La soeur de la tempête – Les sept soeurs – 2 – Lucinda Riley

Le comment du pourquoi

Pourquoi? Parce que je suis une grosse suiveuse et que je veux lire ce que tout le monde lit autour de moi. Non mais quand ça parle de romans et que je ne peux rien dire? Croyez-moi, ma grand gueule et moi ne sommes pas d’accord!

De quoi ça parle

Je vous ai parlé de la trame générale dans mon billet sur le premier tome. Je ne vais donc pas reprendre en détails ici. Je dirai simplement : un mystérieux millionnaire suisse, 6 filles adoptées un peu partout sur la terre, des histoires à découvrir.

Ce tome suit Ally, la 2e soeur, celle à qui tout réussit, musicienne et marin de talent. Elle vient d’amorcer une relation avec Théo, un grand skipper quand son père meurt en lui laissant les fameuses coordonnées. Son histoire à elle va la mener en Norvège, à la recherche de ses ancêtres et de son histoire

Mon avis

Tsé quand tu lis quelque chose, et que tu te dis « oh boy que c’est pas pour moi » mais que tu es trop curieuse et que tu continues quand même? Ben cette série et moi, c’est ça. J’aime les parties dans le passé, où on rencontre des personnages historiques et où on revisite certains événements réels. Toutefois, les histoires d’amour… eeeeeh boy!

Le début m’a semblé éternel. C’était sirupeux à souhaits, avec serments d’amour éternel au bout de 3 semaines. Bon, ok. Ils se connaissaient avant… mais quand même. J’étais tellement agacée que, voyant tout venir comme d’habitude, j’avais limite HÂTE à certains événements. I am a bitch, I know. Tout était tellement prévisible dans la partie au présent… Bref, si nous n’étions pas partis dans le passé, avec Anna, jeune femme pauvre découverte en raison de sa voix d’ange. Cette partie était beaucoup plus intéressante, avec une héroïne qui évolue et qui passe de jeune fille pure et naïve à une femme plus mature et qui sait ce qu’elle veut. Mais la raison qui m’a fait continuer, c’est la trame historique.

Certains le savent, j’ai déjà joué un peu de piano. J’ai une pas trop pire culture musicale classique, du moins avec les plus connus. Rencontrer Grieg a donc été un vrai plaisir. Pareil pour Ibsen. Assister à la création de Peer Gynt en Norvège a été un vrai plaisir. J’ai pu connaître un peu l’histoire de la Norvège avec « le roman de Bergen » et j’ai beaucoup aimé y retourner le temps d’un demi-roman. Rencontrer des personnages historiques dans un livre, c’est mon péché mignon. J’ai beaucoup aimé le personnage de Tom aussi!

Je ne peux pas vous révéler toutes les raisons de mon agacement sans spoiler des événements majeurs de l’histoire. Mais Théo ne m’a pas du tout plu et la manie de l’autrice de rappeler CONSTAMMENT la richesse et la beauté des protagonistes me tape sur les nerfs. Par exemple, pourquoi préciser qu’il ne reste que « le chambre la plus chère » d’un hôtel qui n’a aucune importance dans l’histoire et où la protagoniste ne passera qu’une nuit? C’est bon, ça va, les 10 premières fois, ça m’a permis de comprendre! L’écriture est très moyenne, ça se traîne pas mal, mais le pire, c’est que je vais certainement lire la suite.

Oui, je vous entends penser: « pourquoi tu t’infliges ça? »

La curiosité est un vilain défaut. Et quand même, je me demande bien où le prochain tome va m’emmener!

2 Commentaires

2 pings

  1. Encore une lecture qui t’a agacée ? J’espère que la série ne durera pas longtemps.

    1. Elle dure 7 tomes. Et je suis au 7e. Oui, je suis maso. Mais je l’écoute en audio alors ça fait passer le temps dans la voiture!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.