La femme révélée – Gaëlle Nohant

Le comment du pourquoi

Parce que c’est Gaëlle Nohant. Je trouve assez fascinante sa façon de se renouveller à chaque roman, j’aime sa plume… alors bien entendu, je n’ai pas hésité.

De quoi ça parle

Le roman s’ouvre à Paris sur une femme qui se fait appeler Violet Lee. Violet a fui et a tout abandonné. Son mari de qui elle a peur mais surtout Tim, son fils. Nous sommes dans les années 40, elle n’a averti personne. Elle est juste partie, a pris le bateau et a débarqué à Paris, avec sa petite valise, ses bijoux dans le double fond.

Élevée par un père sensible aux droits sociaux et à l’égalité, Violet, derrière son appareil photo, porte un regard très tendre et personnel sur ce qu’on ne veut habituellement pas voir. Les pauvres, les déshérités, ceux qui ont tout perdu. À Paris, elle va arriver dans l’effervescence de St-Germain-des-prés et des boîtes de jazz, faire la connaissance de gens de qui elle va tomber amoureuse, tout en ayant, au fond du coeur, la terrible douleur d’avoir laissé son fils derrière elle.

Mon avis

Bien sûr que j’ai aimé! La plume de Gaëlle Nohant est très belle, d’une fluidité riche, très cinématographique. C’est assez fascinant de voir comment elle réussit à recréer à la perfection à la fois le Chicago des années 60 et le Paris des années 40. Elle dresse un portrait de femme crédible, qui évolue réellement, avec tours et détours, pour se révéler enfin. La Violet du début n’aurait pas pu accomplir ce qu’elle a fait dans la dernière partie. Elle n’y aurait même pas songé.

J’ai eu besoin de réfléchir à la fin de ma lecture. Besoin d’y repenser. Les deux partie distinctes m’avaient un peu laissée « en manque »… j’aurais voulu être témoin de cette évolution, la voir aimer… et je me trouvais projetée complètement ailleurs, ayant l’impression d’avoir perdu le fil quelque part… puis j’y ai repensé. Et il était là, le fil rouge. Plus petit au départ, présent par brins un peu épars, ils se nouent probablement dans la partie qui ne nous est pas contée, pour apparaître finalement lors du retour à Chigago.

J’ai lu le roman avec la trame sonore (trippante) en arrière-plan, et on sent toute la recherche derrière cette apparente facilité. On y parle de photographie humaniste, de regards portés, d’inégalités sociales, des ghettos et des magouilles pour que ces inégalités demeurent. On y parle de révolte et de combats, de Bob Kennedy et des droits civiques, mais aussi de jazz, de légèreté et d’amours, au pluriel. C’est d’ailleurs à ce dernier aspect que j’ai le moins accroché, bien que j’ai aimé le fait que Violet ne soit pas – vraiment – la femme d’un seul homme. Quoique… non, en fait, les amours ne m’ont pas convaincue. C’est d’ailleurs le principal reproche que je fais au roman.

Un roman très évocateur, avec un vrai souffle et une plume magique, qui a réussi à créer en moi des images fortes. Selon moi, il n’a pas la force de « Légende d’un dormeur éveillé » (qui est,dans ma tête, un chef d’oeuvre, rien de moins), mais il est plus facile d’accès, nous emporte et nous donne l’impression d’avoir vécu avec les personnages des morceaux de l’Histoire. J’aurais juste aimé voir un peu plus des années 50-60!

(28 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Bien hâte de lire ce roman ! Ma libraire m’en parle à chaque fois que je vais la voir depuis le début d’année.

    1. Ah, tu m’en donneras des nouvelles!

  2. Comment, comment, comment ?! Gaëlle Nohant a sorti un nouveau titre ?!
    C’est une auteure que comme toi j’aime beaucoup depuis ses débuts, d’autant plus que l’ayant rencontré sur un salon, c’est en plus une femme passionnante et très agréable.
    J’avais en revanche été déçue par son roman sur Desnos, que j’ai trouvé trop « démonstratif », et manquant de naturel dans sa première partie. Mais cela ne m’empêchera pas de lire celui-là !

    1. J’avais pour ma part adoré celui sur Desnos, mais j’ai aimé celui-ci aussi, qui est super différent. Je trouve que Gaëlle Nohant réussit à se renouveler totalement dans chacun de ses romans.

  3. je n’avais pas apprécié le précédent donc je passe mon tour 😀 on ne sait jamais ….

    1. Je dirais que même si c’est super différent, si tu as aimé La part des flammes, celui-ci pourrait davantage te plaire que celui sur Desnos!

  4. oh oui, elle a du talent! Comme j’ai hâte! Alors je ne savais pas du tout le noms des personnages, ça me fait sourire… Je m’appelle Violette et mon fils Timothée!

    1. Ah oui, quand même!!! Donc, il faut que tu le lises!

  5. J’ai très très envie de le lire !

    1. J’espère que tu vas le lire et que ça va te plaire.

  6. Dire que je n’ai encore rien lu de cette autrice ;0) Mais il y a tant de titres qui sortent ce mois de janvier que c’est vraiment dur de s’y retrouver, alors merci pour ton avis ;0) Bises

    1. C’est fou, hein, cette rentrée de janvier? Je peine aussi à m’y retrouver.

  7. Vraiment je n’ai tellement pas aimé «  la part des flammes » que je n’ai jamais voulu retenter. Mais tu en parles très bien!!

    1. J’adore sa façon d’écrire et de se renouveler. Mais bon, je comprends tout à fait que ton ressenti puisse être différent. Que n’avais-tu pas aimé dans La part des flammes?

  8. Un roman que je ne connais pas du tout !
    Je ne connais pas plus l’auteure d’ailleurs !
    Bon dimanche.

    1. Ah c’est une autrice qu’il vaut franchement la peine de découvrir. Je pense que j’ai parlé de tous ses romans sur le blog. Très différents, mais je les ai tous aimés!

  9. Je n’ai jamais lu Gaëlle Nohant, que l’on croise pourtant beaucoup sur les blogs. Je ne sais pas pourquoi. Il est des auteurs, comme ça, à côté de qui on passe…

    1. Moi, c’est Benameur… je le croise partout mais je ne suis pas certaine d,avoir lu quoique ce soit d’elle. Gaëlle Nohant mérite d’être découverte, par contre… il y en a pour tous les goûts dans ce qu’elle a fiat.

  10. il a rejoint ma PAL forcément! J’aime sa plume ! (et celle de Benameur aussi:)!)

    1. Va falloir que j’essaie… à moins que j’aie déjà écouté un livre audio… profanes, c’était d’elle??

  11. Super, je ne savais pas qu’elle en avait écrit un nouveau. Merci pour l’info et l’avis

    1. MAis de rien! J’espère que ça te plaira.

  12. D’accord avec toi sur le fait que sa Légende est clairement un chef d’oeuvre. Par contre, j’ai adhéré au reste, y compris aux amours. Je comprends tout à fait ta réticence, pour ma part, je la trouve crédible, (même si la relation avec le jazzman n’est peut-être pas assez développée). Je pense que certaines étapes de nos vies appellent/amènent/mettent fin à des amours qui ne seraient pas possible à d’autres moments.
    Et toujours sa plume! quel régal!

    1. Oh oui, quelle plume! Et oui, je suis d’accord pour les amours… j’ai davantage adhéré au jazzman que j’aurais aimée plus développée. J’ai aimé qu’elle vive plusieurs relations, plusieurs amours. Plus ça va, plus mon souvenir est agréable, en fait.

  13. Légende d’un dormeur éveillé m’était tombé des mains, mais j’ai tout de même celui-ci dans ma PAL.

    1. Ah, tu peux tenter quand même! C’est hyper différent. La plume est aussi belle.

  14. je vais le recevoir pour le prix audiolib et en lisant ton billet j’ai vraiment hâte!

    1. Ooooh, génial! J’espère que ça va te plaire.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils