Le collectionneur d’horloges extraordinaires – Laura Gallego Garcia

Le comment du pourquoi

Parce que je voulais lire en espagnol et que c’est le seul livre que j’avais. Je pense que c’est pas mal ça!

De quoi ça parle

Jonathan est un jeune américain de famille aisée en vacances en Espagne avec son père et sa belle-mère. Son père – qui croit que tout lui est dû – est fort fâché quand il voit que l’une des attractions touristiques, un musée d’horloges, est fermé. Toutefois, la rencontre avec le propriétaire et la visite de la collection aura des conséquences désastreuses: sa belle-mère est prisonnière de l’une des horloges, son père est dévasté et Jonathan, tout seul, doit récupérer une horloge très spéciale, cachée dans la ville, pour la sauver.

Mon avis

J’ai lu un roman en espagnol. Un roman COMPLET en espagnol. Bon, il faut savoir que je ne parle pas l’espagnol et que je ne l’ai jamais appris à l’école. Du coup, c’est un EXPLOIT pour moi! Vous ne voulez même pas savoir le temps que ça a pu me prendre. (Et là, je ne sais pas si ça paraît, mais je suis en train de courir après les louanges et les félicitations… please humor me!)

C’est donc un roman destiné à un public très jeunesse, du vrai « Middle grade ». Nous avons droit à un récit de balades entre les mondes, à des êtres intemporels, et à un garçon a une seule nuit pour obtenir quelque chose que d’autres cherchent depuis des siècles. Bien entendu, tout va vite, les sentiments évoluent vite, certains résultats et coïncidences sont inespérés, mais on se laisse surprendre par le récit et il m’a suffisamment accrochée pour avoir envie de poursuivre, même en devant chercher un mot sur cinq. Les péripéties s’enchaînent (bon, ok, c’est parfois un peu répétitif, entre autres pour les chiens) mais au final, l’histoire est originale et le dénouement n’est pas convenu. Il y a une mythologie différente et intéressante, limite que j’aurais aimé davantage de développements dans l’histoire car il y avait selon moi quelque chose de plus mystérieux, de plus épique, à faire avec cette idée.

Un très agréable roman pour la jeunesse, que je ferai avec plaisir lire à mes neveux (mais en français). En tant qu’adulte, on apprécie l’originalité et la découverte de la cité antique, avec ses ruelles et ses coins sombres. Il y a certains retournements de situation intéressants (que j’espérais, en fait… du coup, j’étais contente), beaucoup d’action… bref, j’ai vraiment bien aimé!

Et bon… J’AI LU UN ROMAN EN ESPAGNOL!!

Non mais!!

(10 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Louanges et félicitations ! Une pluie d’étoiles bien méritée ! Et je suis vraiment baba ! Comment as-tu fait pour lire une langue que tu n’as pas apprise ! Je suppose que tu as dû l’étudier seule pendant quelques années .

    1. J’ai commencé un peu il y a trois ans quand je suis allée en Espagne. Et j’ai arrêté… et j’ai recommencé par période en janvier dernier. Et j’ai arrêté pendant le voyage.. bref… très en pointillés comme apprentissage. Comme je suis orthophoniste de formation et que j’ai beaucoup de cours en linguistique, ça aide probablement!

  2. Admiration pour toi, ton courage et ta détermination!

    1. Lire en anglais, c’est un peu une seconde nature pour moi… il me fallait un défi.

  3. Bravo, bravo ! J’ai moi aussi entrepris un petit roman espagnol, avec le dictionnaire sur les genoux, à raison de quelques pages par soir (sauf ce week-end, où je me suis octroyée une pause). Pas facile, toujours peur de passer à côté de quelque chose, mais c’est très gratifiant.

    1. Voilà, c’Est tout à fait ça. Je suis super contente à chaque page où je prends ujn peu moins mon dictionnaire. Je suis présentement dans un plus gros roman, je rush un peu plus… mais je vais y arriver!

  4. Bravo pour cette lecture en espagnol.

    1. Merci. Fière je suis.

  5. Tu m’as convaincue. J’avais appris l’espagnol avec Assimil dans ma jeunesse et un peu revu ça avec Duolingo, mais jamais avec un prof ni un espagnol. Donc, j’ai suivi tes conseils et acheté ce bouquin, je me suis lancée comme toi avec mon bouquin d’une main et mon translate google de l’autre. J’en suis à la page 48. Au début je cherchais plein de mots mais ça s’allège rapidement et cette histoire est juste assez captivante pour que j’y revienne tous les jours 1/2h. PS: Je trouve que le papa est un gros mal élevé et qu’il mérite par avance tout ce qui va lui arriver :-)) A SUIVRE

    1. Ooh, tu me diras ce que tu en as pensé! Contente que tu aies suivi mon exemple. C’est accessible, je trouve, pour quand on commence. Et oui, ce père est un gros c… !! Et vivre reverso et google translate!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils