Crimes au musée – dirigé par Richard Migneault

Je triche un peu en parlant de ce recueil pour Québec en novembre parce que la moitié des auteures sont françaises… mais Richard est québécois… alors j’ai décidé que ça comptait!

 

Comme ses prédécesseurs, Crimes à la librairie et Crimes à la bibliothèque, les auteurs se sont vus proposer d’écrire une nouvelle avec pour thème « Crimes au musée ».  Chacun a son style et ce que j’aime le plus avec ce type de recueils, c’est la découverte de nouvelles plumes et d’auteurs que je prendrai plaisir à suivre.

 

Je dois par contre avouer que des trois recueils, c’est celui qui m’a semblé le plus inégal.  Il y a de vraies pépites, des atmosphères pesantes et géniales, mais aussi des nouvelles qui m’ont laissée complètement froide.  L’une des forces du recueil est d’ailleurs sa diversité.  Si le monde de l’art est généralement présent, l’interprétation du terme « musée » est variée et même quand ils parlent de vrais musées… ils sont super variés.  Et ça c’est bien.

 

Pour ce billet, j’ai décidé de ne vous parler que des mes nouvelles préférées.  Mon coup de coeur absolu  a été celle de Geneviève Lefebvre, qui nous amène à Nyamata, au Rwanda.  Cette nouvelle est géniale, nous faisant rencontrer un personnage complexe et le développant très efficacement en peu de pages.   J’ai aussi aimé celle d’Ariane Gélinas, qui interprète le mot « musée » à sa manière ainsi que celle de Claudia Larochelle, qui nous fait rencontrer une fille et sa mère, une ancienne flamboyante artiste peintre.  Je ne savais même pas que Claudia Larochelle, connue comme animatrice de LireTV, écrivait.  J’ai beaucoup aimé sa plume.  Ensuite, j’ai lu la nouvelle de Andrée A. Michaud le jour où j’ai reçu son dernier roman… et sa nouvelle dans un musée des gansters m’a beaucoup, beaucoup plu, avec son ambiance vintage et beaucoup d’action.  Finalement, j’ai bien aimé la nouvelle d’Éléna Piacentini, une histoire de dentelles et de recherche des origines.

 

Une série de recueils qui, j’espère, n’est pas terminée.  J’aime le fond artistique, que ce soit de la littérature, la peinture ou la sculpture.  Et ce format est , comme je l’ai mentionné, une occasion idéale pour faire des découvertes.

10 Commentaires

10 pings

Passer au formulaire de commentaire

    • Anne sur 21/11/2017 à 14:16

    Je me le suis acheté, me disant que, prof dans une école artistique, je trouverais bien un texte ou l’autre pou mes élèves Le tout c’est de le lire 😉

    1. Voilà. Bon, ce sont des nouvelles, il y en a des meilleures que d’autres. Du moins à mon goût à moi!

  1. Merci Karine !

    J’apprécie ta chronique !
    Et ça été chouette de te rencontrer au SLM.
    On se revoir à Québec ?

    À très vite !

    Richard

    1. Bien entendu qu’on se revoit à Québec!

  2. Et en plus, tu as pu rencontré Richard himself ? Trop bien.

    1. Yep! Et pas qu’une fois! Je lui ai demandé et c’est pour Polar à la plage en juin!

    • lcath sur 22/11/2017 à 16:05

    L’idée est originale en tout cas et sous un format pareil on trouve toujours quelque chose à lire de bien .

    1. Oui, voilà! On trouve toujours un style, un auteur qui nous plaît.

  3. Et la nouvelle de Richard?

    1. Richard n’a pas écrit… il a juste dirigé le recueil!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.