La cité des anciens – tomes 3-4 – Robin Hobb

Vous savez à quel point j’ai bougonné sur les deux premiers tomes? Ben savez-vous quoi? J’ai continué. Parce que j’ai une mautadire tête dure! Et savez-vous quoi? Au milieu du tome 3, il COMMENCE à se passer quelque chose!

De quoi ça parle

Je ne vais pas raconter l’histoire de ces deux tomes précisément pour ne pas trop spoiler le reste. Quoi que bon, il ne se passe RIEN dans les deux premiers… Donc, pour résumer : les dragons dont on parle dans Les Aventuriers de la mer ont éclos et ils sont malformés, pas super wise non plus. Bref, ils mangent beaucoup et ça coûte cher. Les habitants du désert des pluies décident donc de les amener plus loin, questions qu’ils soient moins encombrants. Ils engagent donc des jeunes très marqués par le désert des pluies (tant qu’à faire, on peut bien se débarrasser de tous ceux qui dérangent) pour les mener… peu importe, en fait. Idéalement à Kelsingra, cité mythique des dragons, mais en fait, peu importe. Juste, loin. Ils s’embarquent donc à bord du Mataf avec des chasseurs et des gardiens ainsi qu’Alise, une spécialiste autodidacte des dragons et des anciens. Et bon, c’est ça. Ils sont sur le fleuve. 

Mon avis

Au milieu du 3e tome… il se passe quelque chose!  Wouhou! Une catastrophe naturelle qui met en danger plusieurs membres de l’expédition, qui va remettre en question l’ordre des choses et qui secoue un peu l’expédition. Pas que je leur veuille du mal, mais je m’ennuyais pas mal. Dans ce tomes, il y a davantage de rythme, on commence à faire des liens et à démêler les personnages. Je commence à apprécier les deux personnage principaux féminins : Alise veut être indépendante, mais elle est également attachée aux valeurs dans lesquelles elle a élevée tandis que Thymara a vraiment besoin de se prouver sa valeur à elle-même et refuse de laisser les garçons décider de son futur, même si elle se sent attirée par certains d’entre eux. J’ai aimé les péripéties, les relations qui se tissent et les personnalités qui se développent. Je ne suis toutefois pas hyper passionnée toutefois.

Contrairement aux autres séries, nous sommes vraiment dans un tout petit coin du monde, très peu relié au reste de l’univers de Robin Hobb. Je sens que ça va arriver car j’ai l’impression que Kelsingra ne nous est pas totalement inconnue mais pour l’instant, nous sommes très très loin de l’univers complexe des Aventuriers de la mer. La narration est beaucoup plus classique (quoique j’aie un petit faible pour les échanges entre les gardiens des oiseaux) et l’histoire beaucoup plus simple que ce à quoi Robin Hobb nous a habitués. 

Bref, je sens que ça va aller en s’améliorant, étant donné la fin du tome 4. Par contre, la relation entre les dragons et les humains me gosse souvent. Elle est difficile à définir mais ça s’apparente à serviteur-humble et maître-magnifique-et-tout-puissant et ce n’est pas ce que je préfère. Peut-être que ça va aussi s’améliorer, sait-on jamais!

Je continue, donc!

Oui, je suis psychorigide!