Aller à la barre d’outils

Annie Sullivan et Helen Keller – Joseph Lambert

Annie Sullivan et Helen KellerOk, on va être franche.  Entre moi et cette BD, ça ne l’a pas fait.  En fait, la rencontre ne s’est pas faite.  J’ai été agacée pour rien, je n’ai pas retrouvée ce qui m’avait passionnée dans l’histoire d’Helen Keller (lue des centaines de fois étant enfant), les dessins ne m’ont pas touchée et je n’ai pas vraiment accroché aux illustrations à la disposition répétitive, presque toujours identique, avec des cases toutes petites… bref, je pense que le problème vient de moi… et de la vision romancée que j’ai de cette histoire, que j’ai lue avec les yeux de l’enfance.

 

C’est donc à la fois l’histoire d’Anne (dans ma tête, elle s’appelle Anne… je pense que Annie était son diminutif) et d’Helen.  De leurs enfances respectives qui les mènera vers la rencontre qui va les rendre célèbres toutes les deux.  Cet album les suit jusqu’à – si ma mémoire est bonne – les 11-12 ans d’Helen.   Pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire, Helen Keller était une fillette laissée sourde et aveugle par une maladie à l’âge de 19 mois. Elle rencontre Anne, qui est engagée pour lui enseigner, alors qu’elle a 6 ou 7 ans, je ne sais plus trop.  Mais celle-ci va lui faire découvrir la communication par le biais d’un langage alphabétique signé dans sa main et lui ouvrir ainsi le monde, elle qui était sauvage et désorientée.   Bien entendu, tout ne va  pas sans heurts dans cet Alabama pro-esclavagiste (le récit se déroule dans les années 1880-1890… tout ça n’est pas si loin derrière) que la fille d’immigrants irlandais a du mal à supporter…

 

Je pense que ce qui m’a dérangée, c’est que dans ma tête, Anne Sullivan étant une « gentille ».  Et ici, elle est dépeinte parfois comme une harpie, possessive envers l’enfant.  Ok.  C’est ma perception.  Mais j’aurais voulu garder mon image d’une enseignante intelligente, sensible, et appliquant tout plein de principes qui cadrent souvent (pas toujours mais souvent) avec ma conception de la stimulation du langage: contexte signifiant, qui cadre avec les intérêts de l’enfant, etc, etc.   Et là oui, il y a tout ça.  Mais le personnage ne m’est pas apparu sympathique.  Dommage pour moi.

 

Ceci dit, les étapes importantes de l’éveil au monde d’Helen Keller sont bien illustrées, tout y est, tout concorde avec ce que j’ai lu.  Le fait de voir ces images ne m’a toutefois rien apporté de plus.  Sauf peut-être pour les images en noir où nous sommes dans la tête d’Helen, qui sont quant à elles très évocatrices. Mais tant pis pour moi, comme on dit!

 

Ailleurs: Joelle a beaucoup aimé, Jérôme aussi, Brize a donné trois parts de tarte sur quatre et Aproposdelivres a été très touchée.   Comme de quoi il ne faut pas se fier à mon seul avis!

BD-de-la-semaine

Cette semaine, c’est Noukette qui nous héberge!

 

18 Commentaires

18 pings

Passer au formulaire de commentaire

  1. J’ai tellement aimé le roman que je ne tenterai pas la BD 😉

    1. Je pense que c’est un peu ce qui est arrivé pour moi. J’aurais dû rester sur ma première idée!

    • Yaneck sur 17/06/2015 à 03:43

    Intéressant ton retour. Cette façon dont cette adaptation vient te toucher, vient brusquer tes propres représentations . Merci d’avoir mis cela en mots .
    En tant qu’album, moi je l’ai beaucoup aimé :https://chroniquesdelinvisible.wordpress.com/2014/07/21/annie-sullivan-et-helen-keller-lundi-one-shot/

    1. Je pense que je suis l’une des rares à ne pas avoir accroché, et c’est fort probablement en raison de mes perceptions d’avant. Je vais lire ton billet!

    • OliV sur 17/06/2015 à 04:36

    J’ai eu des difficultés à lier et à terminer cet album… je n’ai d’ailleurs pas écrit d’avis… J’ai vu aussi une Anne Sullivan, possessive, loin d’être attachante… ce n’est peut être pas son rôle … pas pour le lecteur….

    1. Oui, l’image que j’avais d’Anne était nettement mieux. Moins véridique, peut-être… mais mieux! 🙂

  2. Souvenir fort pour moi. Fort!

    1. Tu avais lu le roman jeunesse de Lorena Hickok? (je ne suis pas certaine de l’orthographe). Si tu as aimé la BD, je pense que ça peut aussi te plaire!

  3. C’est vrai que j’ai beaucoup aimé. Mais je n’ai pas lu le roman. Et j’ai apprécié ce portrait où Annie n’est pas une pédagogue hors pair, où elle lutte parfois avec violence pour imposer sa « méthode » à Hélène. C’est vrai qu’elle pas spécialement sympathique mais finalement je l’ai trouvé humaine, ni plus ni moins 😉

    1. Oui, tu as raison pour ça. Très humaine, plus réelle que dans le livre. Ce qui m,a surtout dérangée c’était son sentiment de possession par rapport àa Helen… limite malsain. Mais bon, c’était peut-être ça hein!

  4. Hello Karine !
    J’ai bcp aimé cette BD, la grande réussite pour moi sont ces moments complets dans le noir. Et en plus la traduction en français est parfaite puisque la langue des signes a également été traduite.

    1. Oui, les moments dans le noir sont mes moments préférés aussi. C’est vraiment super bien trouvé!

  5. Toujours pas eu envie de lire cette adaptation, surtout à cause des dessins pour lesquels je suis plus que dubitative… Je la lirai peut-être un jour mais il n’y a aucun caractère d’urgence…

    1. Je serais curieuse de voir ce que tu en penserais. Je suis l’une des rares qui n’a pas vraiment adhéré…

    • Moka sur 17/06/2015 à 13:59

    Sur ma PAL depuis longtemps…

    1. Curieuse je suis, alors… lis-le, qu’on puisse comparer nos avis!

  6. et bien tant pis !

    1. Pour moi, oui, ça a été un gros tant pis!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.