Songe à la douceur – Clémentine Beauvais

Le comment du pourquoi

Ceux qui me suivent depuis longtemps savent que je voue un amour fou à Eugène Onéguine, de Pouchkine. Mais, vraiment. Je me rappelle le regard éberlué du copain que j’avais à l’époque quand je m’étais levée de mon bain pour déclamer très théâtralement – et accessoirement, complètemente à poils – certains vers particulièrement magnifiques. Bref, une réécriture de ce long poème, pour moi, c’était une évidence.

De quoi ça parle

La première fois que Tatiana a rencontré Eugène, elle avait 14 ans et lui 17. Il était ami avec Lansky, qui était l’amoureux de sa soeur Olga. Elle vivait à travers les personnage de ses romans et il vivait à plein son spleen, son détachement et son profond ennui. À 17 ans, il avait tout vu, était blasé de tout. Elle va tomber en amour, of course, avec toute la candeur et la naïveté de l’adolescence. Mais, clairement, ça ne va pas bien se finir.

La deuxième fois que Tatiana a rencontré Eugène, elle a dix ans de plus, et lui aussi. Elle est chercheuse en histoire de l’art, il est consultant. Ils ont tous deux bien changé. Est-ce que ça va finir différemment?

Mon avis

Qu’est-ce que j’ai pu aimer! Je m’attendais à bougonner un peu, parce que bon, c’est quand même un peu sacrilège de s’attaquer à Eugène Onéguine (je connais davantage la version Pouchkine que la version Tchaikovsky). Mais que nenni! Cette réinterprétation est intelligente, très sensible, mais elle contient aussi beaucoup d’humour. Clémentine Beauvais a même réussi à nous offrir une version réussie de la fameuse voix de l’Auteur de Pouchkine. Je me suis régalée.

Nous sommes ici à Paris. La campagne est devenue banlieue (ouais, pour plusieurs parisiens, la banlieue, c’est la campagne), les personnages ont changé d’âge, ne sont pas tout à fait si éloignés socialement. Sérieusement, la façon dont certains événements sont transposés à l’époque actuelle est hyper ingénieuse. Je ne peux pas vous dire de quoi je parle exactement, mais disons que je me demandais comment certains fait importants allaient être traités. Et c’est top.

Il y a un vrai effort de mise en page, nous sommes aussi dans un roman en vers (libres, cette fois), et il y a un je-ne-sais-quoi dans la façon de présenter le texte qui fait écho à ce qui est ressenti par les personnages ou le lecteur. On saute du passé au présent, l’Auteur s’amuse un peu avec le lecteur et c’est bourré de références littéraires. Ce que j’adore, of course.

Bref, je suis conquise. Ici, le côté critique sociale de la pièce d’origine est beaucoup moins présente, mais il y a des moments déchirants, une réelle évolution des personnages… et j’ai fini avec un sourire idiot sur le visage.

Un plaisir à déguster!

16 Commentaires

16 pings

Passer au formulaire de commentaire

  1. Il me fait de l’oeil depuis longtemps !

    1. tente le coup alors. Sérieux, j’ai beaucoup aimé.

    • Mes échappées livresques sur 24/08/2020 à 08:52

    Découvert en audio avec une narratrice vraiment excellente, j’ai adoré ce roman également!

    1. Oui, j’en ai entendu des parties. C’est top en audio.

  2. Tout à fait d’accord avec toi

    1. C’est un roman qui vaut le coup, je trouve.

    • Lilly sur 24/08/2020 à 10:03

    Je crois que j’avais bien aimé, mais la parution en « jeunesse » m’avait laissée dubitative. En revanche, à ma grande honte, je n’ai rien compris à l’œuvre d’origine, ou en tout cas pas en quoi elle est si exceptionnelle… Moi qui voulait remonter aux sources du roman russe pour affermir ma passion pour les auteurs de cette nationalité, ça a été la douche froide.

    1. Tu l’aurais mis en adulte? Pourtant, je trouve qu’il y a un ton très jeunesse, justement, malgré les deux époques. Mais en effet, la seconde partie est plus mature. Quant à l’oeuvre originale, je l’ai découverte après être allée en Russie. Notre guide était une prof de littérature et elle nous en avait beaucoup parlé et lu des bouts en Russe, en nous mettant l’oeuvre dans l’histoire. En fait, Pouchkine aurait fait des choses avec la langue russe qui n’avaient jamais été faites avant. Du coup, tout le monde connaît l’oeuvre.

  3. J’avais beaucoup aimé !

    1. J’ai vu beaucoup d’avis très positifs un peu partout. Un de mes jeunesse préférés j’avoue.

    • Anne sur 25/08/2020 à 05:28

    Oh je suis contente ! J’ai adoré ce livre et je suis devenue fan de Clémentine Beauvais, dont je n’ai encore rien lu d’autre – mais ça va venir – il y a un nouveau roman qui vient de paraître. Je trouve qu’elle a une énergie, une finesse, une modernité, une attention à son public vraiment remarquables.

    1. Oui, je trouve aussi. J’ai aussi lu « Les petites reines » que j’avais beaucoup aimé. Beaucoup d’humour et un regard acéré, très moderne. Je veux aussi lire son dernier.

  4. Un sourire idiot sur le visage ? J’imagine…

    1. Je suis vraiment cute avec un sourire idiot sur le visage!

    • Moka sur 06/09/2020 à 03:42

    J’ai adoré ce roman. Tant dans sa forme et dans le fond.
    Et puis Eugène Onéguine par Clémentine, ça claque.
    J’ai encore la petite musique de sa plume en tête.

    1. Idem. Vraiment, c’est topissime! Les petits « Eugène » insérés partout… j’ai ADORÉ!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.