Frankenstein 1918 – Johan Heliot

Que diriez-vous d’une uchronie dans laquelle la première guerre mondiale ne s’est pas terminée en 1918, mais plutôt 40 ans plus tard? Ou elle s’appelle la Guerre Terminale? Ou les personnages historiques ont eu un tout autre rôle et où les carnets du Dr. Frankenstein ont réellement existé… et ont permis de créer un nouveau type de combattant, les non-nés? C’est tout à fait ce que vous retrouverez dans ce roman. Tentant n’est-ce pas?

J’avoue toutefois que si j’ai beaucoup aimé la seconde partie du roman, j’ai eu du mal au départ, y ayant trouvé des longueurs et ayant mis du temps à m’habituer au style de l’auteur. Je conçois parfaitement que la structure du roman est inspirée du roman de Mary Shelley et plus j’avançais dans ma lecture, plus j’appréciais. Mais j’ai mis du temps à accrocher, j’avoue. Toutefois, une fois dedans, j’ai passé un très bon moment.

Le roman commence en 1958, avec deux personnages qui découvrent de mystérieux documents et qui décident de partir à la recherche d’une vérité historique cachée à tous. Nous les suivrons donc dans cette quête, qui nous fera rencontrer plusieurs personnages historiques, dont Winston Churchill, et quelques autres, que je vous laisserai découvrir par vous-mêmes. Recherches, lectures de documents historiques, l’auteur varie les formats pour nous raconter cette version altermative de l’histoire, avec un brin de SF, avec cette fameuse armée, cette chair à canon qu’on peut sacrifier sans remord.

Un roman qui parle de la guerre, certes, de la valeur de la vie, des lobbys, de la peur de l’inconnu et des décisions qui ne sont pas toujours prises pour les bonnes raisons. On évoque aussi la passion à la limite de la folie et on réalise qu’il y a toujours deux côtés à une histoire.

À lire si le thème vous intéresse et si vous n’avez pas peur de vous accrocher au départ et si vous appréciez les références au roman de Mary Shelley.

(8 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Je n’ai jamais lu Mary Shelley, alors je passe mon tour.

    1. C’est certain que tu risquerais de passer à côté de références.

  2. A emprunter donc !

    1. Il m’a manqué un petit quelque chose pour vraiment adorer, mais il vaut la peine d’être découvert, surtout si on aime Frankenstein.

  3. Oh que ça m’intéresse! C’est noté.

    1. Je pense en effet que ça pourrait te plaire.

  4. pas sûre d’accrocher…

    1. C’est fort particulier… si tu as aimé Shelley, je conseille d’essayer!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils