«

»

Juin 23 2017

Montana 1948 – Larry Watson

J’avais ce livre dans ma pile depuis des années.  Je pense que c’est Ys, ou Keisha, qui m’avait donné envie, puis je l’ai oublié. C’est en faisant du rangement que j’ai ressorti, et j’ai drôlement bien fait.   C’est un livre court, à peine 160 pages, mais un livre fort, qui nous bouleverse et qui reste longtemps en nous.

 

En 1948, David Hayden a 12 ans.  Il nous raconte son histoire 40 ans plus tard, une histoire de justice, de famille et de racisme dans une petite ville du Montana qui vit tout près d’une réserve Sioux .    Cet été-là, Marie Little Soldier, leur bonne Sioux, se meurt d’une pneumonie.  Son père est le shériff de la ville, poste qui se transmet de père en fils, son oncle est l’un des deux médecins du village et tout ce petit monde est fort respecté.   Pourquoi Marie s’agite-t-elle autant quand on lui propose que son oncle Frank vienne la voir?

 

On ne dit rien à David mais il saisit, impuissant, des bribes de l’histoires et comprend que le Dr. Hayden n’est pas aussi droit qu’il en a l’air et que ses agissement envers les Sioux sont un fait bien connus.  Et acceptés.  Entre le shériff et sa famille va se tisser une toile incroyable, tissée par leurs valeurs, leur éducation et un racisme insidieux, presque naturel, envers la minorité Sioux.  Une éthique avec deux catégories distincte.   Ici, les réactions des personnages sont particulières et difficiles à comprendre pour le lecteur d’aujourd’hui, mais rien n’est tout noir ou tout blanc.  Le père, ancien shériff, ne comprend rien aux actions de son fils, qui n’est pas non plus d’une droiture exemplaire, et tout va éclater.

 

Un roman puissant, concis, qui va droit au but et qui nous permet de voir ce racisme ordinaire à travers les yeux d’un enfant élevé dans ce monde mais qui conserve toutefois une certaine naïveté, une certaine innocence.

 

À lire!

 

(10 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Sandrine

    Oh, je suis ravie que tu l’aies retrouvé et apprécié. Un vrai coup de coeur pour moi, une telle force dans ce livre…

    1. Karine:)

      Tu as raison. Il y a un vrai souffle, intense et violent, dans ce court roman.

  2. keisha

    Oui, oui, je l’ai lu, il y a un bout, c’est court..; A découvrir bien sûr.

    1. Karine:)

      Me semblait aussi! C’est tout à fait ton genre!!

  3. Alex-Mot-à-Mots

    Une lecture qui a su attendre son heure.

    1. Karine:)

      En effet! Ca fait une éternité que je l’ai dans ma pile.

  4. will

    La lecture de ce livre fut une claque pour moi, il y a quelques années. J’ai bien envie d’ailleurs de le relire.

    1. Karine:)

      Marquant, en effet. Ma lecture date de quelques semaines maintenant, et j’en ai un souvenir très fort.

  5. BlueGrey

    Un livre que j’avais particulièrement apprécié moi aussi ! J’avais trouvé particulièrement bien rendu le « déchirement » que vit David, écartelé entre son amour pour sa famille (comme on l’aime enfant, sans en voir les défauts) et l’éveil de son sens du devoir, de la justice… Où comment un petit garçon passe à l’âge adulte.

    1. Karine:)

      Tu as raison, ce déchirement fait presque mal. Quel conflit de loyauté, quelle perte de l’innocence. C’est un roman qui marque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Aller à la barre d’outils