Chasse Royale – Deuxième branche 2-3-4 – Rois du monde #3-4-5 – Jean-Philippe Jaworski

Le comment du pourquoi

Parce que j’avais envie de retrouver les atmosphères de Jaworski. Donc petit voyage en Tardis vers la Celtique et l’âge de fer.

De quoi ça parle

Bon. Cette série, c’est compliqué. Au départ, ça devait être trois tomes mais le deuxième tome, Chasse Royale, est devenu tellement tentaculaire qu’il a dû être séparé en 4 tomes. Du coup, je vais vous parler des parties 2-3-4 du 2e tome. Donc les tomes 3-4-5 de la série, qui commence par « Même pas Mort ». Vous suivez toujours? En plus, les 4 tomes du tome 2 ont la même couverture, mais pas la même couleur. Les libraires ont tellement dû s’arracher les cheveux, c’est fou.

Donc, de quoi ça parle. Si Gagner la guerre, du même auteur, donne la parole à un assassin de la renaissance, cette série nous est racontée à travers la voix de Bellovèse, héros turon, qui fait partie des mythes fondateurs et dont l’histoire a été racontée par Tite-Live. Bellovèse est un guerrier dont l’oncle, le Haut-Roi Ambigat, a tué le père. Nous sommes au 4e siècle avant JC, les récoltes ont été mauvaises et les peuples se révoltent contre le Haut-Roi, car les dieux ne lui sont plus favorables. À la fin de sa vie, Bellovèse va raconter son histoire. Dans Même pas mort, il nous raconte un épisode du passé, son enfance, son escapade à l’île des Vieilles et ça nous permet de découvrir sa complicité avec son frère Ségovèse. Dans Chasse Royale, on est davantage dans la guerre et la révolte. Et ici, je vais vous donner mon avis sur la fin de ce deuxième tome.

Mon avis

Quand j’ai repris la lecture de cette saga (j’en étais au tome 4), je me suis vite rendu compte que ça n’allait pas le faire. En effet, il y a beaucoup de personnages et non seulement il faut se souvenir de leurs noms, de leurs allégeances (et à quel moment elles changent, parce qu’elles changent), mais aussi de toute leur lignée. Parce que, voyez-vous, on ne se contente pas de les appeler par leur prénom, mais il faut savoir aussi savoir qui est « Le fils de (insérer un nom jamais entendu de 4 syllabes, idéalement des syllabes complexes) » ou « L’ambacte du petit-fils de (insérer autre nom répondant aux mêmes critères) ». Sans compter qu’ils ont des diminutifs, ces gros barbares! Du coup, après quelques pages, j’ai bien compris que je ne m’en sortirais pas aussi facilement, et j’ai tout repris depuis le début.

Et plus je pense que j’ai encore plus aimé que la première fois. Jaworski a toujours une plume précise, riche et ciselée et l’univers, entre rêve, mythes et magie, est encore une fois hyper riche. On dirait qu’avec sa façon de raconter les choses, il réussit à chaque fois à nous transporter dans son univers, avec ses codes et ses règles. Dans ce petit univers, presque tout le monde se connaît ou s’est déjà vu. Du coup, les affrontements ont souvent un aspect très poignant.

Dans de gros deuxième tome, on sent que l’auteur s’amuse avec le rythme du récit, qui est très particulier et très variable. Chaque sous-tome a son propre thème, mais c’est quand même une façon de raconter très particulière. Je vous rappelle que le début de ce roman nous plongeait dans les batailles et les magouilles politiques. La 2e branche est super particulière. Dans la première moitié, Bellovèse traverse la moitié du pays, blessé, pendant 150 environ, mais avec moults flashbacks, nous découvrons plusieurs épisodes antérieurs, dont les rencontres avec ses ambactes. Ensuite, nous passons dans un monde de femmes, et nous faisons connaissance avec plusieurs personnages intéressants. Prittuse, femme reniée d’Ambigat est fascinante et que dire du personnage de Sacrila, que j’adore et qui, je le sens, nous réserve pas mal de surprises.

J’ai été un peu moins fan de la troisième branche, plus combattante, qui plaira davantage à d’autres que moi. Pour ma part, j’aime beaucoup les bagarres, mais disons que là, il y en avait BEAUCOUP. Et ces guerriers ne faisaient pas dans la dentelle, avec leurs trophées et leurs sacrifices aux dieux. Par contre, la 4e… génial. Il y a certes encore de grandes batailles, mais on sent venir le lien avec l’histoire mythique des deux frères. Ici, la situation est plus ou moins désespérée, le Haut Roi est introuvable, toutes les cartes peuvent être gagnantes et plusieurs loyautés sont mises à rude épreuve. Et cette fin, cette fin… J’ai une envie folle de connaître la suite!

On va juste espérer que je me souvienne assez des personnages quand elle sortira! Mais quel auteur!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils