Même pas mort – Rois du monde #1 – Jean-Philippe Jaworski

Je ne lis pas souvent de fantasy. Je ne sais pas pourquoi d’ailleurs, on dirait que ça me fait un peu peur. Et c’est pas parce que j’en ai pas lu!  Plusieurs de mes livres préférés SONT de la fantasy… bref, faut pas chercher à me comprendre! Donc, j’ai pris ce roman et câline que c’est bon! C’est tout à fait le genre de fantasy que j’aime, avec des mondes complexes qui se révèlent petit à petit, une construction ca-po-tée et des personnages de légende, très imparfaits et qui prennent plein de mauvaises décisions. J’adore.

 

Le roman s’ouvre sur Bellovèse, fils de Sacrovèse, déjà mort mais bien vivant. Il sent que sa vie s’achève et commence à se raconter, par le début. Et quel début. Lors de la guerre des Sangliers, son oncle, Ambigat le Haut-Roi, a tué son père et exilé sa famille au bout du monde. Puis, il s’est souvenu d’eux et les a envoyés à la guerre. Et Bellovèse est mort. Et revenu.  Il va donc nous raconter son enfance et son aventure à l’île des Vieilles… et ça m’a passionnée.

 

Pour aimer, il faut apprécier la découverte graduelle d’un monde et la lenteur dans l’exposition. Il faut accepter de ne pas tout savoir tout de suite, de ne pas tout comprendre et de voir les événements et le passé se révéler tranquillement. Il faut aussi aimer les bonds dans le temps, les constructions alambiquées, les mélanges pas toujours clairs entre rêves et réalité. Ça adonne bien, c’est totalement mon truc. To-ta-le-ment.

 

On a donc droit à un univers antique, où la magie et les créatures fantastiques font partie du quotidien.  Ici, c’est un univers celtique que je connais somme toute assez peu et qui m’a donné envie de tout lire à ce sujet, pour faire changement. J’ai adoré la façon qu’a eue l’auteur de jouer avec les noms d’endroits car les personnages sont inspirés par des faits historiques (ou pas) s’étant déroulés au 4e siècle avant JC.  Réalité ou  mythe fondateur, on s’en fiche un peu. J’ai décidé de croire que c’est vrai, voilà!  Le récit se déroule dans plusieurs moments simultanément et j’ai adoré découvrir la jeunesse de Bellovèse et Ségovèse, son petit frère, en même temps que leur départ pour la guerre. Tous les personnages m’ont fascinée, que ce soit la mère des héros, leur oncle Ambigat, la figure magnifiée du père ainsi que les héros et bardes que nous croiserons.  J’aime, j’aime, j’aime.

 

Et je commence tout de suite le tome 2!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils