Le désert des couleurs – Aurélie Wellenstein

Le comment du pourquoi

J’avais apprécié le seul roman de l’autrice que j’ai lu, alors quand j’ai vu celui-ci, avec une histoire de couleurs et de souvenirs, je n’ai pas hésité à demander et à le lire presque tout de suite. Et bon, on en parle de cette couverture? Pour ce week-end sans signet, j’ai décidé qu’il y avait du bleu dessus. Ah oui, parce que j’ai oublié de le dire. Je l’ai lu dans le cadre du Week-end sans signet. Ce sera probablement la seule lecture que je ferai d’ailleurs. Mais c’est déjà ça!

De quoi ça parle

Dans un univers futuriste, le désert a pris le dessus sur les villes et la nature, une communauté habite le cratère d’un volcan et le sable monte graduellement sur ses bords, menaçant d’engloutir la communauté. Quand les gens s’y aventurent, ils y laissent leurs souvenirs et chaque grain de sable est en fait un souvenir oublié.

Parfois, dans cette communauté, le marchand de sable apparaît et de cette visite naîtra un enfant hybride, un Mimorian. Il aura pour mission d’accompagner un élu dans le désert afin de retrouver la mythique Alnaïr. Nous suivrons donc l’un de ces duos que nous suivrons, alors qu’ils quittent leur ville pour, ils le savent, ne jamais en revenir.

Mon avis

J’aime beaucoup la plus d’Aurélie Wellenstein, ainsi que son imaginaire. J’aime son écriture évocatrice, le côté onirique même dans les moments plus crus, et encore une fois, j’ai été ici happée dans l’astmosphère de cette histoire. Ceux qui partiront ensemble sont très différents. L’un a la naïveté de l’enfance et l’autre semble dure et blessée par la vie. Ils auront quelques jours, quelques semaines pour apprendre à se connaître et à tenter de survivre ensemble et peut-être sauver leur monde.

Cet univers est sombre, certes, mais contrairement à d’autres romans du l’autrice, j’ai trouvé davantage d’espoir. On retrouve les thèmes qui lui sont chers : écologie, découverte de soi, zones d’ombre dans chacun des personnages. Bien entendu, on comprend assez rapidement le comment du pourquoi mais j’ai beaucoup aimé la recherche certes d’un monde nouveau, mais surtout d’eux-mêmes. Les deux personnages devront se découvrir et s’accepter, parfois par le biais du regard de l’autre. On parle ici de souvenirs oubliés, refoulés ou encore de souvenirs simplement perdus en raison du sable. Cette exploration est très intéressante, même si c’est un peu prévisible.

Le côté écologiste est très bien mené, il fait peur sans être moralisateur à l’extrême. J’ai aimé découvrir le passé de ce monde petit à petit, mais après m’être plongée dans plusieurs séries complexes, il m’a manqué un peu de profondeur dans l’histoire de cet univers. Toutefois, en prenant le roman comme un conte onirique, avec certains éléments inexpliqués (notamment, les motivations d’un certain personnage… pourquoi n’a-t-il rien dit?), on passe un très bon moment et ça se lit tout seul. Je n’avais lu aucun livre papier depuis des mois. Le fait que je passe au travers dans la journée est parlant, non?

2 Commentaires

2 pings

  1. J’ai beaucoup aimé ma lecture moi aussi !

    1. Yéééé, on s’entend!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.