Ma vie parisienne – 14 – Traînasseries et théâtre

DSC_0035

Petite journée tranquille en ce mardi.   Il en faut, hein!   Ceci dit, mercredi promet d’être tout aussi mollo.  Profiter du soleil est un peu mon motto ces jours-ci!    Bon, j’ai quand même trouvé le moyen d’inonder la salle de bain de Fabienne (la sensation quand on met le pied sur un tapis de bain TREMPÉ et glacial en sortant de la douche) pour cause de porte-de-douche-malfunction.  Un jour, je comprendrai.  Ceci dit, me voir à 4 pattes tenter de récupérer l’eau qui était allée s’amuser sous la machine à laver, ça devait être cute.  Surtout que je n’ai pensé qu’après à mettre le peignoir.  Bref, le Chic et la Classe.

 

Pendant que Fabienne allait chez sa tarologue (je vous ai déjà parlé de Fabienne et les tarots?  En gros, c’est en partie sa faute si je me suis botté le derrière pour prendre un différé et venir en France… rien de moins!  Bon, ça et le champagne, lors d’une certaine soirée, il y a 4 ans…), j’ai donc décidé d’aller lire tranquillement au jardin du Luxembourg.   Oui, oui, parce que je lis encore!  J’en ai profité pour terminé « La chambre verte », de Martine Desjardins.  Il faudrait que je me mette à mes billets-livres, d’ailleurs… ça commence à urger!

DSC_0021 DSC_0022 DSC_0025 DSC_0028 DSC_0029

J’ai donc pris la vague direction de « à peu près par là » et, as usual, j’ai pris toutes les petites rues possibles et impossibles, attirée par une statue, une fenêtre un peu spéciale, ou un look « ça date pas d’hier ».  J’aime traverser les places, marcher sur du pavé.  Bref, j’aime les balades dans Paris.  J’ai aussi pu voir quelques reliques du Paris médiéval, dans le 4e.  Ceci dit, ça rallonge un peu le chemin.  Mais quand on a du temps devant nous, ça ne pose pas vraiment de problème.    J’avais un peu 2h pour faire la route.

DSC_0030

Sauf que… en chemin, ya Shakespeare and Co.  Et là, c’est fou le temps que ça peut prendre, quand on arrête « juste une petite minute ».  Mais comme je suis forte (et que j’ai surtout une limite de 23 kilos de bagages), je n’ai rien acheté… et je me suis contentée de baver!

DSC_0039 DSC_0031

Le jardin du Luxembourg, c’est chouette.  Bon, ça fait changer du Joe Dassin hein… mais c’est un détail.  Il aurait fallu que je passe sur les Champs Élysées pour au moins changer de toune!  J’ai une tendresse particulière pour ce que moi j’appelle une fontaine (mais que Fabienne n’appelle rien du tout), généralement ombragée, mais qui, en ce jour, était plein soleil.  C’est donc là que je me suis installée pour bouquiner… sans savoir qu’il y avait une ÉNORME fontaine 3 pas plus loin et que c’est là que Fab m’attendait hein!  Et comme mon téléphone est éternellement sur vibration… bref, on a mangé à 15h, dans la première brasserie trouvée.  Et c’était bon, en plus!

DSC_0040 DSC_0041

Un peu de shopping (pour que Fab trouve les chaussures de ses rêves) et apéro en attendant d’aller retrouver Véro Beno, ancienne blogueuse livres et actuelle blogueuse théâtre pour aller prendre un verre et assister à une pièce au Studio Hébertot, « Et pendant ce temps, Simone Veille », pièce féministe, nécessaire mais surtout très drôle, mettant en scène 4 générations de femmes des années 50 à nos jours.    Bien entendu, nos références sont différentes, mais les problématiques sont les mêmes et l’avenir fait partout un peu peur, quand on pense à ce qui est en train de se produire pour la condition féminine un peu partout dans le monde.   Ceci dit, les actrices ont énormément de présence et elles réussissent à faire passer, à travers l’humour, un message universel.  Ce n’est jamais lourd, ça met des chansons dans la tête (Ouiiii j’l’adoooore… je ne les remercie pas… et ceux qui me côtoient non plus!) et on passe un excellent moment.  Je conseille aussi aux jeunes filles, d’ailleurs.  Je dis ça, je dis rien!

DSC_0042 DSC_0046 DSC_0049

Grande nouvelle, maintenant Véro me comprend!  J’ai un souvenir ému de la visite à Versailles il y a 8 ans, où elle devait se cacher dans les rideaux du château pour appeler les filles et leur dire « mais je comprends rien »!  Et comme je m’en étais aperçue (une orthophoniste, c’est top pour repérer quand les gens n’ont pas compris), je lui disais un paquet de conneries, auxquelles elle répondait par des « oui, oui » également espacés!  Souuuvenirs!  Et il paraît aussi qu’entre son GPS et elle, c’est toujours l’amour féroce… et bruyant!

 

Bref, ce fut un plaisir… et il va falloir se reprendre!

 

A bientôt!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils