Konbini – Sayaka Murata

Le comment du pourquoi

J’ai entendu parler de ce court roman par une amie qui avait dé-tes-té. Et les raisons pour lesquelle elle avait tant haï ce roman m’ont interpellée. Donc, je l’ai lu (je sais, faut pas chercher à comprendre)… et moi, j’ai beaucoup aimé! Je remercie donc l’amie en question d’en avoir parlé avec tant de passion haineuse. Je sens qu’elle va être morte de rire quand elle va me lire!

De quoi ça parle

Keiko a 36 ans et, depuis 18 ans, est à l’emploi d’un kombini (un genre de dépanneur ouvert 24h), à temps partiel. Elle n’est pas mariée, n’a pas d’enfant, et adore son emploi. Toutefois, pour tout le monde, sa situation n’est pas normale, pas désirable. Quand un nouvel employé arrive et qu’elle se retrouve à lui donner un coup de main, elle va, par la force des choses et des gens, se remettre en question.

Mon avis

Voici ici un très court ouvrage, très étrange, très particulier, qui ne touchera pas tout le monde, mais qui m’a pour ma part beaucoup plu. Keiko, le personnage principale, pourrait être décrit comme une femme non neurotypique, qui ne comprend pas du tout les conventions sociales et qui réagit à sa façon qui est – pour elle seule – fort logique. Au Japon, de nos jours, une personne sans emploi stable, pas mariée, n’est pas encore totalement acceptée et j’ai beaucoup aimé les stratégies de Keiko pour avoir l’air « normale ». C’est triste et drôle à la fois et c’est surtout hyper juste. C’est que, voyez-vous, Keiko AIME travailler au Konbini. Elle s’y réalise, ne fait de mal à personne, y trouve des défis et de la valorisation. Elle est différente, mais pas malheureuse d’être différente. Certes, la société lui pèse un peu et la force à « faire semblant ». Et ça, ça m’a beaucoup plu.

C’est d’ailleurs ce qui est bien dans ce roman. Il propose une vraie réflexion sur la différence, mais vue par une culture différente. Il offre un angle très intéressant sur les pressions et les attentes de la société et sur les préjugés qui demeurent et les effets que ceux-ci peuvent avoir sur certaines personnes. Certes, le personnage masculin qui entre en scène est à taper (en bonne québécoise, je dirais « à fesser dedans »), mais même s’il est détestable, il va quand même avoir un regard très lucide sur le monde qui l’entoure. Ok, lucide, ce n’est peut-être pas le mot. Il a sa propre perception, est assez parasite merci et n’a pas l’intention de changer, quitte à insulter tout le monde et à imposer sa façon de voir les choses. Comme quoi les différences n’ont pas toutes les mêmes impacts.

Un roman sur la découverte et l’acceptation de soi et sur les diverses version du bonheur. Un roman aussi sur la différence, celle qui dérange, et qui m’a emmenée à lire sur la culture japonaire, notamment sur le phénomène des freeters, jeunes adultes méprisés qui mettent de côté la carrière et la famille pour avoir des petits boulots. Bref, une plume assez dépouilllée, mais un propos qui vaut la peine d’être lu.

(24 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. J’avais beaucoup beaucoup beaucoup aimé… une des meilleurs prose (et des plus juste) sur la différence que j’ai lu (et Tolkien sait que c’est un sujet qui fait couler beaucoup d’encre). Après c’est un sujet qui me parle beaucoup ….

    1. Moi aussi ça me parle, tu peux t’imaginer! J’ai trouvé ça super bien fait, tout le monde n’est pas mis dans le même panier, vraiment très juste.

  2. Il est sur ma PAL, suite à plusieurs avis positifs.. tu me rends bien curieuse, en tous cas, et je peux comprendre tes motivations : un roman qui suscite une réaction forte, qu’elle soit positive ou négative, c’est toujours troublant et attirant.

    1. Pfffff… je ne comprends pas mon blog… le premier commentaire vient d’apparaître!

  3. Il est sur ma PAL, suite à plusieurs avis positifs.. tu me rends bien curieuse, en tous cas, et je peux comprendre tes motivations : un roman qui suscite une réaction forte, qu’elle soit positive ou négative, c’est toujours troublant et attirant.

    Ingannmic (je poste incognito, sinon mon commentaire risque de finir dans les indésirables..)

    1. J’aime toujours quand un roman fait réagir, peu importe de quelle façon! Et bon, ton comm a QUAND MÊME fini dans les indésirables… c’est ben bizarre!

  4. C’est amusant ces lectures si différentes d’une personne à l’autre .. Pourquoi pas s’il croise ma route un jour, j’aime bien lire sur le Japon.

    1. C’est fou hein! Elle a vraiment détesté mais comme ça parlait de différence, de pression sociale, ça a vraiment bien passé.

  5. C’est l’illustration parfaite qu’un même roman peut avoir un impact totalement différent sur deux amies ! C’est intéressant. Du coup, on a envie de savoir ce qu’on en penserait.

    1. Oui pour savoir dans quel clan on serait! Parfois, les arguments qui font que quelqu’un déteste nous font nous dire que, nous, on pourrait aimer! Et ça a été le cas pour ce roman.

  6. La plume dépouillée ne me rebute pas, et ce roman propose une facette de la société chinoise que je ne connais pas.

    1. Ce Japon-là, je ne connaissais que de nom… en fait, je connais très peu le Japon!

  7. J’imagine que cette histoire devrait me parler… après, la culture japonaise et moi, c’est pas les grands amours…

    1. C’est japonais… mais il y a une vraie critique derrière tout ça. Et je serais hyper curieuse d’avoir ton avis.

  8. Moi aussi j’ai beaucoup aimé mais je reconnais que c’est très particulier.

    1. Oui, en effet… mais ça vaut la peine d’être découvert.

  9. C’est un classique je trouve, en littérature japonaise (ou sinon dans les mangas), les gens qui travaillent dans les konbini et refusent de suivre le schéma classique que la société attend d’eux. J’aime bien ce genre de sujets, du coup je le note !

    1. J’avoue que je connais assez peu cette culture et je lis assez peu de mangas. je pense que la pression est énorme au Japon, pour se conformer. Du coup, ça doit ressortir dans la littérature.

  10. J’avais adoré ce roman 🙂

    1. Moi aussi! Une de mes bonnes lectures de cette année.

  11. C’est bien la première fois qu’on me donne envie de lire un roman japonais! Chapeau! Pour l’intrigue, ça m’intéresse fort.

    1. En plus, il est hyper court! Essaie essaie essaie!

  12. Et tu donnes vraiment envie de découvrir ce personnage !! Merci pour ce choix de coup de coeur. 😉

    1. Sérieux, c’était vraiment bien. Et ça rappelle à quel point la société est pesante pour certaines personnes. Ce roman m’a vraiment plu.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils