Moderato Cantabile – Marguerite Duras

Moderato cantabileJ’ai lu (ou plutôt écouté) mon premier Duras.  Oui, ça manquait à ma culture, Duras.  Et je dois avouer que je sors de cette lecture plutôt déçue.  Et déçue d’être déçue… bref, je me comprends.   Je voulais tellement aimer.   Je ressors pourtant de cette lecture/écoute avec une sensation de creux, de vide.  Je n’ai probablement rien compris au truc.  Peut-être aussi que ces livres où il y a beaucoup de dialogues passent moins bien pour moi en audio.  Bref, je suis passée à côté, mais tellement!

 

Ce court roman a été souvent décrit comme le plus hermétique mais le plus abouti de Duras (source: les Internets… donc, ça vaut ce que ça vaut).  Il s’ouvre sur une femme, Anne Desbaresdes, qui assiste au cours de piano de son enfant (appelé l’enfant tout au long du roman) donné par Mademoiselle Giraud, qui ne se prive pas de lui dire sa façon de penser et qui critique ouvertement l’éducation que lui donne Anne Desbaresdes.  Puis, des cris.  Il y a eu un meurtre dans le café voisin.  Cette événement va bouleverser la jeune femme et la pousser à revenir tous les jours dans ce café, à boire du vin, toujours plus de vin, en compagnie d’un homme disant s’appeler Chauvin.

 

Un portrait de femme qui s’ennuie, donc, et qui vit sa vie comme une automate, sans relief.  Il est difficile de comprendre ce qui l’attire dans ce café, où elle parle avec  cet homme d’un meurtre dont ils ne savent rien ni l’un ni l’autre.  Conversations et phrases répétées, langueur, enfant qui joue seul dans la rue…  je n’ai rien ressenti moi non plus que cet ennui, ce vide.  Certes, on sent l’envie d’être autre chose, d’avoir un autre avenir que celui qui semble tracé, quitte à être le héros d’un drame.   Mais j’ai eu pitié de cette femme plus qu’autre chose et elle m’a semblé une coquille vide.

 

Certes, certaines scènes sont frappantes (la leçon de piano, le souper mondain), mais ça n’a pas suffi pour rendre cette écoute agréable.  J’ai eu envie de les secouer,  ces personnage!  Tous et chacun d’entre eux!

 

Ceci dit, je veux toujours lire « L’amant » de Duras.  Mais je vais juste un peu descendre mes attentes.

Ailleurs, Antigone a beaucoup aimé tandis que Enna est restée, comme moi, sur le carreau.

18 Commentaires

18 pings

Passer au formulaire de commentaire

  1. Ah, mais « L’amant » n’a pas du tout la même construction !!! Tu devrais davantage apprécier.

    1. Dans la pile il est. Cette année, promis!

  2. Hello Karine ! J’avais adoré ce roman de Duras, mais on l’avait étudié à la fac et la prof était passionnante, ça doit aider 🙂

    1. Ah oui, ça doit aider… parce que j’ai l’impression d’être totalement inintelligente à cette lecture.. je ne comprends pas du tout le but!

    • enna sur 12/02/2016 à 04:46

    Si ça peut te « rassurer » moi qui adore les livres audio et qui en écoute BEAUCOUP et tous les styles, je me suis ENNUYEZ avec celui-là!!! J’avais même eu du mal à écrire mon billet : http://ennalit.canalblog.com/archives/2015/10/12/32525997.html

    1. Fiouuuuu!!!!
      Je ne suis pas toute seule… Ennui et incompréhension ont dominé cette lecture.

    • enna sur 12/02/2016 à 04:47

    Argh j’avais écrit « ennuyée » mais le correcteur m’a changé ça en « ez »!

    1. Vive l’autocorrect!

    • Anne sur 12/02/2016 à 05:46

    J’ai dû lire ce roman en dernière année du secondaire, ça m’a laissé le même sentiment de vide et surtout aucune envie de jamais relire du Duras. Est-on obligé de la lire et de l’aimer parce qu’on l’a déclarée monstre de la littérature française ??

    1. Au secondaire en plus? Me semble que ce n’est pas le public cible… Mais je lirai l’amant. Pour tenter autre chose.

  3. Je n’avais rien compris, mais rien de rien à ce roman. J’aurais dû commencer par le livret explicatif….

    1. Et moi j’aurais dû acheter les cliff notes!

  4. J’ai seulement lu L’Amant de Duras. J’en garde un bon souvenir, mais c’est un peu flou. C’était dans l’avion pour me rendre en Chine, alors je vais devoir le relire à tête reposée un jour 😉

    1. Ah oui, j’imagine que tu avais autre chose en tête hein! Mais il faudrait jaser Chine, un jour!

  5. Je l’ai lu il y a vingt ans de cela. Bon, de toute façon, Marguerite Duras ça reste souvent contemplatif.

    1. Il va falloir que j’essaie autre chose… je n’ai pas de problème avec la contemplation normalement.

  6. Je ne suis pas fan de Duras, son style m’ennuie, je ronchonne sur les personnages bref pourtant certains passages de l’amant me reste alors que je n’ai pas aimé, va comprendre 🙂

    1. Je vais lire l’amant quand même… ne serait-ce qu’en raison de ce que tu dis!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.