Pax et le petit soldat – Sara Pannypacker

Encore cette année, le Pumpkin Autumn Challenge nous invite à lire des romans automnaux. Cette année, il faut lire/commencer une duologie. Et en plus, ça se passe dans la forêt alors ça passe parfaitement.

De quoi ça parle

Le père de Peter doit partir à la guerre et il amène son fils chez son grand-père, à 500 km de là. Le seul souci, c’est que Peter a un renard et son père ne veut surtout pas « imposer la bête » à son grand-père. Il va donc devoir libérer Pax, son renard, dans la nature. Toutefois, il réalise vite qu’il doit le retrouver et décide de parcourir le pays à travers bois afin d’y arriver. Pax, quant à lui, doit apprendre à survivre dans la nature et à rencontrer les autres membres de son espèce.

Mon avis

Je ne m’attendais à rien en ouvrant ce roman. En fait, je l’ai choisi non seulement pour le côté duologie mais en raison de la couverture dessinée par Klassen. Je ne m’attendais clairement pas à pleurer à la première scène. L’autrice reste volontairement vague sur l’espace et le temps. On ne sait trop quand se déroule le récit, ni où, et il y a juste assez de références modernes pour que les jeunes puissent se sentir concernés. Genre, nous ne sommes clairement pas au Moyen Âge.

J’ai beaucoup aimé l’histoire, surtout du côté de Peter, qui va faire des rencontres au cours de sa quête et ainsi apprendre à se découvrir lui-même. J’ai toujours un faible pour les passages à l’âge adulte en période trouble. On a une très belle évolution du personnage et on comprend petit à petit les blessures du jeune homme, le tout fait très intelligemment. C’est d’ailleurs ce que j’ai préféré dans ce roman : on fait confiance au jeune lecteur, tout n’est pas prémâché. La plume est très jolie (j’ai juste un souci avec l’utilisation d’un mot… je vais devoir aller valider dans la VO pour bien comprendre) et les deux voix, très distinctes et différentes, tiennent en haleine. Peter va-t-il retrouver son renard. Et Pax, lui, va-t-il survivre dans la forêt alors qu’il n’a jamais mangé autre chose que des croquettes?

On y rencontre de beaux personnages, l’atmosphère est réussie et quand nous sommes avec le renard, nous nous trouvons à penser en renard, en utilisant les sens différemment. Ça parle d’amitié, d’ouverture à l’autre, de responsabilité et d’affection entre l’humain et l’animal. Les illustrations sont très belles et permettent de bien s’immerger dans l’univers.

Une très belle lecture donc et une agréable surprise. Je lirai le tome 2… pour le challenge de l’an prochain.

2 Commentaires

  1. Je l’ai beaucoup aimé aussi, mais je ne sais pas trop pourquoi, les élèves n’accrochent pas …

  2. J’aime beaucoup l’illustration de couverture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.