Aller à la barre d’outils

Les gratitudes – Delphine de Vigan

Le comment du pourquoi

Non mais imaginez, un roman avec un orthophoniste dedans. Et non seulement un orthophoniste, mais un orthophoniste dans son rôle d’orthophoniste. Et oui, j’ai réussi à placer quatre fois le nom de mon métier dans un demi-paragraphe. Call it talent.

De quoi ça parle

Michka vieillit et elle perd les mots. Elle vient d’être admise en maison de retraite car elle ne peut plus vivre seule, même avec le support de Marie, jeune femme très importante pour elle. Elle a peur et est très consciente qu’il n’y aura pas de retour en arrière. Les mots ne reviendront pas, malgré l’aide de Jérôme, orthophoniste bienveillant qui tente de l’aider.

Mon avis

J’ai eu peur au début. Peur parce que l’orthophoniste a commencé à traiter sans avoir évalué, lors de la première rencontre (ouais, je suis psychorigide des fois) et ensuite parce que le type de difficultés de Michka (des paraphasies formelles nombreuses sans paraphasies sémantiques, dyssyntaxie ou difficultés de compréhension) ressemble plutôt à une aphasie de conduction et que celle-ci n’est la plupart du temps évolutive. Mais je n’ai pas travaillé avec des adultes aphasiques depuis mes études alors mes connaissances sont plus théoriques que pratiques. Mais savez-vous quoi? Delphine de Vigan a réussi à me faire mettre les détails et les choix thérapeutiques de l’orthophoniste aux oubliettes et à m’immerger dans cette histoire, jusqu’à finir en larmes.

Dès le départ, nous savons que Michka est morte. Elle était une figure clé dans la vie de Marie, qui va nous raconter ses derniers mois, alors que les mots lui échappent. Si au début les mots sonnent un peu comme la cible et révèlent parfois davantage que le mot qu’elle cherche, peu à peu, elle cherche davantage, le sait, et tient à garder ses choix, son intimité, et autant d’autonomie qu’elle peut. Le roman est un mélange de monologues et de dialogues et c’est incroyable à quel point ce court texte réussit à nous faire connaître ces trois personnages, même si nous ne les côtoyons qu’à travers les liens qu’ils ont ou tissent avec Michka. Toute leur humanité nous saute à la figure, on sent leurs blessures, tout le respect qu’ils ont pour Michka, femme profondément touchante.

J’ai adoré la façon dont Jérôme, l’orthophoniste, aborde les personnes âgées et l’importance des mots, du langage et de la communication en général. Son combat pour que les mots restent plus longtemps, pour raviver la mémoire et pour les voir comme des personnes à part entière, ayant vécu, fait plaisir à voir. Mais il touche surtout par sa capacité, justement, à se laisser toucher.

Ça parle de la vieillesse, de la peur de se voir disparaître, mais aussi de tous ces mercis qu’on n’a pas nécessairement dits et qui nous pèsent. Ça parle des liens, de ce que les gens sont l’un pour l’autre et de ces relations qui sont réciproques, où chacun ressent, justement, une profonde gratitude, l’un envers l’autre. Ça nous parle de vivre et d’aimer et c’est juste beau.

Bref, je veux lire « Les loyautés » de la même autrice.

18 Commentaires

18 pings

Passer au formulaire de commentaire

    • Une Comète sur 04/09/2020 à 00:32

    Coucou:) c’est un très beau livre! «  les loyautés » c’est bien aussi même si quelque chose m’a dérangée. Tu verras !

    1. Je compte le lire… on verra si je suis dérangée aussi!

    • krol sur 05/09/2020 à 08:47

    Je suis fâchée avec cette auteure, je n’ai vraiment pas aimé un de ces livres et depuis j’hésite à revenir vers elle.

    1. Ah oui? Lequel avais-tu détesté?

    • krol sur 06/09/2020 à 04:52

    Rien ne s’oppose à la nuit.

    1. Pourtant, j’ai lu plein de bons commentaires sur celui-là. Je pense que je vais le lire juste pour voir ce qui a pu tant te déranger. Ou mieux, je vais aller voir sur ton blog, tiens!

  1. j’ai aimé « Les loyautés » donc je lirai sûrement celui-ci car j’aime bien la plume de l’auteure…
    Ma mère est en EHPAD , et sombre dans la sénilité peu à peu (et COVID n’a rien arrangé!) d’où l’hésitation:-)

    1. Ah oui, ça risque de te toucher. Je lirai Les loyautés, pour ma part. Je suis fort tentée et j’ai aimé ma découverte de l’autrice.

  2. La professionnelle en toi a cédé le pas à la lectrice.

    1. Voilà. C’est la lectrice qui a gagné!

  3. Juste le titre est magnifique… merci de me donner le goût de découvrir cet univers. Au plaisir!

    1. J’espère que ça ta plaira. Ça a été une très belle surprise.

  4. Ah lala oui ! Je ne suis pas une inconditionnelle de l’autrice, mais que j’ai aimé ce titre ! Comme tu le dis, j’avais les larmes aux yeux tellement ce thème des mercis non dits et du temps pas passé ensemble m’ont fortement parlé.

    1. C’est hyper émouvant, je trouve. Et elle a une façon de dire les choses qui sonne très juste.

  5. je ne suis pas hyper fan de l’autrice mais celui-là je l’ai vraiment beaucoup beaucoup aimé… pour un peu je le relirai après ton billet 😀

    1. C’est ma découverte de l’autrice. Et bon, ça m’a plu. On verra pour la suite.

  6. J’aime bien l’autrice mais je n’ai pas encore lu celui-ci !
    Je m’en réjouis vu ce que tu en dis.

    1. Il parait qu’il a aussi plu aux non-inconditionnelles… du coup, je croise les doigts pour toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.