«

»

Nov 08 2018

Thelma, Louise et moi – Martine Delvaux

-Qu’est-ce que tu lis? m’a demandé Mylène quand je suis allée la chercher à l’aéroport.

-Un essai féministe à partir de la trame du film « Thelma et Louise ».

 

À voir son regard, je ne la tentais pas du tout! Et pourtant, c’était bien, voire même très bien. Surtout quand on a comme moi été marquée par Thelma et Louise (cette images de la fin… cette image) à l’adolescence, sans toutefois comprendre tous les tenants et les aboutissants. Du coup, ce regard mature, critique et manifestement féministe m’a beaucoup parlé.

 

Entendons-nous, c’est Martine Delvaux. Si les interprétations féministes vous déplaisent, passez votre chemin car c’est de ça qu’il s’agit.  Ceci dit, étant donné le film et son contenu, ce n’est pas non plus surprenant.  Ici, nous avons une réflexion sur la place des femmes dans la société, sur leurs destins, leurs choix et leurs non-choix.   Martine Delvaux a vu Thelma et Louise 50 fois et à chaque fois, à la fin, elle éclate en sanglots.  Dans son essai, elle nous emmène avec elle dans sa tête et dans le road trip de Thelma et Louise, sans oublier Callie Khoury, la scénariste et les actrices qui interprètent Thelma et Louise.  Elle revisite les mêmes scènes et on sent l’émotion, le sentiment d’impuissance face à la violence qui pointent.  Vivre « moindrement » parce que femme, ou faire le grand saut? Quel avenir est possible dans notre monde où la société est beaucoup plus souple envers les hommes qu’envers les femmes?

 

Nous sommes invités à nous balader entre les expériences de l’auteure et le film et Martine Delvaux passe la réalité dans le filtre de la violence faite aux femmes, la violence physique, certes, mais aussi psychologique et quotidienne.  Ce sexisme ordinaire. L’écriture est hyper visuelle, on a l’impression de revoir les scènes défiler, autant celles du film que celles, plus personnelles, que l’auteur décrit.

 

Un moment de réflexion pour moi… et pour répondre à la question : oui, j’ai re-regardé Thelma et Louise. Oui, j’ai eu peur qu’elles dérapent. Et oui, j’ai pleuré à la fin. Pour la fin mais aussi pour le Texas et pour ce qui ne sera jamais dit.

(3 commentaires)

  1. Yueyin

    En même temps c’est un film feministe, volontairement et dans tous les plans (voire le rôle d’objet sexuel passer de geena à brad est une lecon de cinema)… Une ode a la reprise en main par les femmes de leur vie, de leurs choix, de leur sexualité, de leur consentement, de tout quoi… Oui je l’ai revu y’a pas longtemps… J’aimerais bien lire le livre du coup 😀😀😀

  2. Aifelle

    J’ai revu le film ces jours-ci et il n’a rien perdu de sa force. Je pense que les réflexions de l’auteure me conviendraient tout-à-fait, on n’est jamais trop féministe face au poids du machisme de la société.

  3. Alex-Mot-à-Mots

    Que de raisons de pleurer….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Aller à la barre d’outils