Viens, on s’aime – Morgane Moncomble

Des fois, j’ai envie de romance. C’est ce qui m’est arrivé hier soir (bon, comprendre qu’on est mi-janvier, qu’il fait -34 plus les vents et que j’ai besoin de doudouitude. Ça se comprend). Du coup, j’ai pris le premier roman d’amour que j’avais sous la main, et c’était celui-là. Je n’ai aucune espèce d’idée de la façon dont il est arrivé dans ma pile par contre. J’ai été limite surprise de le trouver.

C’est donc l’histoire de Violette, 19 ans, qui habite depuis peu à Paris pour étudier à l’école de stylisme. Le soir du nouvel an, elle reste coincée dans l’ascenseur avec un voisin et c’est un coup de foudre amical. Il est en couple avec Lucie, il en est très amoureux et elle a bien besoin d’amis. Flash Forward un an plus tard. Lucie n’est plus là et Loam (c’est le nom du voisin) habite avec Violette et Zoé, question de sauver des sous. Violette a un nouveau petit copain, Clément, et pour une raison qui n’est pas tout à fait logique, elle ne veut pas lui avouer qu’elle est toujours vierge. Devinez vers qui elle va se tourner pour régler ce « petit problème »?

Ce qu’il faut savoir, c’est que je suis très fan du concept « amis à amoureux » dans la romance. Ça et les mariages arrangés, ça me plaît toujours, je ne comprends pas pourquoi. Ceux qui me connaissent auront des sourires entendus et me diront qu’eux, comprennent très bien pourquoi (rassurez-vous, je n’ai jamais eu à subir un mariage arrangé) mais c’est un détaillounet n’est-ce pas! Du coup, même si rien n’est original dans la trame de ce roman, je suis tout de suite entrée dedans et je l’ai enchaîné dans une soirée. Oui, il y a des clichés, mais en gros, ça passe bien. J’ai bien apprécié que les personnages prennent des mauvaises décisions, qu’ils fassent des erreurs et que ce ne soit pas toujours dramatique. J’ai aussi apprécié le fait que les personnages fassent parfois des blagues stupides, qu’ils aient des préjugés, et que ça n’en fasse pas nécessairement de « mauvaises personnes ». Est-ce que ça paraît que j’en ai mon voyage du trop politically correct?

Violette est maladroite, elle parle à tort et à travers, elle a son histoire et son passé sans que ça tombe nécessairement dans le drame. Idem pour Loan, même si dans son cas, j’aurais quand même aimé en savoir un peu plus sur le dit passé. Le groupe d’amis est réellement vivant et important, ils ne servent pas que de décor. Bref, j’ai bien aimé cet aspect. Par contre, j’ai eu un peu de mal avec le fait que tous les copains soient des mecs… qu’à part Zoé, toutes les femmes sont vues comme des rivales. Ça me gosse toujours un peu.

Par contre, il y a franchement des longueurs, surtout dans la deuxième partie du roman. Un certain épisode reste en plan (et je n’ai pas compris son intérêt), il y a des répétitions et le tout aurait pu être resserré. J’ai parfois levé les yeux au ciel (mais ça m’arrive tout le temps) mais surtout, surtout… les « mon meilleur ami » et « ma meilleure amie » dans la narration… je n’en pouvais plus. Au bout de 20 fois, on le sait que Zoé est sa meilleure amie et que Liam est son meilleur ami. Surtout quand c’était loin d’être aussi clair que ça. De plus, le traitement de l’amitié homme-femme, m’a plus ou moins convaincue.

Ceci dit, malgré quelques maladresses, un héros un peu trop parfait et des longueurs, j’ai passé un bon moment. Ce qui est déjà pas mal!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils