Noël à Kingscroft – Mylène Gilbert-Dumas

Le comment du pourquoi

Chaque année, je lis une romance de Noël. Des fois deux. J’aime bien le côté sweet et chaleureux des fêtes de fin d’année alors la romance passe. Ce qui mérite quand même d’être mentionné. Du coup, quand j’ai vu que les éditions Vlb sortaient une romance de Noël québécoise, j’ai bien entendu décidé de la lire!

De quoi ça parle

Nous sommes dans un petit village du fin fond des Cantons de l’Est, au début de décembre. Clarisse, fille unique de Raymond, est mère de six enfants, a fermé son usine à bébés et se débrouille fort bien comme ça. Sauf qu’elle a un voisin, Rabih, venu de Syrie… et sa famille trouve qu’il devrait se trouver une femme et faire des enfants.

Mon avis

Nous sommes sur une romance de Noël un peu atypique. Plutôt, il s’agit plutôt d’une histoire de Noël champêtre avec une romance dedans, le tout en 2020. Oui, Noël 2020. Covid time. En plus, c’est au Québec, du coup, we can relate. On se les rappelle, les mesures, mettons. Avais-je besoin de me les faire rappeler? Pas certaine. Ça alourdit le truc et j’avoue qu’en tant qu’employée de la santé, j’ai tiqué en voyant tous les gens de la santé et ceux chargés de faire respecter les règles représentés commes désagréables et en plein power trip. Je vous raconterai un jour notre quotidien, surtout la première année de pandémie. Je me suis fait bêler dessus (because mouton, voyez-vous), fait demander d’être traité par des gens non-vaccinés uniquement par peur des ondes-de-vaccin qui se propagent et il y a un mec qui a pissé dans un pot de fleurs pour protester contre le fait de devoir porter le masque (je cherche encore le lien… à ce que sache, le masque ne doit pas être porté sur le mini-me mais dans la face). Mais passons… après 21 mois de ça au quotidien, j’en ai un peu mon voyage d’en entendre parler, surtout avec ces anecdotes-là.

Mais je suis susceptible, je pense. Parce que je suis à la fois à boutte de la covid (et des mesures) et que je vois aussi l’état du système de santé. Je manque de recul, je pense.

Mais passons au roman, qui est certes bien ancré dans le présent, mais aussi dans cette ambiance chaleureuse et intemporelle de la période des fêtes. Ça parle du bonheur des petits moments, du temps passé avec nos proches ainsi que de l’émerveillement des enfants. C’est parfois drôle mais on a surtout sur le visage un sourire attendri la plupart du temps. Ça donne presque envie de cuisiner et d’aller bûcher du bois. Presque.

La romance en arrière-plan m’a aussi bien plu. J’ai bien aimé la structure en flashbacks et on a envie d’y croire malgré les choses qui pourraient les séparer. C’est un roman d’atmosphère, sans gross intrigue, avec une plume toute simple, mais ça passe très bien. Bref, après avoir lu ce roman (le 27 décembre), j’ai juste envie de recommencer Noël… et c’est plutôt bon signe!

2 Commentaires

2 pings

  1. Je l’ai lu aussi mais pas encore chroniqué. Je ne sais si je vais en parler ou non … 😉

    1. Ah, je suis curieuse de savoir ce que tu en as pensé alors!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.