Khalil – Yasmina Khadra

Le pourquoi du comment

Une copine m’a prêté ce livre audio en me disant que ça risquait de me plaire. Je n’avais pas lu Khadra depuis longtemps, j’avais été plus ou moins convaincue par Les hirondelles de Kaboul, mais j’avais bien le goût de réessayer. Depuis, mon intérêt pour les problématiques qu’il soulève s’est affirmé… et je me dis que ça pourrait être une bonne idée de tenter à nouveau le coup. Et j’ai bien fait.

De quoi ça parle

Nous sommes le 13 novembre 2015. Khalil, jeune belge d’origine marocaine, est à Paris avec son meilleur ami Driss (orthographe approximative… je le rappelle, j,ai écouté le livre). Son but, se faire exploser au Stade de France pour la gloire d’Allah. Bien entendu, ça ne va pas se passer comme prévu et tout au long du roman, nous entrerons dans la tête de ce jeune homme…et ça secoue.

Mon avis

D’emblée, j’ai toujours pensé que le Kh en arabe ressemblait à la jota espagnole. Du coup, j’ai été très perturbée d’entendre prononcer Khalil avec un /k/ pendant tout le livre audio. Je sais, je chipote parce que j’ai beaucoup aimé ce lecteur de façon générale. De même que j’ai aimé ce roman.

Pourtant, il s’est dit beaucoup de choses sur les attentats du 13 novembre. Je n’avais jamais osé lire quoi que ce soit à ce sujet, car ces attentats m’ont confrontée à moi-même… et je n’ai pas toujours apprécié ce que j’ai trouvé ce faisant. C’est un peu ce que j’expliquais dans mon billet sur Le lambeau. Ici, c’est une une tout autre vision qui nous est proposée: celle du terroriste. Khalil a une famille, une soeur jumelle, des amis, mais il ne sait pas où il va, ni pourquoi il existe. Puis, un jour,il va trouer sa voie par le biais de Lyes, un ancien copain qui occupe un poste élevé dans la confrérie. Il va refuser de vivre une vie sans but : il va mourir pour Allah.

Ce roman dérange. Impossible de le lire sans être horrifié. Comment comprendre l’incompréhensible? Comment envisager l’inenvisageable? Qui pourrait décider, de son plein gré, pour être pardonné de tout et avoir droit au statut de martyre, de tuer des innocents? Pourquoi? Et comment en arrive-t-on là?

C’est ce que ce roman explore, sans excuser ni trop juger. On découvre petit à petit qui est Khalil l’homme derrière le terroriste, on vit avec lui ses angoisses, ses frustrations face au racisme quotidien, ses croyances qu’il croit plus fortes que tout. Et c’est confrontant. Les réactions autour de lui sont variées, peu importe la confession des interlocuteurs, et la colère de Khalil, la puissance des ses convictions qui sont pour nous impossible même à envisager fait peur et remue le lecteur. Ses doutes et sa paranoïa aussi.

Ne serait-ce que pour ça, c’est un roman qui mérite d’être lu. La plume est simple et facilement abordable, en plus. Parfait pour tenter le coup. Même si c’est loin d’être rassurant.

(1 commentaire)

  1. Cette histoire m’apparaît vraiment bouleversante. Parfois, il faut se laisser bousculer. Je crois que je me laisserais bien tenter…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils