Le jour avant le bonheur – Erri de Luca

jour-avant-le-bonheur.jpgAu moment d’écrire ce billet, le roman est fini depuis plus d’une semaine.  Je m’éneeeerve quand j’attends si longtemps pour écrire un billet, je me fais toujours l’impression d’être brouillonne et de raconter un peu n’importe quoi… même si, comme dans ce cas, le souvenir est ma foi encore très vif. 

 

C’est donc suite à l’intiative de Ys/Sandrine que j’ai décidé de tenter le coup avec cet auteur.  Et là, surprise énorme… Erri de Luca est un homme.  Je le voyais partout sur les blogs depuis un bon moment… en l’imaginant avec jupe et talons hauts.  J’ai limite mis un moment à m’en remettre!  Mais je m’égare.  Parlons plutôt de ce très beau roman d’apprentissage et de passage à l’âge adulte, mais aussi le roman d’une ville italienne d’après-guerre, Naples. 

 

C’est avant tout l’histoire d’un jeune orphelin ayant grandi avec comme mentor Don Gaetano, concierge de l’immeuble.  Celui-ci va le guider tant bien que mal des illusions à la réalité, du monde protégé de l’enfance à celui des adultes où tout a des conséquences, et où il faut les assumer.   C’est une réelle quête de soi à laquelle on assiste, à un choix de soi, presque. 

 

Don Gaetano a connu la guerre, la chute du fascisme en Italie et l’occupation allemande.   Et il est malgré tout resté un être humain.   Le rêve d’enfance de notre héros, c’est Anna, entrevue dans une fenêtre de l’immeuble.   Et derrière tout ça, il y a la transmission orale de la mémoire, celle de Don Gaetano qui raconte sa guerre mais qui raconte surtout Naples pendant la guerre.  Les allemands, les américains. 

 

Et le fameux bonheur dant tout ça?  Il est partout.  Dans son attente, dans son après, dans cet éternel espoir d’être heureux.  Et de s’en rendre compte pleinement.   Certaines pages sont drôles, d’autres tragiques et le tout est servi par une plume très particulière, aux structures parfois chamboulées mais très poétique, très adaptée au ton et au sujet de ce qui nous est raconté.  Derrière ces mots, on entend vivre Naples, au son de la révolte, le jour avant le bonheur… et après!

 

Une très belle lecture.  Je relirai certaiement l’auteur d’ailleurs!

(28 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Je viens de lire du même auteur « les poissons ne ferment pas les yeux ». Un coup de coeur

    1. Gambadou: Je l’ai noté, celui-là… mais je vais attendre un peu car il paraît que les thèmes se ressemblent…

    • Lili on 13/11/2013 at 02:15

    Maiiiiiiiiiiis pourquoi est-ce qu’à chaque fois que je tente cet auteur, il me tombe des mains alors que tout le monde ne m’en dit que du bien ?! C’est rageant cette impression de passer complètement à côté d’un truc ! ^^

    1. Lili: tu n’es pas la seule, je crois.  J’ai l’impresison qu’on aime ou qu’on déteste!

    • Anne on 13/11/2013 at 02:58

    J’ai lu Le poids du papillon (mon billet est dans ma tête encore…) et j’ai beaucoup aimé, mais je sens que ce livre doit faire son chemin, être lu et relu pour le goûter pleinement… J’aime beaucoup cet auteur, ton titre est dans ma PAL.

    1. Anne: J’ai hâte de voir ton avis alors.  Je pense aussi que c’est un auteur qui gagne à la relecture.  Il y a beaucoup de sous-couches à ce récit.

  2. J’ai un avis complètement différent. Ce roman m’est tombé des mains. Mais il faut dire que « les poissons », son dernier, est déjà sur le même thème. Ca faisait beaucoup pour moi.

    1. Alex: Tu as fait un billet???  Je suis curieuse!  J’ai eu besoin d’une vingtaine de pages pour m’y mettre… j’ai eu un peu peur au début.  Mais comme première découverte, j’ai aimé.

  3. Je note!

    1. Grominou :))

  4. Eh bien le rendez-vous fut manqué pour moi, je n’ai pas du tout été sensible à cette écriture, mais je comprends tout à fait qu’on le soit, je crois même que c’est l’un ou l’autre, qu’on ne peut rester indifférent. Merci pour cette nouvelle participation.

    1. Sandrine: Je suis d’accord.  On aime ou on déteste, je crois.  As-tu lu le même roman que moi (je voulais faire le tour des blogs en fin de semaine mais j’ai eu un genre de grosse occupation qui a été « préparer mon inspection professionnelle de la décénie qui a lieu demain »… du coup, les blogs ont passé à la trappe!

  5. moi aussi ça m’arrive d’attendre un moment avant de mettre un billet apres avoir lu un livre

    1. Christelle: Je préfère ne pas trop attendre… mais des fois, on fait ce qu’on peut hein!

    • Manu on 14/11/2013 at 08:53

    Bon tu as aimé. Malgré tout, je n’arrive pas à avoir envie de lire cet auteur.

    1. MAnu: Je n’en aurais jamais eu envie si ça n’avait été du challenge de Sandrine…

  6. je ne lis que des billets positifs ou presque et pourtant, l’envie de manque de lire cet auteur. 

    1. Valérie: Je pense que Sandrine est beaucoup moins positive que moi!

  7. ah tiens mais tu me tentes, comme c’est étrange 🙂 je n’avais pas encore entendu aprler de cet auteur moi, va falloir que j’enquête 🙂

    1. Yue: J’avais entendu son nom… mais j’étais persuadée que c’était une fille!

  8. Et moi qui ne l’ai toujours pas lu … Tu me donnes envie de le découvrir !

    1. Cristie: Je pense que je ne l’aurais jamais ouvert sans le challenge de Sandrine!

  9. Mon dieu, une semaine pour pondre un billet, c’est long ? hum, je devrais t’embaucher ! je mets parfois plus de 6 mois…. bon c’est sûr, après je suis un peu obligée de googleliser un peu pour me souvenir de ce que j’ai lu, mais bon… (tiens, tu me feras quelques billets quand tu seras à la maison !!!!)

    1. Liliba: Heu… oui!  Normalement, j’écris mon billet juste après ou 1-2 jours après ma lecture.  Mais mes billets sont ce qu’ils sont hein!

  10. Mazette, j’ai adoré les livres de Erri De Luca que j’ai lus et pourtant je n’étais pas tentée par celui-ci ( pas trop mes lectures les romans d’apprentissage ) et ton billet me fait reconsidérer mes choix !

    1. Maryline: Ah non, tu n’aimes pas les romans d’apprentissage?  Pourtant, j’aurais cru que si!  Je suis donc curieuse de voir ce que tu vas en penser!

    • amiedeplume on 23/01/2014 at 01:04

    Moi je n’ai pas vraiment accroché…

    1. Amiedeplume: J’ai beaucoup aimé mais je ne peux pas dire que c’est un roman que j’ai dévoré non plus… disons qu’il m’a demandé… une adaptation!

Les commentaires sont désactivés.

Aller à la barre d’outils