En plein coeur (Still life) – Armand Gamache #1 – Louise Penny

Le comment du pourquoi

Techniquement, il y avait une lecture commune le 20 novembre sur Louise Penny. Du coup, je l’ai lu au tout début de novembre. Et savez-vous quoi? Ce n’est qu’en ce beau 27 novembre que j’écris mon billet. Comment on dit… boulet?

De quoi ça parle

Bienvenue à Three Pines, petit village de l’Estrie qui ne se retrouve nulle part sur les cartes! Un jour, un cadavre est retrouvé dans les bois, à la grande surprise de tous. Qui pourrait vouloir tuer Jane Neal, artiste adorable et aimée de tous? L’inspecteur Armand Gamache, de la sûreté du Québec, va venir enquêter, entouré de son équipe et d’une nouvelle recrue pas commode.

Mon avis

Vous pouvez vous imaginer un village à la Gilmore Girls, mais en encore plus cosy et rempli d’artistes? Réussissez ça, et vous aurez Three Pines, comme le légendaire code des royaliste brittaniques suite à la révolution américaine. Ici, tout le monde se connaît et plusieurs ont un caractère bien à soi. C’est donc avec une brochette de personnages hauts-en-couleurs que nous allons suivre cette enquête menée par Armand Gamache, de la sûreté. C’est que dans le village, personne ne semblait en vouloir à Jane, vieille dame appréciée.

Précisons-le tout de suite, Louise Penny habite au Québec, situe ses romans au Québec, écrit en anglais et est née à Toronto. Nous sommes dans un village majoritairement anglophone, comme il en existe plein dans les Cantons de l’Est et la culture présentée ici est celle-là, souvent bien différente de ce que je vis, moi, dans ma région à 500 km de là! Ceci dit, c’est un autre aspect du Québec, même si j’ai parfois eu l’impression que certains personnages s’excluaient quand il parlaient des « Quebecois ». Ceci dit, dans ce premier tome, l’autrice réussit assez bien à jongler avec le sujet chaud bouillant des relations anglophones et francophones, qui est tout de même très présent. Les questions linguistiques, ici… disons que faut attacher notre tuque avec d’la broche pour en parler!

J’ai beaucoup aimé l’atmosphère, le village et les personnages, avec une petite affection particulière pour Ruth, avec son humour un peu noir et ses remarques souvent acerbes. Clara et Peter, un couple d’artistes, sont un peu trop parfaits mais adorables. Et que dire de Gabri et Olivier, propriétaires de l’auberge! Ils me font mourir de rire. Je pense que c’est pour eux que je visiterai Three Pines à nouveau. L’histoire nous permet de connaître les personnages, qui, on le sent, seront récurrents, et que nous décrouvrirons sans doute petit à petit. J’avais « deviné » le coupable dès le début mais comme je l’ai dit à Geneviève, de « Mon coussin de lecture« , j’avais une intuition sans aucuuuune autre raison que le personnage en question avait dit un truc qui m’avait gossée… et je l’avais catégorisé « pas fin »! Ouais, mon talent de devin ne donne pas toujours de précision!

Une enquête un peu cosy, un vrai whodunit, avec beaucoup d’atmosphère, pas du tout épeurante malgré une étrange maison et une héritière détestable. L’équipe de policiers est intéressante à suivre et la relation entre eux, notamment avec l’autorité, est particulièrement piquante. Et que dire de cette maison où personne ne peut entrer. Bref, j’y reviendrai!

4 Commentaires

4 pings

Passer au formulaire de commentaire

  1. Tu t’y es enfin mise ! Ce ne sont pas les enquêtes qui sont les plus passionnantes dans cette série, encore qu’il y en a de très réussies, mais plutôt la vie de Gamache et des habitants du village. Tu as de belles heures de lecture devant toi.

    1. C’est ce qui me plait aussi, l’atmosphère. J’y reviendrai.

    • Anne sur 29/11/2020 à 05:36

    Ca y est, tu es tombée dans la marmite Three Pines ! Bienvenue au club 😉

    1. J’ai déjà le tome 2 de lu!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.