Le serpent majuscule – Pierre Lemaître

Le comment du pourquoi

C’est ma boss qui m’a dit que, à son avis, j’avais besoin de rire et que ce roman, selon elle, pourrait me faire rire. Comme je suis une employée obéissante (elle lira pas ça… sinon elle s’étoufferait avec son café), je l’ai lu. 

De quoi ça parle

Mathilde n’a l’air de rien. La soixantaine en surpoids, l’air innocent d’une vieille dame un peu bornée. Sauf que Mathilde, ancienne résistante, est tueuse à gages. Efficace en plus de ça. Sauf que là, elle en oublie des bouts. Certains plus gros que d’autres. Quand Henri, son ami de longue date, lui propose une mission, elle va y aller avec plaisir. C’est qu’elle a toujours eu un faible pour son Henri, la Mathilde. Et vous pouvez deviner que ça un peu dérailler. 

Mon avis

Entendons-nous, nous ne sommes pas du tout ici dans de la « grande » littérature. Nous avons une mamie flingueuse, à la gachette – très – facile qui perd un peu la tête. Disons que ses fonctions exécutives ne sont pas ce qu’elles étaient et que pour la mémoire et l’auto-inhibition, ce n’est pas tout à fait ça. Le passé revient en force aussi. Ça donne un tout assez déjanté, avec un inspecteur un peu mou qui tente d’attraper le meurtrier qui fait des trous gros comme des melons d’eau dans ses victimes, tout en rendant visite à Monsieur, qui perd petit à petit contact avec la réalité. 

Ai-je trippé?  Moyen. J’ai aimé le côté complètement cinglé mais ça devient un peu répétitif à la longue et on sent que, petit à petit, ça se transforme petit à petit vers une réflexion sur la vieillesse, le sentiment d’incompétence et de solitude. Le tout en shootant des gens, of course. Certaines scènes sont hilarantes, d’autres sont plus sombres, mais j’ai eu tout de même du mal à m’intéresser à l’histoire. Je n’avais pas nécessairement le goût d’y retourner et je sens que je l’oublierai assez vite. Par contre, les chiens, les chiens!  Faut laisser les chiens tranquilles!

On me dit que la trilogie que tout le monde a lue de Lemaître est plus profonde. J’essaierai. C’est que ce roman est le premier que Lemaître a écrit et qu’il n’a été publié que maintenant. À vous de voir, donc!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.