Nous avons toujours habité le château – Shirley Jackson

Le pourquoi du comment

Nous mais vous avez vu cette édition?  Comment on résiste à cette édition d’un presque-classique? Parce que oui, pour moi, un roman publié en 1962, c’est devenu classique. 50 ans, c’est une bonne balise, non?

C’est quoi, cette histoire?

Il est difficile de parler de ce roman sans trop en dire. Pour moi, il vaut mieux le découvrir petit à petit, sans trop savoir au début, et de se laisser embarquer dans l’histoire, de s’attacher aux personnages sans vraiment comprendre. Un vrai cas de « ne pas lire la 4e de couverture ».  C’est un roman à l’atmosphère sombre et angoissante. Vous savez, l’un de ces romans où le fait de « savoir » ajoute à l’ambiance anxiogène? Le roman s’ouvre sur Mary Katherine Blackwood (Merricat, pour les intimes), seul lien de la famille Blackwood avec l’extérieur, et dont la voix nous accompagnera tout au long de l’histoire. La famille est ostracisée et haïe ouvertement, Merricat doit faire face à de l’hostilité franche, des menaces et une comptine a même été composée en leur (dés)honneur. 

Dans la maison Blackwood, en plus de Merricat, sauvageonne adepte de magie protectrice, un peu sociopathe et remplie de superstitions, il y a Constance, la soeur aînée, agoraphobe et naïve, qui n’a pas mis les pieds en dehors du domaine depuis 6 ans. Il y a aussi l’oncle Julian, confiné à un fauteuil roulant, dont l’esprit est pris dans une spirale qui passe en boucle les mêmes évènements, la même journée. Lorsqu’un livre cloué à un arbre tombe, malgré ses précautions, Merricat réalise qu’un changement approche…

Et moi, j’en pense quoi?

Ceux qui me suivent le savent, je suis la number one des peureuses.  Mais vraiment.  Sachez donc que ce roman, aussi « soft » soit-il, m’a empêchée de dormir et m’a fait faire des cauchemars. Oui, je sais, défense de rire. Ceci dit, j’ai adoré et je sens que ce sera un roman marquant dans mon année de lectrice. J’ai toujours un faible pour les narrateurs qui ne sont aucunement fiables et les histoires déformées par leurs yeux. Je me suis terriblement attachée aux trois habitants du fameux « château-pas-château », malgré ce qu’on sait, et surtout malgré ce dont on se doute. Et quelle entrée en matière.  J’adore, ce premier chapitre!

C’est un roman court, l’écriture est simple, souvent presque oralisée, mais la voix de Merricat est terriblement vibrante et nous entraîne dans son univers, entre le réel et l’imaginaire. Certaines scènes sont d’une terrible violence et le thème de l’ostracisation, de la peur de la différence et du rejet de l’autre dans les petits villages américains est poussé à son maximum. 

Un roman déroutant, qui m’a vraiment embarquée. 

Et non, je ne peux pas vous raconter mon cauchemar, aussi burlesque soit-il… ça vous en dirait trop!

(22 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Déjà noté (mais j’ai peuuuuuuur!)

    1. Je pense que je suis la seule à avoir eu peur avec ce roman hein… Je suis VRAIMENT peureuse!

  2. Je l’ai lu il y a très longtemps et j’avais adoré !!! mais il me semble avoir très mal dormi ensuite….

    1. Adoré aussi. J’ai très envie de lire The haunting of Hill house maintenant.

  3. Oooh, voilà qui me parle ! Je suis aussi une peureuse, mais si ça en vaut la peine, je suis toujours prête à me lancer dans une lecture. 😀 Et là, ce que tu dis sur la narration et l’univers me disent vraiment !

    1. C’est vraiment un roman qui m’a beaucoup plu. On voit venir, on se doute… mais c’est PIRE!

  4. Tu en dis juste assez pour me tenter.

    1. Good! C’est un roman qui mérite d’être lu.

  5. Pfiou tu m’intrigues !

    1. C’est tout à fait ce que je voulais faire. Un vrai roman d’atmosphère.

  6. Je ne sais pas si j’ose. Je suis également la reine des peureuses. Je partage ce titre avec toi.

    1. Hahaha, j’avoue qu’on se compétitionne pas mal!

  7. J’ai apprécié également cette ambiance énigmatique : on a envie de savoir, en craignant le pire…

    1. C’est tout à fait ça. Je trouve que l’atmosphère est tellement bien recréée… agréable surprise que ce roman.

  8. Un souvenir de lecture angoissant !

    1. N’est-ce pas… et pourtant, en terme d’horreur, j’ai lu pire. L’ambiance fait tout.

  9. j’aime bien Shirley Jackson et ce roman est sur ma PAL. Encore plus hâte du coup !

    1. Tu as lu quoi de Jackson? J’ai envie de lire Hill House mais je ne connais rien d’autre.

  10. Il est dans ma pal. Ça va m’en prendre beaucoup pour me faire peur!!!

    1. Ah oui, tout le contraire de moi alors. Je suis celle qui a dû dormir la lumière ouverte 6 mois après avoir vu Le 6e sens. Ça peut te donner une idée de mon degré de froussardise!

  11. J’ai adoré et même pas eu peur, trop charmée par le style et les personnage, le lieu aussi est fascinant, tout en bref !

    1. Oui, tout fascine. J’adore ce type de narrateur. J’ai acheté depuis The haunting of Hill House que je compte bien lire bientôt.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils