Histoire d’un bonheur – Geneviève Damas

Histoire d'un bonheurJ’avais littéralement adoré Si tu passes la rivière, de Geneviève Damas.  Du coup, il était inévitable que je lise un autre roman de l’auteur dans le cadre du Mois Belge d’Anne et Mina.   Je dois avouer que j’ai préféré la poésie de son premier roman, mais j’ai passé un vraiment bon moment en compagnie des quatre personnages qui sont les narrateurs de ce roman.  Quatre personnages bien différents, qui ont chacun des voix bien distinctes et qui vont se croiser au coeur d’un événement qui les fera réagir et clasher un peu.   J’ai beaucoup aimé l’exercice d’écriture qu’a dû être ce roman pour l’auteur.  En plus de nous faire plonger dans le monde intérieur de chacun des personnages, celui qu’ils cachent derrière leur façade omniprésente, nous avons droit à leur langage intérieur et à l’impression de pénétrer dans leur tête, dans leur petit monde.  Ne serait-ce que pour ça, c’est fort bien réussi.

 

Le roman s’ouvre sur Anita, bourgeoise lyonnaise.  Elle est heureuse.  Vraiment heureuse.  Même qu’elle songe à écrire son histoire d’un bonheur.  Anita est bien entendu fort confortable dans ses jugements, ses conceptions rigides et dans la position où elle se place : bien au-dessus de tout le monde.  Puis, un jour, le ciel lui tombe sur la tête.  Et son château de carte s’effondre, juste au moment où elle va remplacer une connaissance qui fait du bénévolat à l’aide aux devoir dans un milieu défavorisé.

 

C’est alors qu’elle va faire la connaissance de Noureddine, jeune apprenti-délinquant de 13 ans qui va voir une soeur de souffrance en Anita.  Puis entrera en scène Nathalie, la voisine, qui pensait que sa vie était super… jusqu’à ce qu’elle découvre que son mari la trompe.  Et que bon, il souhaite en profiter pour partir.   Étant donné la situation, elle n’aura pas le choix de se ressaisir un peu.  Finalement, nous passerons la parole à Simon, le beau-frère d’Anita, qui a cessé de vivre quand il a été défiguré des années auparavant et qui a l’impression de tout rater.

 

Nous avons de beaux portraits de personnages.  Les deux premiers sont particulièrement bien croqués et j’ai adoré lire Anita, avec sa mauvaise foi et ses jugements tellement… tellement à côté de la plaque!  Noureddine est très touchant et le portrait d’un jeune des quartiers défavorisés qui fait juste ce qu’il peut mais qui glisse tranquillement du mauvais côté des choses.   J’ai adoré voir qu’il pouvait être touché, même si le tout est tout de même basé sur une méprise.  J’aurais aimé en savoir davantage sur les deux autres personnages, qui sont fort intéressants mais que j’ai plus de mal à bien définir.    En fait, j’en aurais pris plus.

 

Une auteure que je compte définitivement suivre.  Je ressors de cette lecture en ayant l’impression d’avoir assisté au spectacle de quatre personnages qui se dirigent lentement vers un endroit où tout va prendre d’énormes proportions et qu’on les voit ensuite en ressortir, différents, changés, mais bizarrement liés les uns aux autres.  D’une certaine manière.

 

À tenter, donc!

Mois belge logo

6 Commentaires

6 pings

Passer au formulaire de commentaire

  1. Une auteure que je ne connais pas du tout. Ce pourrait être intéressant à découvrir.

    1. J’ai lu deux romans de l’auteur, et je les aimés tous les deux, avec une préférence pour le premier.

  2. Ça y est ! Tu es en amour avec Geneviève Damas comme je le suis. Il faudra probablement être patients pour lire son prochain car madame l’auteure a quatre enfants en plus de l’écriture. Tout comme toi, j’ai préféré le premier mais celui-ci m’a tout de même beaucoup contenté.

    Je vois difficilement comment on pourrait ne pas aimer.

    1. Idem. Je trouve sa plume merveilleuse. Du coup, je la relirai. Peu importe quand.

  3. Ah tu me tentes, je vais partir à la recherche de l’auteure 🙂

    1. Je pense qu eça peut te plaire, en effet.

Les commentaires sont désactivés.