La magnificence des oiseaux – Barry Hughart

magnificence-des-oiseaux.jpg

« Bonjour mon nom est Li, mon prénom est Kao et j’ai un léger défaut de personnalité ». 

 

À chaque fois que cette phrase était écrite, je riais toute seule.  Petit défaut, vous dites??


Quel étrange petit roman que celui-ci.  On nous entraîne dans une Chine médiévale fantastique, dans une épopée comprenant des contes de fées, des légendes, des aventures et surtout beaucoup d’humour.   Ce n’est pas une histoire épique ni grandiose en soi… mais j’ai passé un très bon moment. 

 

Tout commence quand tous les enfants de 8 à 13 ans sont soudain victimes d’une terrible malédiction.  Boeuf numéro 10 (ou Lou You, un grand colosse de 19 ans, au coeur pur) est donc chargé de quelques pièces de cuivre pour engager un sage qui pourra résoudre l’énigme. Le seul qui n’est pas insulté par le montant offert est Maître Li (celui avec un « léger » défaut de personnalité), vieux sage alcoolique qui ne recule devant rien pour arriver à ses fins.  Petites arnaques, mensonges et doubles sens en tous genre sont monnaie courante chez lui.  Le duo – assez classique malgré les apparences –  fonctionne bien et donne lieu à des échanges qui nous font ouvrir grand les yeux tellement ça semble être sorti de nulle part.  Et ça, avec moi, ça fonctionne toujours.  

 

Entre le conte pour enfants et celui pour adultes (parce que bon, quand même,  Boeuf numéro 10 sert de jambes à maître Li… mais doit aussi à l’occasion rendre utile une autre partie de son corps), on nous balade d’histoire en histoire, qui paraissent fort décousues au départ. pour se rassembler au final.  Si on voit bien venir certaines choses les raisonnements de Maître Li (et ses manigances) sont un plaisir de lecture et j’ai beaucoup beaucoup aimé ma balade dans cette Chine un peu particulière, où les racines de Gingseng sont en fait une reine et où les légendes prennent vie. 

 

Beaucoup de fraîcheur, de situations impossibles et incroyables… et un bon moment de lecture!

(8 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Cela fait quelques temps que ce roman me fait de l’oeil chez mon libraire. Ton billet est convaincant, mais j’hésite encore.

    1. Cléanthe: Il est vraiment particulier, avec son étrange humour.  Et ça change des univers fantasy européens!

    • Acr0 on 14/01/2014 at 00:30

    J’aime beaucoup cette couverture car on retrouve bien les personnages. J’ai l’édition de Dénoël dont j’aime bien le petit côté suranné. Ah je me suis bien marrée durant le livre mais j’ai trouvé qu’il y avait parfois quelques répétitions. Mais de manière réaliste, côté bidonnage, ce livre ne supplante pas « L’agneau » de Christopher Moore 🙂

    1. Acr0: Oui, ily a quelques répétitions, mais bon, j’ai ri à chaque fois. J’adore aussi Moore… je n’ai pas lu celui-ci mais bon, quand même, le lézard, c’était quelque chose!

    • Vert on 14/01/2014 at 08:49

    Je garde un bon souvenir de ce bouquin, ça fait des années que je veux lire la suite d’ailleurs ^^

    1. VErt: J’ai lu quelque part que la suite n’avait pas la même fraîcheur… il faudra que je voie pas moi-même!

  2. Je les ai dans ma pal ceux là (les trois), les titres m’avaient fait craquer, du coup je suis ravie…

    1. Yueyin: C’est particulier et on se fait carrément balader sans trop savoir.  Mais ça m’a plu!

Les commentaires sont désactivés.

Aller à la barre d’outils