True Story – Kate Reed Petty

Ce roman faisait partie du choix hors-Québec pour le Prix des libraires du Québec sinon je ne sais pas si je serais allée d’emblée vers lui. Tout le monde trippe Gallmeister et moi, à chaque fois, j’ai peur. Bref, bienvenue dans ma vie.

De quoi ça parle

Alice Lovett est une femme difficile à cerner. Elle prête sa plume aux autres et s’est éloignée des siens dont sa meilleure amie, Haley, qui ne souhaite parfois que son bien. C’est que que quand elles étaient ados, en 1999, Alice est allée à une fête et est revenue chez elle, saoule, raccompagnée par deux garçons. Que s’est-il vraiment passé?  Alice n’en a plus aucun souvenir mais la machine à rumeurs est partie et du coup, la vie a pour elle changé. Et si, après toutes ces années, elle pouvait se venger?

Mon avis

Ça commençait bien avec ce roman. Nous sommes à la fin des années 90, avec une équipe de crosse. Certains sont les kings de l’école, d’autres ont quand même du mal, mais ils sont une équipe, avec leurs rites, leurs fêtes et leurs blagues stupides. Nick, le narrateur, est un bon joueur, qui joue un peu une game. Son meilleur pote Richard est plus introverti tandis que Max est le clown-pas-drôle. Celui qui se croit tout permis et qui se trouve hi-la-rant. Quant aux autres, ils font souvent semblant. De le trouver drôle. En me rappelant mon adolescence (fin des années 80, début 90) avec des équipes de jockey, je réalise que c’était totalement ça. Crédible donc. Et la claque de réaliser qu’à cette époque, on trouvait ça normal. Boys will be boys quoi.  Bref…  ça partait fort. 

Suite à une fête, Richard et Max vont ramener Alice, la « fille du privé », chez elle et au resto où ils se retrouvent tous, Max et Richard vont se vanter de lui avoir fait des attouchements. Haley va entendre tout ça, être bouleversée, la machine à rumeurs va partir et la vie d’Alice, qui n’a aucun, mais aucun souvenir de ce qui s’est passé, va être sans dessus dessous. Et la question se pose. Que s’est-il vraiment passé?  Et si, finalement, la construction qu’on se fait de soi après de telles rumeurs était tout aussi dommageable?  Alice est un personnage qui, même adulte, cherche encore à se définir et à s’éloigner de tout ça. L’attitude du coach et des gens en général étaient à vomir. Et que dire du passage sur l’essai pour l’université! 

Par contre, toute la partie centrale du livre, faite de différents media, a pour moi fait retomber le soufflé. C’est qu’il ne se passe pas grand chose et on a l’impression d’être complètement dans une autre ambiance. Quel ennui! Finalement, nous revenons vers l’histoire principale et l’intérêt a repris dans mon cas mais même si la réflexion était intéressante, je garde un souvenir final assez mitigé. Trop inégal. 

La fin peut déranger mais pour ma part, j’ai trouvé que ça amenait le sujet sous un autre angle. Bref, avis en demi-teinte et clairement pas mon choix pour cette catégorie. 

4 Commentaires

4 pings

Passer au formulaire de commentaire

  1. Dommage, ton billet commençait bien.

    1. Oui, j’ai été déçue d’être déçue.

  2. J’avais trouvé que ça relevait plus de l’exercice de style que d’une réelle histoire. J’avais fini par m’ennuyer alors que l’idée de départ, « qu’est ce que le vrai » était intéressante. On finit par s’y perdre.

    1. Oui, assez d’accord à la réflexion. On s’Éloigne trop du propos initial.

Les commentaires sont désactivés.