Les misérables (manga) – Victor Hugo/Silvermoon/Lee

Les misérables mangaJe vais commencer ce billet par un aveu:  j’étais certaine que cette adaptation serait une totale catastrophe.  Là, vous vous demandez « non mais, pourquoi elle le lit, alors?? » .  Raison bien simple.  Je ne peux pas résister aux adaptations manga et BD.  Et finalement, après avoir lu quelques mangas de cette maison d’édition, je me suis dit que ça vaudrait peut-être le coup.  Et oui, finalement, j’ai été agréablement surprise.  On est loin du roman de Victor Hugo, mais l’adaptation n’est pas mal du tout.

 

Entendons-nous, résumer les misérables en 330 pages de manga, ce n’était pas gagné.   Il a fallu faire des coupes MASSIVES, vous pouvez vous l’imaginer.  Du coup, le background des personnages est souvent à peine ébauché et on passe rapidement sur plusieurs événements.  J’aurais aimé voir davantage Gavroche, ou les ABC, ou encore entendre parler de Monseigneur Myriel…  De plus, malgré les tentatives des auteurs d’inclure un Paris du 19e réaliste et de replacer le tout dans le contexte politique de l’époque, c’est encore une fois bien léger.   Mais avouons-le tout de suite, je m’y attendais.

 

Bilan de tout ça, il aurait fallu 2 tomes.  Ou 3.  Comme ça, j’aurais été satisfaite!   Il faut dire ma lecture des misérables date de mon adolescence (et, honte à moi, j’avais sauté des centaines de pages de batailles napoléoniennes sous peine de mourir d’ennui) mais que j’ai vu la comédie musicale je ne sais plus combien de fois.  Résultat, j’adore cette histoire et elle est pleine de souvenirs.  Autre résultat, j’ai chanté les tounes tout le long de ma lecture et, trois jours plus tard, je fredonne encore « Don’t you fret, monsieur, Marius…  » à longueur de journée.  Et maintenant, vous aussi, grâce à moi.  Ne me remerciez pas!

 

Mais finies les divagations (du moins, on va essayer de les finir).   On reconnaît bien les éléments de l’histoire, ça se suit et c’est facilement compréhensible, même si on ne comprend pas tous les tenants et aboutissants et que les conflits intérieurs des personnages sont moins bien exploités que dans le roman.   On sent que les auteurs ont tenté de replacer nos phrases cultes et de rester fidèles à l’esprit du roman et sérieusement, ça fonctionne pas mal du tout.  Même si bon, je n’imaginais pas Marius comme ça.

 

Une adaptation manga qui donne envie de relire l’original.  Comme souvent!

BD-de-la-semaine

(16 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Je ne suis pas du tout convaincu… D’autant que j’idolâtre un peu (trop) Victor Hugo.

    1. Je pense que je ne vais convaincre PERSONNE avec ce billet. Pas mal mais pas indispensable.

  2. Tu me pardonnes si je ne te suis pas? ^^

    1. Même que je ne te ferai même pas de gros yeux!

  3. Tout les misérables en un seul tome de manga. Difficile de trouver une quelconque crédibilité à ce projet quand même…

    1. Oui, je sais, je sais…
      J’en ai relu des parties (du roman) depuis. C’est disons… autre chose.
      Mais je me dit que peut-être qu’un jour, ça va pouvoir donner envie à des jeunes de lire les misérables?? On peut toujours rêver!

  4. hmmm… pas convaincue que cela puisse me plaire

    1. :))

  5. Rien que la couverture me tient à distance!

    1. J’avoue qu’elle fait peur!

  6. Effectivement, c’était plus que casse-gueule cette adaptation 😉

    1. Disons que c’était un méchant risque. Mais que ça aurait pu être pire.

  7. Te voilà reparti à lire les batailles napoléoniennes…..

    1. Yep.. j’ai ressorti mon roman!

  8. Je passe… Hugo en manga, je vais vraiment avoir trop de mal !

    1. Hahahaha, c’est le commentaire récurrent!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils