Aller à la barre d’outils

Milly Vodovic – Nastasia Rugani

Le comment du pourquoi

La couverture. Non mais regardez-là! A-t-on besoin de davantage d’explications?

De quoi ça parle

C’est là que ça se complique. Parce que d’expliquer de quoi ça parle, ce n’est pas si simple que ça. Le roman s’ouvre sur une scène terrible. La jeune Milly, 12 ans, voit Swan Cooper tirer à juste à côté de la tête d’Almaz, son grand frère. Elle va donc se jeter dessus… et son frère va lui dire « tu n’es plus ma soeur ».

Milly et son frère sont d’origine bosniaque et dans le petit village de Birdtown, leur condition d’immigrés et de musulmans choque et fait peur. Roman sur la fin de l’enfance, sur le racisme et l’intolérance, le tout teinté de réalisme magique…

Mon avis

J’ai adoré et j’en garde un souvenir un peu confus, un peu onirique, malgré trois lectures. Oui, trois. Deux d’affilée, pour tenter de lire le texte avec un nouveau filtre après la finale et une juste là, au moment où j’écris ce billet parce que je voulais me remettre dans l’atmosphère, plusieurs mois plus tard. Je voulais lire les premières pages… et finalement, je me suis rendue à la fin. Ça parle, non?

Ce livre m’envoûte à chaque fois. Il m’envoûte pas ses thèmes, par sa poésie, toute simple, mais qui nous porte ainsi que par le réalisme magique qui ajoute vraiment un aspect à cet histoire. J’ai rêvé de coccinelles pendant des semaines. Le personnage de Milly, qui est au seuil de l’adolescence mais qui ne souhaite pas franchir le pas, est extrêmement touchant. Fragile et forte à la fois, elle se sent extérieure à ce monde où elle se sent étrangère et qu’elle ne saisit pas nécessairement. Du coup, elle se libère et tout lui est permis. Le passé en Bosnie pèse sur la famille et se heurte à ce monde poussiéreux, rempli de haine, de peurs et de racisme.

Un roman où des éclats de lumière côtoient la noirceur et la violence. Un roman où l’enfance explose à la croisée des chemins, où l’imagination et le rêve deviennent un refuge et où le lecteur doit accepter de se laisser porter, sans chercher à tout analyser. Les personnages secondaires sont intéressants, d’une densité qui se révèle petit à petit et l’atmosphère m’a emportée du début à la fin.

Un roman dont il est très difficile de parler mais qui vaut le coup d’être découvert pour sa poésie et son imaginaire. Je conseille et je mets plein de coeurs à côté!

8 Commentaires

8 pings

Passer au formulaire de commentaire

    • krol sur 08/02/2020 à 09:25

    Un roman magnifique qu’il faudrait aussi que je relise parce qu’il ne m’en reste que quelques images. Mais je me souviens bien de cette écriture éclatante !

    1. Oui, cette écriture et cette ambiance… c’était quelque chose!

  1. Une note qui m’intrigue beaucoup et me donne très envie de découvrir ce titre … Le mélange des tonalités est assez singulier, on dira qu’il y a un monde à découvrir !

    1. C’est en effet un roman très particulier, qui mérite d’être découvert… Oui, c’est étrange, onirique… et pour moi, ça vaut le coup.

  2. c’est vrai que la couverture est attirante! LE contenu… à tenter!

    1. Oui oui, vraiment à tenter. Dommage qu’on ne l’ait que si peu vu sur la blogo. Et la tranche des pages sont bleues, en plus!

    • Fanny sur 11/02/2020 à 05:22

    Ce roman est particulier, c’est certain, mais il est tellement fort et différent de ce que j’ai pu lire pour la jeunesse. J’en garde un très beau souvenir.

    1. Tout pareil. C’est original, intelligent, rempli d’atmosphère… j’ai adoré. Dans mes meilleures lectures de 2019!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.