Les villes de papier – Dominique Fortier

Il y a un je ne sais quoi dans la plume de Dominique Fortier qui fait que j’y suis particulièrement sensible. Ses livres dégagenet toujours une certainen poésie, une certaine lumière et moi, chaque fois, je suis happée.  Et imaginez, cette fois, il est question d’Emiliy Dickinson, poétesse américaine qui a accompagné mes années d’adolescence, la fameuse dame en blanc qui a choisi de vivre seule avec ses mots, loin des gens. C’était gagné d’avance. Et j’ai passé la journée suivante à relire Emily Dickinson, bien installée au coin du feu.  Ya pire comme programme.

 

Dominique Fortier nous amène à Amherst dans le Massachussets, ville où grandit et où vivra toujours Emily Dickinson.  Nous la verrons grandir, écrire, se balader dans son jardin et, graduellement, se retirer dans une pièce.  Entre essai et biographie romancée, on parle d’écriture, de création et du rapport aux autres, à la terre, à la nature. En parallèle, l’auteure passe au « je » et nous fait vivre quelques mois de sa vie, aux États-Unis, pour éclairer différemment sa vision de la vie de Dickinson, cette vie qui semble tenir dans un mouchoir de poche.

 

J’ai aimé l’écriture, ces images lancées comme des bouteilles à la mer. Et comme toujours, les livres qui parlent de livres, j’adhère. Ce roman m’a transportée dans une bulle de calme, m’a fait faire un voyage vertical, loin des faux-semblants et des apparences.  Dominique Fortier, quoi!

(14 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Je veux ce livre (Alto, Dominique Fortier, la couverture, toussa…) 😉

    1. Les choix éditoriaux d’Alto me plaisent généralement. Avec Dominique et Émily ensemble… ça ne peut qu’être réussi.

  2. oh, tu es très tentante

    1. Ce roman est super beau. Une superbe plume et un thème qui m’a beaucoup touchée.

  3. Tout comme toi, je suis sensible à la plume toute délicate de Fortier. Et je rassure ceux de tes lecteurs qui ne connaissent rien à la poésie de Dickinson, c’était mon cas et ça ne m’a pas empêchée d’adorer ce roman!

    1. Ah, je suis ravie d’entendre ce son de cloche… je me posais la question, justement.

  4. Un billet convainquant : il me le faut.

    1. J’ai vraiment beaucoup aimé. La plume de l’auteure me touche à chaque fois.

  5. Merci beaucoup de me signaler ce livre : je suis une grande lectrice d’Emily Dickinson ! Je vais le commander.
    Bonne journée.

    1. Bien entendu, il y a des parties biographiques, d’autres moins… l’auteure a rempli les blancs et c’est ce qui fait tout le charme du roman.

  6. J’ai beaucoup aimé aussi 🙂 une très belle balade et du coup j’ai découvert Emily Dickinson que je ne connaissais que de nom

    1. Oh, j’adore la poétesse… je suis pas mal certaine que ça va te plaire, surtout quand on replace dans le contexte de l’époque.

  7. Ton avant-dernière phrase me fait regrette de ne pas avoir encore découvert l’auteure. Je n’aurai pas le temps d’ici la fin du mois 🙁
    Et par curiosité, comment t’as entendu parler de Dickinson à l’adolescence?

    1. Heu… je sais pas… je pensais que tout le monde connaissait Dickinson à l’époque. J’ai des références bizarres. Et il faut découvrir Dominique Fortier.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils