Mon traître – Sorj Chalandon

mon-traitre.jpgJe voulais lire ce roman depuis des années.  Parce qu’il était question de l’Irlande, de l’IRA et tout ce qu’on imagine que cette guerre a été.  Et parce que j’avais entendu dire que la figure de Tyrone Meehan, le fameux traître, était basé sur un personnage réel qu’avait côtoyé l’auteur. Un certain Denis Donaldson. 

 

Après avoir refermé ce roman, mes sentiments sont mitigés.  Parce que si j’ai aimé beaucoup de choses dans le roman, j’ai un bémol majeur concernant le narrateur, qui m’a un peu gênée dans ma lecture. 

 

Mise en contexte.  Antoine est luthier à Paris.  Pour ses 30 ans, il va voir un copain à Dublin et décide d’aller visiter Belfast. Là, il rencontrera Jim O’Leary, sa femme Cathy mais surtout Tyrone Meehan, leader charismatique en qui il trouvera une figure presque paternelle.  Au cours des années, il sera passionné par ce combat qui n’est pas le sien et la trahison de Meehan le bouleversera profondément. 

 

Je ne spoile pas en disant que Tyrone Meehan trahissait l’IRA.  On l’apprend dès le début.  Et ce fait donne une couleur un peu nostalgique et particulière à la première partie du roman, dans les rues de Belfast occupées par les Anglais, peu sures, dangereuses.  On assiste à la naissance d’amitiés intenses, à la passion du narrateur pour l’Irlande, qui souhaite devenir Irlandais, qui voudrait que ce soit son combat.  Que cet hymne qu’on chante à la fermeture des bars soit le sien.   Mais voilà, cette exaltation dure.  Jusqu’à tasser tout le reste.  Les amis, la vraie vie. Et là, on se rappelle que le narrateur la trentaine et que cette naïveté qui est tout sauf attendrissante, cette vie par procuration est ma foi terriblement triste.  Et c’est là où j’ai eu du mal.  J’y ai difficilement cru.  Je trouvais son comportement parfois tellement ahurissant que je suis restée à l’extérieur, ne réussissant pas à ressentir une quelconque empathie pour le personnage. En fait, on ne sait rien de lui.  Sauf ce qui le définit par rapport à l’Irlande et à ses amis. 

 

Par contre, j’ai trouvé la réflexion intéressante et vers la fin, quand le narrateur commence à s’ouvrir les yeux, sur ce qu’a été cette vie limite fantasmée, j’ai retrouvé l’intérêt.  Que reste-t-il quand c’est fini, les révoltes et les révolutions?  Qui est-on quand la poussière retombe?  Qui est-on quand on trahit?  Qu’y a-t-il de vrai?  Comment vit-on avec ses proches?  Soi-même?  

 

Bien entendu, il y a des clichés mais ils sont compréhensibles étant donné le parti pris du narrateur.   Et si le thème principal est la trahison, les raisons qu’on ne connaîtra jamais, ce qui m’a surtout interpellée, c’est l’après.  La vie après.  L’écriture est simple, directe, avec quelques répétitions parfois agaçantes, toutefois. 

 

Si le thème m’a plu, je n’ai pas ressenti l’émotion de « Une promesse » mais c’est un auteur que je relirai.

(38 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Rien à voir mais voilà pour le prochain Doctor : http://www.bbc.co.uk/programmes/p01dpwc0

    1. Sandrine: Thanks :)))

  2. Ah ce livre est toujours dans ma PAL (un de plus, n’est-ce pas !) Il paraît qu’il faut lire « Retour à Killibegs », qui est l’autre point de vue de l’histoire, celui du traître lui-même, et on annonce un nouveau Chalandon en cette rentrée littéraire, « Le quatrième mur » qui, paraît-il, serait très bien.

    1. Anne: J’ai bien envie de le lire, ce retour à Killysberg.  Pour avoir l’autre version des faits.

  3. Toujours pas lu Salandon mais je compte bien le découvrir à l’occasion de la prochaine rentrée littéraire.

    1. Jérôme: Il en sort un nouveau?  Tu connais un peu le thème?

  4. J’ai eu à peu près les mêmes bémols que toi en ce qui concerne le personnage principal ! J’ai eu de mal à comprendre son attachement et sa naïveté m’était presque insupportable ! 

    1. Anjelica: Des fois, oui, cette naïveté agace.  De la part d’un tout jeune homme, je comprendrais… mais là, à cet âge, je trouve ça étrange.

  5. alors, moi je suis une grande fan de Chalandon (je l’ai découvert avec « mon traitre » en 2009 et j’aime énormément son style. Il faut que tu lises Retour à Killibegs (mais en fait, tu peux tout lire de lui!) 😉

    1. Enna: Le retour à Killysberg est noté.  Je suis super curieuse.

  6. Je rejoins complétement tes réticences, notamment sur le personnage du narrateur, qu’est-ce qu’il m’a agacé !!!!! L’auteur s’avance masqué dans ce qui m’a paru être une fausse naïveté ou alors je n’ai rien compris à sa démarche ( ce qui est fort possible). Le premier et le dernier livre de cet auteur pour moi.

    1. Athalie: Pour ma part, je tenterai la version du traître.  Ne serait-ce que pour voir comment il goupille ça.  J’ai parfois eu l’impression que l’auteur s’est idéalisé lui-même à travers ce personnage qui m’a paru improbable.

  7. J’ai lu ( enfin le début…. ) de   » la  promesse » ,du même auteur, mais ce livre m’était tombé des mains, tellement je m’étais ennnuyé, pourtant c’est bien écrit, et ta critique de celui ci ne va pas m’inciter à lire ce livre dont le sujet m’attirait aussi . Peut être un écrivain trop ardu pour moi, dommage il ne m’aura plus comme lecteur , mais vu  son succès,ce n’est pas grave  je ne m’inquiète pour lui, merci des tes très bonnes critiques, même si je n’aime pas tout ( il faut dire que tu es très prolifique ) je me régale à ta lecture, bonne continuation dans ton lointain pays  

    1. tonton m: Merci :))  Pour ma part, « La promesse » m’avait beaucoup plu, sans que je ne comprenne pourquoi.  Mais je ne pense pas que cet écrivain soit particulièrement ardu.  Peut-être, tout simplement, est-ce qu’il ne vous convient pas!

  8. Je n’en avais jamais entendu parler (je suis en général vraiiiiment pas au courant de ce qui se fait en littérature française…), mais ça m’intrigue énormément! Je note ça 🙂

    1. Amélie: Curieuse de voir si tu vas aimer.  Cet auteur est assez connu.  J’avoue qu’avant les blogs, je ne connaissais pas grand chose en auteurs français contemporains!

  9. à lire mais sans se précipiter sur le livre

    1. Denis: Voilà, tu résumes ma pensée!

  10. Je n’ai pas lu « une promesse » je ne peux donc pas comparer mais j’ai été très impressionnée par celui-ci. J’ai trouvé que c’était un livre très fort.

    1. Sylire: Je pense que Une promesse va te plaire, alors!  C’est différent mais tout aussi fort.

  11. J’ai beaucoup aimé ce livre pour ma part. C’est une déclaration d’amour, d’amitié, un travail de deuil, pour moi ça supporte la naïveté et les clichés. Je n’ai pas encore lu la suite par contre.

    1. Lilly: Je pense aussi que le narrateur se soit attaché à cet aspect de sa vie, pour lui donner un sens, et que la trahison l’a vraiment atteint dans ses convictions.  Mais j’ai trouvé que des fois, c’était juste trop… et que ça agaçait.  Du moins, que ça m’agaçait.  Mais je suis contente de voir que d’autres ont davantage apprécié.

  12. Je te conseille de lire la suite de ce livre « Retour à Killybegs ». C’est la version de l’histoire vue par le traître.

    J’ai beaucoup aimé ces deux livres et j’ai eu l’occasion de voir l’auteur pendant des rencontres littéraires. C’est en effet basé sur une vraie histoire qu’il a vécu et quand il parle, c’est vraiment très fort. On sent qu’il a eu besoin d’écrire pour chasser cette trahison qu’il a vécu.

    Pour te donner une idée de la suite, voilà ce que j’en avais pensé : http://legoutdesmots-blog.blogspot.fr/2012/01/return-to-ireland.html

    Je n’ai pas lu « Une promesse » mais je vais de ce pas l’insérer dans ma PAL.

    Zazze

    1. Zazze: Je vais aller voir ça!  Vu que c’est une histoire réelle, je pense que ça me permet de comprendre davantage le narrateur. 

  13. Hey ! Je viens de le lire et je n’ai pas aimé du tout. C’est surtout la vision complètement archétypale et naïve de l’Irlande véhiculée par le narrateur qui m’a déplu. Mais Retour à Killybegs, qui donne la parole au traître, m’a plus captivée. C’est intéressant de compléter la lecture par cet autre livre, si tu as l’occasion.

    1. Alys: En fait, je ne connais pas du tout l’Irlande et son histoire.  Je pense que la vision un peu idéalisée était volontaire, mais je comprends que ça puisse énerver et déplaire.

  14. J’adore l’Irlande et sa littérature mais quand elle est écrite… par des Irlandais. Cela dit, l’année passée, j’avais entendu une émission radio très intéressante avec Sorj Chalandon.

    1. Lewerentz: quand on aime et qu’on connaît, peut-être que ça peut déranger, en effet.  Mais c’est clairement une vision extérieure ici.

  15. Je n’ai toujours pas lu Chalandon et pourtant il fait partie des auteurs que j’ai très envie de découvrir !

    1. Noukette: Ca faisait super longtemps qu’il me tentait.  J’ai donc profité d’une arrivée « livres de poche » directement de France de super copine Yueyin pour lui demander!

  16. Un auteur dont on a tant parlé que je n’ai plus envie de le lire. Je vais attendre.

    1. Manu: Je te comprends.  C’est mon genre aussi d’attendre quand on en parle trop.  Ce livre, je l’ai noté à sa sortie, je pense!

  17. Il est dans ma PAL depuis longtemps, je le vois régulièrement mais n’arrive pas à me décider.

    Le Papou

    1. Le Papou: Je suis bien curieuse d’avoir ton avis, en tout cas!

  18. J’ai adoré ce livre, qui va vraiment de paire avec retour à Killibegs, qui donne la parole à l’autre, au traitre. A lire pour se faire une idée complète de cette histoire et Histoire.

    1. Géraldine: Je le lirai pour compléter ma vision de ce livre.  Sans le personnage principal, peut-être que ça va me plaire davantage.

  19. Un roman qui m’a laissé mi-figue, mi-raisin. J’ai de loin préféré le suivant.

    1. Alex: Il faut que je le lise, ce suivant, alors.  Tout le monde semble unanime.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils