Landline – Rainbow Rowell

Landline-Rainbow-Rowell.jpgJe guettais le nouveau Rainbow Rowell depuis un moment déjà.  Surtout qu’on m’avait dit que c’était un roman adulte et que j’ai beaucoup aimé Attachement.  Rowell a ce don pour écrire des romances cutes, avec des personnages adultes parfois un peu amochés et imparfaits… mais qui sont quand même restés jeunes de coeur.  Ce sont des adultes avec des problématiques d’adulte, mais des âmes d’enfant, quoi.  Bon, pas tous… mais certains d’entre eux.

Landline est donc l’histoire de Georgie McCool (yep, c’est son vrai nom).  Elle est scénariste pour une sitcom populaire et être drôle a toujours été son ambition.  En fait, déjà jeune adulte, Georgie savait exactement ce qu’elle voulait être: une scénariste populaire de LA et, en plus, elle était parfaite pour ça.  Avec son partenaire d’écriture, Seth, le playboy local qui passe une nouvelle petite amie par semaine, ils écrivaient une très bonne chronique dans le journal de l’université.   Maintenant, elle travaille toujours avec Seth, mais dans une maison de production où ils écrivent une série populaire mais qui ne les satisfait pas réellement.   Quand ils ont la chance de produire LEUR série, LEUR rêve… ce à quoi ils travaillent dans leur tête depuis quoi… 15 ans, c’est la joie.  Sauf que bon, ça implique de travailler à Noel.  Comment on dit?  Oups??

Inutile de préciser que quand Georgie sort ses meilleures excuses et son meilleur numéro de fille triste à Neal, son mari, ça ne fait pas particulièrement plaisir à son mari, qui décide de partir quand même à Omaha, chez ses parents à lui, mais sans Georgie.  Et le voilà qui refuse de répondre au cellulaire, ce qui rend Georgie un peu folle… et qui l’amène à se questionner sur son mariage et sur les sacrifices que chacun a dû faire.  Bon, chacun… surtout Neal hein.  Quand, en désespoir de cause, elle décide de lui téléphoner sur son vieux téléphone a cadran, il finit par répondre. Sauf qu’il y a quelque chose d’étrange dans sa voix.  Et dans son attitude.  Of course!  C’est qu’elle parle plutôt à une version 1998 de Neal, du temps de leurs premières amours.  En fait, plus particulièrement, dans la semaine où elle a cru qu’il l’avait quittée.  Et pendant laquelle elle ne lui a jamais parlé.

J’ai bien aimé cette histoire de femme qui se remet en question sur le tard, qui réalise soudain l’importance que son mari a pour elle… et qui se voit – en quelque sorte – offrir une seconde chance.   C’est agréable à lire et on voit l’évolution entre la Georgie d’antan et celle d’aujourd’hui, plus mature (quoique…) et surtout plus honnête avec elle-même.  Les flashbacks qui nous racontent son amitié avec Seth et son évolution, le début de sa relation avec Neal, ses questionnements par rapport à celui-ci qui est tout son contraire.

Bref, j’ai bien aimé.  Mais je n’ai pas adooooré.  Certes, c’est léger et c’est voulu comme ça, mais il manque quand même d’explications et surtout, la fin, quoique super jolie, ne règle vraiment pas tout.  Bon… ça permet de se créer notre propre idée mais bon, il y a quand même un taaaas de bugs à régler.  Ce n’est pas gagné.   Bizarrement, je suis restée à distance avec le personnage de Neal et j’ai difficilement compris la relation.  IL m’a manqué quelque chose pour que ce soit une réelle boooonne lecture, même si c’est plutôt bien vu dans l’ensemble.  Je sens que je suis d’une clarté effarante hein!

Un roman sur les choix, sur l’amour qui se transforme dans le temps.   J’ai lu des commentaires super enthousiastes alors n’hésitez pas!  Même si ce n’est pas mon préféré de l’auteur.

(20 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Il va falloir que je le lise celui-ci 😉
    Bonne journée !

    1. Tout le monde a adoré sauf moi, qui ai juste bien aimé. Faut tenter le coup!

  2. Bah, au moins, je ne suis pas tentée aujourd’hui… 😉

    1. C’est toujours ça hein! Bon, je suis un peu la seule à ne pas avoir trippé par contre.

  3. Ah oui, c’est l’auteur « D’eleanor et Park » ! Bon, je ne crois pas que je le lirai celui-là.

    1. Oui, c’est l’auteur d’Eleanor and Park. C’est celui que j’ai préféré de l’auteur d’ailleurs. J’adore l’idée de départ par contre. Il m’a juste manqué un truc pour adhérer complètement.

  4. Je commencerai plutôt par Eleanor and Park

    1. Gambadou: Le concept est vraiment cool dans celui-là mais je suis restée à distance. J’ai préféré Eleanor and Park.

  5. Un auteur que je ne connais pas, mais que tu me donnes envie de découvrir.

    1. Elle fait dans la romance et le young adult mais sérieusement, il y a des trucs bien là-dedans, quand on aime le genre. Celui-ci ne sera toutefois pas mon préféré, même si j’adore l’idée de base.

  6. Je suis actuellement en train de lire (et d’apprécier) « Attachments », du coup, celui-ci me dit bien aussi !
    Mais je crois je lirai d’abord « Eleanor & Park »..
    Tous ses livres ont l’air super en fait ! 😉

    1. Eleanor and Park m’a aussi beaucoup plu. C’est du YA mais du bon YA, selon moi! J’aime cette auteure. Il y a un recueil de contes de Noël qui est sorti et elle a écrit dedans du coup, je vais l’acheter!

      1. Oui, je crois que je l’ai vu passer sur Goodreads, il a l’air sympa.
        Mais j’ai un peu de mal avec les recueils, j’avais acheté « Let it snow » l’année dernière (avec un texte de John Green notamment), et un an après je ne l’ai toujours pas lu !
        Cet hiver peut-être.. 😉

        1. Ah mais ce n’est pas un recueil, ça. C’est vraiment un roman. Le recueil c’est celui sur les histoires de Noël qui doit sortir bientôt.

  7. En voilà un que tu ne me donnes pas envie de noter. Merci ! 😉

    1. :))) Il a plu à la plupart des gens, pourtant!

  8. J’ai beaucoup aimé Attachement moi aussi et ses autres titres me tentent bien aussi, y’a plus qu’à comme on dit !!

    1. Je pense qu’Attachement reste mon préféré, pour la découverte! Mais Eleanor and Park est aussi très bien, en YA. Mais en général, je trouve qu’elle a le don de mettre en scène des personnages atypiques. du coup, ça me plaît!

  9. Aaaaaaah il est sorti ! Je sens que je vais rapidement me jeter dessus, ayant adoré ses trois premiers – dans l’ordre de préférence, Eleanor & Park, Attachement et Fangirl (que j’ai trouvé un poil en dessous des deux autres). La plus grande qualité de l’écriture de Rowell, c’est son don pour les dialogues, que je trouve très réussis dans tous ses romans 🙂

    1. Il est sorti en anglais, je ne sais pas où c’en est en français, par contre. Comme toi, j’ai aimé Eleanor et Attachement et j’ai trouvé Fan Girl un peu en dessous. IL m’a manqué un petit quelque chose et j’ai moins accroché à l’histoire d’amour. J’aime aussi ses dialogues et ses personnages un peu étranges, hors-norme.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils