Màn – Kim Thuy

ManJe sais, je sais, les accents sont tout à l’envers dans ce titre… mais après 15 minutes de recherches, je n’y arrive toujours pas.  Du coup, je mets des accents graves partout.   En fait, j’essaie de commencer mon billet depuis 15 minutes et cette phrase introductive inutile et inintéressante est en grande partie due au fait que je ne sais absolument pas comment vous parler de ce merveilleux roman.   Un condensé d’amours, de douceur, avec la gracieuse économie de mots qui caractérise l’auteure, qui réussit toujours à dire tellement, à faire ressentir tellement, avec quelques phrases.  Je suis sortie de ce court roman avec l’impression d’avoir vécu plusieurs vies avec l’héroïne.   Une magnifique rencontre.

 

Ce roman est une fiction, mais j’ai tout de suite senti que l’auteur était allée puiser tout au fond d’elle pour parler de ces sentiments souvent assourdis par la culture et le passif, mais qui ne demandent qu’à prendre forme.   Ici, nous rencontrons une Vietnamienne immigrée au Québec adulte, pour épouser un homme, qui a eu la gentillesse de la prendre, elle qui appelle Maman sa troisième mère.  À moitié d’ici, à moitié d’ailleurs, elle a appris à s’effacer, sans souffrir, juste parce que c’est comme ça que ça fonctionne, selon elle.  Ne pas bouger pour ne pas réveiller son mari, anticiper ses moindres désirs, avant même qu’il n’y pense.   Cuisiner dans son resto vietnamien.  Puis, un jour, ailleurs encore, un premier triangle de peau va s’éveiller…

 

De magnifiques images (le nid d’hirondelle… superbe), des sentiments pudiquement évoqués, mais qui nous atteignent droit au coeur, des moments doux-amers, et une finale selon moi terriblement émouvante, porteuse d’espoir.

 

Un coup de coeur, vous pouvez vous l’imaginer!

Merci mille fois!

(20 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. J’avais aussi beaucoup aimé ce récit plein de délicatesse.

    1. Voilà. Délicat, c’est le mot!

  2. J’avais aimé son premier roman, je note ce titre là.

    1. Si tu as aimé Ru je pense que tu vas aimer aussi celui-là. C’est différent, l’angle sous lequel les choses sont traitées sont différents… mais c’est tout aussi fort.

  3. Chouette, il est dans ma PAL (euh… je l’ai déjà dit, peut-être ?!)

    1. :)))

  4. Très enrichissant sur la culture vietnamienne, mais j’ai préféré de loin RU… peut-être parce qu’il était plus personnel et que j’ai un ami qui a aussi vécu cette déportation. Un jour, il a mis une photo de lui avec une pancarte devant lui avec son nom, il devait avoir 3-4 ans. C’était avant l’exil. En voyant cette photo, j’ai pleuré! Hors contexte, mais c’est mon argument pour te dire comment RU est venu me chercher encore plus! 🙂

    1. Ah oui, je comprends que ça a dû te toucher différemment. Cette photo doit être en effet très forte.

  5. Et tant pis pour les accents !

    1. Comme tu dis!

  6. Bien, on va dire que ce sera mon livre québécois du mois alors 🙂

    1. Très très bonne idée!

  7. Bel enthousiasme. Je viens de regarder et ils l’ont à ma médiathèque. J’irai donc le chercher en temps voulu.

    1. J’ai sincèrement adoré. J’aime la plume de cet auteur! Tu m’en redonneras des nouvelles!

  8. Beaucoup aimé aussi. On ressent l’émotion à travers les lignes

    1. Tout à fait. J’ai soufflée par cet éveil, par ce déracinement… que d’émotions!

  9. Un beau billet dont on ressent toutes les émotions que tu as pu éprouver !

    1. Je suis contente que les émotions soient ressenties parce que je ne savais pas trop comment ça allait passer! J’ai adoré!

  10. A noter alors ! Moi, j’aime bien tes phrases d’intro inutiles 😉

    1. Chouette alors! Parce que j’aime faire des intros inutiles!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils