Doctor Who – Agent provocateur – Gary Russell

agent-provocateur.JPGPrésentation de l’éditeur

« Le légendaire Doctor Who est de retour avec la première histoire créée exclusivement pour le marché américain.

 

Le Docteur est le dixième Doctor, dernier des Time Lords, survivant de la grande Guerre du Temps et avec sa fidèle amie et compagne, Martha Jones, de Londres, ils mettent fin à l’oppression, à la noirceur et au mal qui s’étend dans les galaxies.  Ils sont aussi à la recherche des meilleurs milk-shakes au chocolat du cosmos… et pendant qu’ils se consacrent à cette quête, quelqu’un d’autre a le Docteur dans sa ligne de mire. »

 

Commentaire

C’est Fashion qui m’a offert ce Doctor Comic dans le cadre du premier volet du Swap au Long Cours.  Je lis mes Doctor Books parcimonieusement, en fait.  Je n’en achète presque jamais et je les ménage!!! 

 

C’est donc une aventure inédite et « hors-série » à laquelle nous avons droit ici.  Plusieurs illustrateurs y ont travaillé et contrairement à ce qu’on peut penser, ça ne nuit pas vraiment à la continuité de l’histoire.  Bien entendu, Daviiiiiiiid (parce qu’il est question du Doctor-David ici) est beauuuucoup plus charismatique et charmant en vrai (et même dans ma tête) que dans la version comic mais j’ai quand même réussi à entendre ses intonations et imaginer ses mimiques.  Mais j’ai eu besoin d’un peu plus d’imagination que dans un roman Doctor Who!

 

Cette histoire est bâtie comme un épisode, en fait, avec une mise en situation, des redondances et de nombreux passages d’une scène à l’autre.  Après quelques pages où j’ai été déstabilisée un peu par ce procédé, je m’y suis habituée et ça m’a bien plu.  Pas évident de suivre au début qui est qui, et qui veut quoi, par contre.  Parce qu’on a affaire à de drôles de bestioles qui se prennent pour des dieux, des populations qui disparaissent mystérieusement et à une terrible bête qui est en train de déchirer le tissus même de la galaxie.  Pas de paradoxe temporel mais l’apparition de quelques races que nous connaissons et un bien étrange minet.  Beaucoup de références (par exemple, au troisième Docteur ou à la mère de Martha, à un moment donné) et d’humour aussi.  Ca n’aurait pas été le Docteur sans ce côté d’auto-dérision un peu décalé qui fait mon bonheur dans la série.  Et, bien entendu, le Docteur sauve le monde… quant au meilleur milkshake, ben… c’est une autre histoire!

 

Une première expérience réussie avec les comics Doctor Who.  Mais bon, c’était prévisible, hein… le Docteur et moi, c’est une grande histoire d’amour, après tout!

 

Thanks Fashion!

 

LireEnVoMini.jpg

(6 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Je l’ai bien aimé celui-ci même si l’histoire est un peu brouillonne mais j’ai préféré l’autre, celui avec les nouvelles : il y a HG Wells, hiiiiiiiiiiii.

    Et Doctor 4ever, of course! (va voir chez Caro, David y dit tout son amour pour moi, na )

    1. Fashion: J’ai pris en ordre de parution!!!  Oui, un peu brouillon mais j’ai quand même aimé.  C’est officiel que je vais lire l’autre!  Et Caro ne comprends rien à la David-psychologie, c’est connu!!

  2. Je dois avouer (à ma grande honte) que j’entends beaucoup parler du Docteur, mais que je ne connais pas du tout…

    1. Irrégulière: Ben non, faut pas avoir honte ;))  Mais bon, le Docteur, c’est … *souuuuupir* )))

  3. Fan de la série, je découvre avec plaisir que des comics existe ! Il va falloir que je me procure cela.

    1. aucafelitterairedececile: Yep, il y a quelques comics et tout plein de romans (j’en ai chroniqué 3, je pense… tu peux trouver les billlets dans la dernière catégorie « Romans et Doctor, The Doctor »).   Ca ne vaut pas la série et c’est inégal, mais bon, ça nous permet de retrouver les personnages!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils