Le château dans les étoiles – tomes 3-4-5 – Alex Alice

Le comment du pourquoi

J’avais beaucoup aimé les deux premiers tomes, du coup, c’est officiel que j’avais envie de lire la suite. Bon ça a traîné 6 mois mais ça ne veut rien dire, n’est-ce pas!

De quoi ça parle

Disons seulement que cette série jeunesse nous emmène dans un univers uchronique et steampunk, qu’il nous fait croiser Louis de Bavière et qu’il nous promène de la lune à Mars dans un cygne géant propulsé à l’éther, avec trois jeunes héros pas piqués des vers!

Mon avis

Vous ne serez pas surpris de savoir que j’ai beaucoup aimé ces trois tomes, encore une fois! Je suis fan de l’univers plein d’imagination, d’idées folles et de rêves plus grands que nature. Nous sommes toujours avec Séraphin, Sophie et Hans, et dans ces tomes, nous les suivons dans les conséquences de leur périple précédent. Bismark veut toujours conquérir la terre et l’espace, par tous les moyens possibles, quitte à tricher et à trahir. Est-ce que les alliances vont les sauver?

Dans ces tomes, les adolescents sont davantage laissés à eux-mêmes, les figures d’adultes n’étant pas toujours disponibles ou même fiables. On assiste donc graduellement au passage à l’âge adulte, et surtout à la réalisation qu’ils sont seuls et ne peuvent se fier que sur eux-mêmes. Et que ça risque de continuer comme ça un bon bout de temps. Les quêtes du départ sont toujours en cours… et si Mars détenait tous les secrets?

C’est encore une fois rapide, rempli d’aventures et de retournements de situation. Les dessins restent dans les tons pastels et me plaisent toujours autant. Ils ont un côté mystérieux, flou, qui convient parfaitement à l’histoire, je trouve. C’est inspiré de Jules Verne, c’est bien construit, c’est un régal pour les yeux… je conseille à tous! Et vivement que le tome 6 soit publié!

C’était ma BD de la semaine. Tous les billets chez Moka

My Dark Vanessa – Kate Elizabeth Russell

Le comment du pourquoi

J’avais entendu de parler de ce roman par plusieurs amies, qui m’ont toutes dit que je serais touchée par cette histoire. Je pense qu’elles me connaissent parce que le traitement de l’abus m’a bouleversée et cette histoire est vraiment venue me chercher. 

De quoi ça parle

Vanessa a quinze ans quand elle entre dans un prestigieux pensionnat privé. Elle et sa meilleure amie ne se parlent plus depuis que cette dernière a un copain et elle est se retrouve seule et peu sûre d’elle. Elle va s’éveiller à la sensualité à travers le regard et les gestes de Jacob Strane, son professeur de littérature, qui va rapidement la distinguer, la faire se sentir spéciale, privilégiée. Dix-sept ans plus tard, des accusations contre Strane vont surgir et Vanessa va devoir porter un autre regard sur la relation qui a fait sa vie pendant tant d’année.

Mon avis

Oh que ce roman est dérangeant! Nous voyons toute cette histoire à travers le regard de Vanessa, profondément blessée sans s’en rendre compte. Ça fait frissonner, on a parfois le goût de la secouer, mais c’est toute cette ambivalence qui fait que le roman est si intéressant. En effet, dans sa tête, Vanessa a vécu une grande histoire d’amour interdit, pas une relation abusive. Cette histoire a tellement pris de place en elle, a tellement défini ce qu’elle est, qu’elle n’a de cesse de lui trouver des excuses et elle en a plutôt contre celles qui dénoncent « pour une peccadille » selon elle.

C’est une histoire tragique et sombre, bien trop fréquente. C’est celle des victimes qui minimisent car trop de souffrance, des institutions qui sont complices et des silences qui prennent de l’expansion avec le temps et qui remplit le vide. À 32 ans, Vanessa ne va pas bien, voit un psy, mais ne lui a pas vraiment parlé de cette histoire. D’ailleurs, elle est toujours en contact avec Crane, elle est sa confidente, la seule qui restée envers et contre tous, la seule qui compte assez pour lui. Parce que elle, c’était différent. Elle, il l’aimait.

C’est à travers ces allers-retours entre passé et présent que nous allons comprendre petit à petit l’emprise qu’avait cet enseignant sur la jeune femme. On sent qu’il sait ce qu’il fait, qu’il sait que c’est mal, mais il se justifie à lui-même, il réussit à lui faire croire que tout ça vient d’elle. Il lui fait lire Lolita, vante son travail, la fait se sentir belle alors qu’elle se sent « ordinaire ». À chaque étape, il valide si elle veut, si elle est sûre, elle en redemande et revient encore et toujours. Et pourtant…

Pas facile de passer tant de temps avec Vanessa et son déni, mais à la côtoyer, on peut comprendre la profondeur de ses blessures et de ses mécanismes de défense. Son évolution ne sera pas magique et ce qui fait le plus peur, c’est qu’une telle histoire aurait pu arriver à de nombreuses adolescentes. Elle se sentait exclue, insécure, cherchait sa place… mais n’est-ce pas souvent le cas à l’adolescence?

Bref, il m’a marquée et me rappelle toutes les manipulations « ordinaires », toutes ces relations toxiques de co-dépendance et ces gratifications qu’on peut trouver à être « importante » pour quelqu’un. À tenter, si vous avez le coeur bien accroché.

La course de Rose – Dawn Dumont

Le comment du pourquoi

Je reste toujours à l’affût de ce que font les éditions Hannenorak, maison d’édition autochtone québécoise. Cet ouvrage m’a tout de suite interpellée, autant pour l’idée de la course à pieds que pour le fait qu’il se déroule dans une réserve en Saskatchewan. Du coup, quand Rose, jeune booktubeuse d’ici, me l’a offert pour le swap de Noël BooktubeQc, j’étais plus que ravie. Allez voir sa chaîne, elle est au secondaire et elle dévore les livres!

De quoi ça parle

Rose a la trentaine, est mère d’une ado et d’une 8 ans précoce, elle habite sur une réserve en Saskatchewan, et elle vient de perdre à la fois son emploi et son bon à rien de mari. Ce qui n’est franchement pas une grande perte. Quand elle est vue en train de courir dans les rues, elle s’invente un retour à la course à pieds, alors qu’elle ne s’est pas entraînée depuis l’enfance et qu’en fait, elle tentait d’attraper sa cousine Michelle, qu’elle venait de pogner les culottes à terre avec son mari. Faut pas chercher à comprendre.

Bref, rien ne va plus pour elle et elle doit se reprendre en main alors qu’arrive un nouveau chef et qu’elle se met à entendre des voix et voir des fantômes. Les légendes autochtones vont-elles rattraper la réalité?

Mon avis

Je ne connaissais pas Dawn Dumont mais je suis dès à présent fan de son humour et de sa façon de nous mettre sa réalité en pleine face. J’ai tout de suite aimé ma lecture et le ton de l’autrice. La réalité de la vie sur la réserve ne nous est pas épargnée mais sans misérabilisme. C’est la vie, c’est comme ça que ça marche et c’est tout. Ici, pas de bons et de méchants, juste des gens qui veulent s’en sortir mais qui ne réussissent pas tout le temps. Certains magouillent, certains font ce qu’ils ont à faire mais la vision de Dawn Dumont qui a grandi dans la réserve Okanese nous les rend juste profondément humains. Pas tous attachants, mais humains quand même!

La course de Rose, c’est l’histoire d’une femme qui se laisse porter par la vie et par ce qui lui arrive. Elle est certes en colère mais ses sentiments sont enfouis en elle. Elle laisse les choses lui arriver, accepte parfois l’inacceptable par inaction, jusqu’à ce jour-là. Elle va petit à petit se prendre en main, et finir par se sauver elle-même. Parce que ya pas mal juste elle qui pouvait le faire. Et c’est bien! On peut s’identifier à Rose, même si nous avons un vécu bien différent. En effet, qui n’a pas eu ce syndrome de l’imposteur, ce sentiment de ne pas être à la hauteur et d’avoir une montagne devant soi? Rose nous ressemble un peu, certes, mais avec un petit quelque chose de différent dans son histoire, et ça se ressent tout au long de notre lecture.

Les dialogues sont piquants, on est souvent touchés par ce qui arrive aux personnages, mais on se surprend à sourire au tournant d’une page. La vie à la réserve est rude, mais ce n’est pas qu’horreurs et violences.

L’allochtonone que je suis a moins adhéré au dernier tiers du roman, qui voit intervenir certains éléments surnaturels, éléments qui font, à ce qu’on me dit, partie du quotidien des peuples autochtones. Ici, le tout part en vrille, mais ça permet de mettre en lumière certains comportements et de les dénoncer. J’ai préféré le début à cette finale toute en feux d’artifices, mais ça nous permet d’appréhender une autre partie de cette culture.

Bref, j’ai vraiment aimé ce roman et je veux maintenant lire « On ne pleure pas au bingo », qui a été aussi publié chez Hannenorak. Lucky me!

Les soeurs Grémillet – 1- Le rêve de Sarah – Barbucci / di Gregorio

Le comment du pourquoi

Cet album, je l’avais spotté chez les collègues de la BD de la semaine avant Noël. Comme ici, les albums arrivent pas mal plus tard, j’ai eu le temps de voir pas mal de commentaires hyper positifs avant de m’y plonger. Et savez-vous quoi? La BD est à la hauteur!

De quoi ça parle

Dans la famille Grémillet, il y a une mère et ses trois filles. La plus jeune ne parle qu’aux chats, la cadette est une grande romantique et Sarah, l’aînée, celle qui est en charge, est hantée par une mystérieux rêve où il est question d’un énorme arbre et de méduses mystérieuses. C’est après avoir fouillé dans le grenier qu’elles ont retrouver des photos… et mener leur enquête.

Mon avis

Bon, j’ai vendu le punch dès le début, mais cet album m’a énormément plu et il est, selon moi, à la hauteur de toutes les louanges qu’il a reçues. D’abord, le graphisme frappe par sa délicatesse et sa colorisation tout en finesse. Les images sont magnifiques, les plans oniriques sont mes préférés et on reste en admiration devant certaines planches. Non, mais c’est juste beau. Autant le village que la maison ou le rêve. Bref, j’aime. C’est mon côté romantique.

Nous voyons dans ce tome se tisser la relation entre les trois soeurs, si différentes, qui s’aiment profondément malgré les disputes et les petites incompréhensions. La petite dernière est mignonne comme tout mais elles ont toutes un petit quelque chose. Elles sont colorées, dynamiques, imaginatives, bref, charmantes, ces soeurs.

L’auteur traite avec beaucoup de doigté du secret de famille, avec juste une touche de magie, qui n’empêche pas que ce soit parfois triste. La façon de gérer le thème est parfaitement adaptée aux jeunes, ouvre la discussion et l’histoire se ferme sur une bonne dose d’espoir.

Une BD très belle graphiquement, qui fait du bien. On en a grand besoin, je trouve.

Tous les billets chez Stephie

La mer sans étoiles – Erin Morgenstern

Le comment du pourquoi

J’avais adoré « The night circus » de Erin Morgenstern. Du coup, quand j’ai vu cette magnifique couverture avec son côté shiny et mystérieux, j’ai tout de suite voulu le lire. Of course.

De quoi ça parle

Zachary Ezra Rawlins est à l’université quand il trouve, dans un livre, son histoire. Il va être intrigué… plus qu’intrigué, et se retrouver plongé dans un univers souterrain onirique et mystérieux, entouré d’histoires.

Mon avis

Quand on est lecteur passionné, comment résiter à une telle accroche? Découvrir un labyrinthe un peu hors de l’espace et du temps, rempli de livres du plancher au plafond. Il y a le Gardien, une mystérieuse femme qui ne parle pas, un homme qui se promène pieds-nus, des peintres, un voyageur du temps, des abeilles, une épée et une clé, on ne sait trop pourquoi ce monde existe, ni où, ni quand, ni comment. Disons-le d’emblée, l’écriture est fabuleuse, enveloppante, magique. C’est rempli de références, d’intertextualité, de livres dans des livres, on se laisse porter dans cet univers fantasmagorique et onirique et on recherche les liens entre les différentes parties de l’histoire.

Là, vous lisez ceci, et vous vous dites que j’ai eu un coup de coeur incroyable? Non, en fait. J’ai aimé, je réalise plusieurs jours ensuite qu’il m’a laissé un souvenir fort et somme toute positif… mais j’ai mis 2 semaines à le lire. Soit, c’était en décembre, j’étais brain dead, mais c’est anormal pour moi. J’ai dû relire les contes plusieurs fois vu que j’avais tout oublié quand je suis arrivée aux passages qui y faisaient référence et si le monde est génial, il y a somme toute peu d’intrigue… Les personnages se laissent porter par l’histoire, se rencontrent, se questionnent, mais à part « savoir ce qu’il y a derrière la porte », ils ne savent pas trop où ils vont. C’est rempli de métaphores, j’y ai vu une réflexion sur ces moments que nous n’avons pas saisi, mais je sens que j’en ai manqué plusieurs. Les abeilles, l’épée… je ne sais encore trop ce que ça signifiait. J’aime quand un roman demande l’implication du lecteur, mais dans ce cas précis, si j’ai aimé la fin, trop de fils sont laissés en plan pour que ça me plaise tout à fait.

Ceci dit, j’étais fatiguée. C’est tout à fait le genre de livre qui me plait beaucoup normalement et ceci explique peut-être cela. Et vous, l’avez-vous lu? Charmés par l’écriture, le réalisme magique et l’atmosphère whimsical ou défaits par la lenteur de l’histoire?

Alice au pays des merveilles – Lewis Carroll / Valeria Docampo

Le comment du pourquoi

J’aime l’histoire d’Alice. J’aime cette folie douce et ces aventures à la fois palpitantes et fascinantes. Du coup, quand j’ai vu cette nouvelle éditions illustrée, je n’ai pas résisté. Non mais comment on peut résiter à une couverture pareille?

Mon avis

Je ne raconterai pas ici l’histoire d’Alice. Je pense que tout le monde la connaît et que j’en ai parlé de long en large dans mon premier billet sur le roman. J’aime perdre pied dans l’histoire, cet univers absurde où on ne peut faire confiance à personne… bref, j’aime Alice et cet imaginaire me suis depuis que je suis petite.

Cette édition en particulier, en plus d’avoir le texte de Carroll, nous offre des illustrations fantaisistes mais aussi très esthétiques et originales. On s’éloigne de la version Disney, il y a de la fluidité, du mouvement, des mélanges de couleurs et nous sommes projetés dans un monde de verts, de roses et de turquoises, tout aussi onirique que l’histoire en elle-même. Bref, vous pouvez tout à fait vous fier sur la couverture. Si ça vous plaît, vous aimerez le contenu.

Bref, une édition collector parfaite pour tous les amoureux de cette histoire. Elle est remplie de grandes illustrations, le texte est bien disposé et facile à lire… bref, une réussite!

L’accident de chasse – Carlson / Blair

Le comment du pourquoi

J’ai tout de suite été séduite par le trait de cette bande dessinée quand je l’ai vue dans le catalogue de Sonatine. Je suis fan de ces dessins chargés, sombres… et quand j’ai vu sur quoi l’histoire était basée, je n’ai pas hésité.

De quoi ça parle

Charlie Rizzo est à la fin de l’enfance quand sa mère meurt et qu’il rejoint son père, à Chicago. Il est aveugle, résultat d’un accident de chasse. Il va grandir avec les petits bums du quartier, avec les gangs en arrière plan et pour eux, les croquemitaines, ce sont Loeb et Leopold, les tristement célèbres tueurs d’un jeune de 14 ans, pour aucun autre motif que l’idée de commettre le crime parfait. Plus tard, quand Charlie se retrouve en mauvaise posture et est arrêté, il va être confronté au passé de son père et à son grand secret.

Mon avis

Attention chef d’oeuvre.

Les auteurs nous offrent ici un oeuvre magistrale qui parle de paternité, d’héritage familial, de secrets et de liberté, le tout en lançant un véritable cri d’amour à la littérature. Les personnages sont pleins de failles, de colère, ils font des erreurs, souvent graves, mais malgré tout, ils restent profondément humains, peints dans toutes les teintes de gris. L’histoire nous emmène en prison, en pleine horreur où règne la loi du plus fort et le protagoniste, qui n’a jamais été à l’école, va s’éveiller à l’art et à la littérature en raison de son compagnon de cellule. Ce dernier s’est donné comme mission d’éduquer ses co-détenus, avec un succès tout relatif.

L’histoire est haletante, remplie de secrets, d’horreurs et de rédemption. C’est passionnant à lire et quand, à la fin, on réalise… mais je ne vous dirai rien! Je ne me suis pas ennuyée une seule minute.

Le dessin, sombre, avec ses fonds hachurés sont somptueux, les yeux et les visages sont expressifs et certains plans rendent physiquement mal à l’aise. C’est vif dans le trait, mais on se croirait dans un film noir.

Une totale réussite.

Tous les billets chez Noukette!

In a Holidaze – Christina Lauren

Le comment du pourquoi

Bon, ok, c’est tellement la faute d’Instagram, c’est fou. J’ai un trip passager sur le « rouge et turquoise » et je voulais ce roman pour faire une photo avec un livre turquoise. Call me superficielle. Finalement, je l’ai lu en ebook et je n’ai pas assez aimé pour l’acheter en papier. Je vais devoir trouver un autre roman pour la fameuse photo! Ouais, ma vie est fascinante.

De quoi ça parle

Nous avons donc ici une romance de Noël avec un petit twist fantastique. Maelynn est une jeune femme de 26 ans, qui a une job qui ne la fait pas tripper et qui a dû revenir chez ses parents. Chaque Noël depuis toujours, elle passe les fêtes dans un chalet en Utah, avec la famille que ses parents s’est choisie, leurs amis d’université. Elle a donc grandi avec Andrew et Theo Hollis, les fils des meilleurs amis de ses parents. Elle est amoureuse d’Andrew depuis son adolescence mais cette fois, ça ne s’est pas passé comme prévu et, en plus, elle craint de perdre le chalet et ses Noëls entre amis. Toutefois, au retour, elle est victime d’un accident et se retrouve une semaine plus tôt, dans l’avion qui la même à la fameuse semaine. Va-t-elle réussir à changer quelque chose à ces vacances qui l’ont bouleversée?

Mon avis

Un « jour de la marmotte », version romance de Noël, ça vous dit? Je n’ai vu que des bons commentaires sur cette histoire qui m’a, pour ma part, laissée un peu sur ma faim. Ouais, je suis la bougonne du jour, comme souvent avec les romances – dit la fille qui vient de swooner devant Bridgerton et d’écouter les 8 épisodes en 2 jours. En fait, la partie de « The Holidaze » qui m’a le moins intéressée est… la romance. Je sais, je sais… il faudrait que j’arrête. Mais on dirait que pendant les fêtes, je rechute à chaque fois. Je crains de ne pas être la fille la plus romantique de la planète.

C’est dans une atmosphère très festive et nostalgique que nous nous retrouvons ici. Un chalet un peu délabré, des traditions inébranlables et, surtout, des amis qui nous connaissent depuis toujours. J’ai beaucoup aimé cette partie de l’histoire, en grande nostalgique devant l’éternel, mais j’ai aussi apprécié la réflexion sur la fin de l’enfance et l’importance d’accepter que les choses changent. C’est fou quand on se retrouve en famille, comment les vieux rôles reviennent d’eux-mêmes!

Par contre, le côté « retour dans le passé » m’a moins convaincue… et je n’ai pas vraiment compris pourquoi ça s’était arrêté (quoique j’ai une bonne idée) sur « cette » version. Quant à la romance, bon, c’est sweet, c’est son amour d’enfance et tout, c’est tourné vers l’avenir mais ça a pris un peu trop de place pour moi. Là, je vous entends penser : C’EST UNE ROMANCE, NIAISEUSE! Je sais, je sais. Mais il demeure que ce n’est pas ce que je préfère.

Une romance « pas mal » donc, qui a manqué un peu de profondeur (il y a beaucoup de personnages) mais qui compense en partir par son ambiance chaleureuse. Un cas de « c’est pas toi, c’est moi »!

Tops 2020 – Graphiques

Enfin, direz-vous, voici la dernière partie de mes tops 2020. Nous sommes le 10 janvier… il était temps, direz-vous!  Ma vidéo est filmée, pas montée (pour faire changement) et en plus, je suis full couettée dedans. Bref, ma vie de Booktubeuse est encore en développement!

Mais passons plutôt aux tops graphiques. Une belle année encore, motivée par ma participation aux BDs de la semaine preeeesque toute l’année (ce bilan aurait dû venir au dernier RV de décembre mais je n’avais franchement pas l’énergie… lucky me, ça va un peu mieux!). J’ai donc huit titres à vous présenter, dont 5 québécois. Pas pire pareil!

Portugal – Pedrosa

Un magnifique album sur la recherche des origines, qui nous fait presque sentir les odeurs du Portugal. J’ai déjà dit que j’étais fan de Pedrosa?

Speak – Caroll/Anderson

Une magnifique adaptation, aussi poignante que le roman d’origine. Sujet dur, mais ô combien nécessaire. 

Les ignorants – Étienne Davodeau

Une visite dans l’univers du vin et de la BD. Parce que bon, c’est presque pareil, non? Une belle découverte humaine à travers l’amour de leurs métiers respectifs. Et chapeau pour le souci du détail!

La pitoune et la poutine – Fontaine-Rousseau/Cadieux

Un voyage à dos de pitoune avec le saoulon de Jos Monterrant à la recherche de la mystique poutine. Absurde, grand n’importe quoi… mais du bon n’importe quoi. J’ai recraché mon pepsi par le nez à la lecture. 

Les ananas de la colère – Cathon

Encore un titre bien barré avec une enquête en plein coeur du quartier hawaïen de Trois-Rivières menée par Marie-Pomme Plourde, le tout pour trouver le meurtrier d’une ex-championne de limbo. Vous voulez quoi de plus?

Les petits garçons / Sophie Bédard

Un traitement génial de cette période juste après l’école, la vingtaine, le début de la supposée vie d’adulte, les amis qui s’éloignent ou qui restent. Cet instant précis où chacun est à la croisée des chemins. J’ai adoré. 

La grosse laide – Marie-Noelle Hébert

Une très belle BD au crayon, avec un dessin hyperréaliste, qui traite des mots qui font mal, ceux qui parle du corps qu’on voudrait voir disparaître. Une belle réflexion sur la grossophobie et sur la perception qu’on peut avoir de soi-même. Une réussite. 

Aliss – Patrick Sénécal / Jeik Dion

Encore une adaptation très réussie du roman très gore et très adulte « Aliss » de Sénécal, qui va plonger une jeune fille dans un univers noir, un Montréal secret et dur, dont elle aura du mal à repartir. Fin de l’enfance, exploration des tabous, c’est violent, cru, c’est clairement pas pour tout le monde, mais j’ai adoré. 

Et c’est la fin de mes meilleurs lectures de 2020. J’ai eu quelques déceptions, surtout en romans (Beach read, Anan, Patient zéro, Et j’ai crié sur les murs de ta ville, L’arrache-mots), le plus souvent parce que je n’étais clairement pas la bonne lectrice (sauf pour un… mais bon, ça, c’est moi!)

Hop, on repart pour 2021!

 

Un beau désastre – Christine Eddie

Le comment du pourquoi

Alto a récemment sorti une collection de livres audio et comme j’adore ce format (parfait pour le ménage, le tapis roulant ou pour accompagner mes parties intempestives de Candy Crush), j’ai testé avec plaisir, avec Christine Eddie, rien de moins. C’est une valeur sûre pour moi et je garde encore souvenir intense des Carnets de Douglas, son premier roman.

De quoi ça parle

Le roman s’ouvre sur Célia, jeune femme positive malgré les aléas de la vie. Habitante du Vieux-Faubourg, elle hérite de sa soeur vagabonde et irresponsable de son neveu, M.J. Loin d’être comme sa tante, il voit plutôt la vie en noir et est profondément touché par les dérives de l’environnement, la guerre et la misère humaine. Il a relativement peu d’espoir jusqu’à ce qu’il réalise que parfois, la couleur peut jaillir sous des formes inattendues, notamment sous son pinceau.

Mon avis

Tel que je vous le mentionnait d’emblée, les livres audio, c’est ma vie. Quand on fait autant de voiture que moi, limite que ça me donne hâte de partir travailler le matin. Vous ne pouvez pas savoir comment les heures de ménage sont moins pénibles avec une histoire qui nous accompagne. Bref, je suis vendue… mais critique face aux lecteurs. Ici, je vous le dis tout de suite, Alto a relevé le défi de qualité avec ce livre audio première mouture. J’espère que cette collection va se poursuivre. Ouais, je prêche pour ma paroisse!

Christine Eddie réussit toujours à insuffler sourires et espoir dans les environnements les plus sombres, et ce sans nous enrober de guimauve. Ici, le quartier du Vieux Faubourg est un presque un personnage du roman. Il semble triste et sombre mais la solidarité, les personnages hors-norme et l’entraide fait fleurir l’amitié ici et là, entre les façades brûlées et les immeubles mal entretenus. La relation entre Célia et son neveu est émouvante et se développe petit à petit, presque malgré elle. Christine Eddie prend le temps de nous présenter ses personnages, de placer son quartier mais je suis tellement fan de sa façon de faire que j’ai attendu le début de l’histoire principale avec plaisir.

C’est donc un passage à l’âge adulte un peu différent, parfois sans filet, alors qu’il n’a plus d’espoir. Il va vivre ses premiers émois et, presque malgré lui, va commencer à mettre de la couleur autour de lui, au sens propre, en peignant murales et trompe l’oeil sur les murs du quartier.

Avec en fond un commentaire sur la gentrification, ce roman célèbre surtout le pouvoir de l’art, la valorisation des différences et la possibilité pour chacun de changer le monde, à sa manière et à son niveau. C’est tour à tour ironique, triste et drôle et on sent que l’autrice a beaucoup d’affection et de bienveillance pour tous ces gens ordinaires qui peuplent ce petit univers. Ça redonne foi en l’humanité.

Une réussite pour moi!