«

»

Fév 10 2018

Underground Railroad – Colson Whitehead

Ouf.  Quel roman.  Je ne sais trop par où commencer et en même temps, j’ai l’impression que tout le monde en a parlé.  Du coup, je ne vois pas ce que je pourrais ajouter à ce qui a déjà été dit à son sujet.  Mais bon, vu que je l’ai lu, et que c’est mon blog… tant pis pour vous!

 

Nous sommes donc au début du 19e siècle, dans les sud des États-Unis.  En Georgie, plus précisément.  Cora est esclave sur une plantation de coton.  Pour elle, la vie est un enfer.  En effet, en plus de subir les brimades des maîtres blancs et les humiliations quotidiennes, elle est ostracisée parmi les autres esclaves, en raison d’un conflit entre sa mère et une autre esclave.  La mère de Cora est LA femme qui a réussi à s’échapper, il y a plusieurs années.   Un jour, un nouvel esclave lui fait une proposition et elle va découvrir le légendaire Underground Railroad.

 

Le chemin de fer clandestin est le chemin que prenaient les esclaves pour aller vers le nord, vers la liberté.  L’auteur l’exploite ici d’une façon assez géniale, rendant le tout mystique, mystérieux et un peu fantastique.  Et ce chemin, Cora va l’emprunter, à ses risques et périls.

 

Je ne suis pas sortie indemne de ce roman.  Le début est terrible et on réalise tout de suite qu’on va être bouleversé.   Ce qui arrive à ces gens en Afrique, qu’on kidnappe pour rien du tout, pour qu’ils deviennent la possession d’un blanc riche à l’autre bout du monde.   C’est insidieux, ordinaire, et présenté comme « normal ».  Je pense que c’est ce qui m’a le plus fait mal dans ce roman.   Ça et le parcours de Cora à travers les États-Unis, pourchassée, trahie plus souvent qu’à son tour.

 

Ce roman est fort et puissant.  On y découvre un pan de l’histoire des États-Unis et le destin de ces hommes et de ces femmes qui ont souvent grandi en tant qu’objet et qui se retrouvent soudain laissés à eux-mêmes.  Cora découvre qui elle est en même temps qu’elle découvre la liberté, sa vie ne lui ayant pas permis développer tout ce qu’elle aurait pu être et elle se découvre une femme courageuse, intelligente… et on sent que ce n’est pas terminé.

 

Certes, certains personnages secondaires auraient pu être plus développés (Caesar, je parle de toi!) mais j’ai apprécié l’évolution de Cora et surtout, ses imperfections.  Les marques de l’esclavage ne disparaissent pas subitement, rien n’est facile et le climat de l’époque est bien recréé.  Ce qui se passe dans la ferme, entre autres, m’a carrément révoltée.    Bref, même si on sait, je pense qu’on ne réalisera jamais complètemet… et qu’on faut parfois des piqûres de rappel.

 

Lu dans le cadre du challenge African American History Month chez Enna!

 

(32 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Kathel

    Je suis d’accord en tous points avec ton billet ! Et même si on en a pas mal parlé, il aurait été dommage que tu n’en parles pas…

    1. Karine:)

      C’est pas évident d’écrire un billet après tout le monde.. mais bon, au moins, j’ai pris le temps d’y réfléchir… et on dirait que ça m’aide à m’en souvenir et à mieux réfléchir.

  2. enna

    Je suis aussi d’accord avec toi : on ne sort pas indemne de ce roman qui montre une situation terrible de l’intérieur! Je suis contente de partager cette lecture commune avec toi!

    1. Karine:)

      Moi aussi je suis ravie d’avoir partagé avec toi! Je vais d’ailleurs aller voir ton billet dans la journée… je me lève! J’en suis sortie toute chamboulée.

  3. Moka

    Un roman poignant que j’ai adoré.

    1. Karine:)

      Tout pareil. Ca prend aux trippes.

  4. Moustafette

    Je le note, peut-être pour le défi littéraire de novembre.

    1. Karine:)

      Quel défi littéraire en novembre? Curieuse je suis. Mais bon, pour moi, novembre, c’est québécois!! MAis ce roman vaut le coup, je le jure.

  5. Pauline

    Je suis en train de le lire. C’est un grand livre. Je suis absolument d’accord avec tes dernières phrases. C’est ce que je me dis à chaque fois que je lis sur des sujets difficiles. On sait. Mais réalise t-on ?
    J’ai hâte de m’y remettre. Je trouve qu’il y a un vrai style dans la façon de raconter.

    1. Karine:)

      Je ne pense pas qu’on réalise. Et même après avoir lu tout ça, je ne pense pas qu’on ne réalise pas tout ça. J’ai énormément aimé et j’ai de plus en plus envie de lire sur le sujet suite à cette lecture.

  6. Autist Reading

    Un bon roman sans doute trop « lisse » (en particulier le personnage de Cora) pour parvenir à me bouleverser. Toi qui lis en anglais, sur une thématique proche (esclavage moderne dans les plantations d’agrumes), je te recommande vivement Delicious Foods, de James Hannaham, qui m’avait vraiment retourné (ici)

    1. Karine:)

      J’étais tellement à l’envers que le côté « lisse » ne m’a pas sauté au visage. Quoiqu’à y repenser, peut-être… Je note le James Hannaham. En effet, ça peut beaucoup me tenter.

  7. Lilly

    Ce livre me fait peur, je n’ai pas le cœur assez bien accroché pour lire les horreurs de l’esclavage.Je ne sais pas si tu as lu « La dernière fugitive » de Tracy Chevalier. C’est avec ce roman que j’avais découvert le fameux chemin de fer et le rôle des quakers dans l’histoire.

    1. Karine:)

      Ah non, je ne connaissais pas du tout! Je vais aller fouiner, donc!

  8. maggie

    J’ai vu des avis moins enthousiastes ( notamment claudia qui est déçue par l’écriture et plein d’autres choses…). J’avais déjà lu un livre sur ce thème de tracy chevalier et je pense continuer avec celui-là

    1. Karine:)

      Je vais certainement lire le Tracy Chevalier. C’est un roman qui passe ou qui casse, je pense… moi, j’ai été virée de bord.

  9. Suzanne

    L’ai lu aussi et beaucoup aimé. Je n’en ai pas parlé encore mais plus tard car comme j’ai beaucoup de retard à combler de mes lectures antérieures à celle-ci, son billet va attendre. 😉

    1. Karine:)

      Moi je vais le contraire.. je commence par les derniers! C’est une roue sans fin!

  10. Marie-Claude

    Quel roman époustouflant! Outre la froideur et le manque d’émotion de certains personnages, j’ai adoré.
    S’approprier ainsi au pied de la lettre le chemin de fer souterrain, il fallait le faire!
    J’adore Colson Whitehead. Après « Zone 1 », roman avec zombies (que j’ai adoré alors que ce genre de personnages me fait habituellement fuir) et « Sag Harbor », un roman de formation, le v’la qui donne dans le roman à aveur historique. Bref, un auteur de grand talent qui ne cesse de se renouveler. À suivre!

    1. Karine:)

      C’est le premier roman de l’auteur que je lis. Je vais certainement me pencher vers les autres, après ce que tu en dis. Bon, pas les zombies par contre. J’aime pas les zombies. Et j’ai trippé sur le underground railroad interprété comme ça.

  11. Antigone

    J’avais lu des avis moins positifs, si bien que tu me le remets en tête !! 😉

    1. Karine:)

      Ça passe ou ça casse, je pense. Sachant ça, tu vas pouvoir l’ouvrir avec des attentes plus neutres.

  12. Amandine Au Fil des Plumes

    Etant donné que je vis dans une grotte depuis quelques temps, je suis complètement passée à côté de ce titre! Je le note de ce pas car ce que tu en dis me séduit.

    1. Karine:)

      C’est un roman qui suscite des opinions diverses et variées, en fait! Moi, ça a parfaitement fonctionné et j’ai été virée de bord!

  13. PatiVore

    Même traducteur que pour Les pêcheurs ; je parle du traducteur parce que je l’ai rencontré ; on ne pense pas assez souvent aux traducteurs mais ils font (souvent) un super travail ; j’avais donc noté ce roman qui venait de paraître mais je ne l’ai pas encore lu (il fait un peu peur…).

    1. Karine:)

      Le sujet est hyper dur mais pour moi, ça a passé. Pas pour tout le monde, à ce que je vois dans les commentaires. Et ma twinette est traductrice alors je n’oublie que rarement!

  14. Lili Galipette

    Beaucoup moins enthousiaste que toi. Histoire trop lisse et impossible de m’attacher à Cora.
    Mais sans doute suis-je trop marquée et pour toujours par « Racine » d’Alex Haley pour ce qui concerne les récits sur l’esclavage.

    1. Karine:)

      Je note « Racine ». Je pense que j’avais besoin qu’il y ait un côté lisse. J’ai été complètement à l’envers face à tout ça.

  15. Alex-Mot-à-Mots

    Une lecture que j’avais trouvée sympathique mais pas exceptionnelle.

    1. Karine:)

      Il y a tellement d’avis de tous les genres sur ce roman. Du coup, je suis contente d’avoir aimé parce que je sens que ça aurait pu aller de n’importe quel bord.

  16. Lili

    Je l’ai noté depuis sa sortie et, décidément, il semble beaucoup plaire. J’attends néanmoins sa sortie en poche ^^

    1. Karine:)

      C’est un roman qu’on aime ou qu’on déteste, je pense. J’espère que ça va te plaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Aller à la barre d’outils