peu.  Mais sérieux, elle est su-bli-me, cette couverture.   The Essex Serpent est un roman historique qui nous emmène dans l’Angleterre victorienne.  Nous y rencontrons Cora Seaborne, récemment veuve.  Son défunt mari était maltraitant et après son décès, elle commence à se passionner pour la science et surtout pour les fossiles.   En effet, à l’époque, la science commence à confronter la religion et Darwin passionne les foules mais les classes sociales sont à la base de la société.  Une fois libérée de son époux, elle décide de partir pour l’Essex avec sa dame de compagnie socialiste, car elle a entendu parler de marécages où on aurait trouvé des fossiles.   La voilà donc qui débarque avec son fils, laissant derrière elle ses habits (et ses manières) de bourgeoise parisienne.  Cora est intelligente, rentre dedans, un peu égoïste, et se délecte du fait de ne plus être obligée « d’être une femme ».  Ça parle.   Elle s’habille n’importe comment et parle d’égal à égale avec les hommes.  Son arrivée dans le petit village de l’Essex va étonner, mais elle va surtout faire la rencontre de William, le recteur du village, ainsi que de son épouse Stella.

 

Ne vous attendez pas à de la guimauve.  Il y a des questionnements, de l’amitié, des relations qui se lient et qui remettent le quotidien en question mais c’est surtout une rencontre spirituelle.  Ils ont des croyances diamétralement opposées, confrontent science et croyance, dans un contexte particulier, celui de la « réapparition » du Serpent de l’Essex, un serpent ailé qui a terrorisé le village quelque 200 ans auparavant. Ou 300.  Je ne sais plus trop.

 

J’ai dévoré ce roman.  J’ai adoré la galerie de personnages , autant le chirurgien qui bouleverse les pratiques, la dame de compagnie qui se souvient d’où elle vient, le pêcheur sans le sou que le vieil homme qui habite the World’s End.    La montée de la peur, de la superstition est fascinante et on se croirait dans cette campagne anglaise.  On est plongé dans l’époque, avec ses caractéristiques et ses drames.  Aucun personnage n’est ,parfait, chacun a ses failles, Cora la première.  Elle a du mal à créer un lien avec son fils, un enfant « particulier » (on dirait probablement qu’il présente un trouble du spectre de l’autisme de nos jours), ne pense souvent qu’à elle et ne réalise pas les conséquences de ses actes.

 

C’est un roman foisonnant, passionnant et qui se lit tout seul.  Je l’ai lu en deux soirées (de travail…  c’est tout dire) et j’ai plongé avec délices dans ce mélange de féminisme, de sciences, de religion, de renaissance, de liberté, d’amitié et de mythe.  Le regard de Cora sur la nature et sur l’étrange est magique et l’histoire est portée par une écriture très belle, qui donne au roman une atmosphère mystérieuse, gothique.  Et j’ai adoré les multiples changements de perspective!

 

À découvrir!

 

Electra a aussi beaucoup aimé.

 

 

(18 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Je l’avais repéré sur un.blog anglais et puis je ne me souvenais plus trop pourquoi : tu me redonnes envie!

    1. C’est du roman historique, mais ça m’a vraiment plu. Un roman sans prétention, dans lequel j’ai passé un bon moment.

  2. Je suis comme toi avec les couvertures !
    Ce livre se rapproche de celui de Tracy Chevalier « Prodigieuses créatures ». Même thèmes, même époque, les deux héroïnes ont dû être copines ! Je le note.

    1. J’acheté Prodigieuses Créatures depuis! Justement pour pouvoir comparer.

  3. C’est tout à fait tentant ! Et un de plus à noter… (soupir)

    1. J’aime faire soupirer de cette façon.

  4. C’est vrai que la couverture est magnifique.

    1. Le livre est hyper beau en fait. Les pages et tout… wow.

  5. Je suis d’accord la couverture est magnifique :-). Je note pour l’époque !

    1. Je ne sais pas si c’est super crédible mais j’ai passé un super bon moment.

  6. Comme toi, je craquerais bien pour la couverture !

    1. CEtte couverture est magnifique. Et juste pour ça, je serais contente de l’avoir dans la biblio

  7. Mon Amoureux l’a commencé et il semblait captivé !

    1. Moi j’ai passé un très bon moment, en tout cas.

  8. Comme toi je peux craquer pour un livre juste pour sa couverture j’aime les couvertures babelio avec de jolis graphismes rosa candida Audur Ava Olafsdottir .L’histoire semble également intéressante surtout pour son coté féministe qui m’intéresse ce mois ci
    evalire ailleurs ( je suis passée chez blogspot )

    1. Ah oui, les Zulma… ils sont teeeeeeellement beaux! Je les veux tous. Et je vais aller voir ton nouveau chez toi!

  9. Parfait ! Il te plaît et moi je viens de le recevoir ! Comme toi la couverture m’a emballée !

    1. Non mais est-elle assez belle, cette couverture? Hâte de connaître ton avis!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils