Jour 94 – Tour St-Jacques et Île St-Louis

Dernier jour avant de partir en Pologne. Que fait-on quand on est un peu hyperactive? On se booke deux visites guidées. Pas une. Deux. Sinon c’est pas drôle, hein!

La première, j’avais un peu sauté dessus. J’avais vu que Paris Zig Zag offrait des visites guidées de la tour St-Jacques, qui est l’un des monuments de Paris que je préfère. Vous pouvez vous imaginer que je n’ai pas hésité. La tour St-Jacques est en fait le clocher de l’ancienne église St-Jacques de la boucherie, disparue depuis 1797, alors que les pierres de l’église ont été vendues à l’exception du clocher. Un détail de l’acte de vente? peut-être. Ce n’est pas certain.

L’église de base a été construite vers les 11-12e siècles, selon les sources (dixit notre guide). Les bouchers étaient alors à l’extérieur de la ville (disons que l’odeurs des boucheries, ce n’est pas toujours glamour) et il n’y avait qu’un seul pont. L’accès était difficile et une petite chapelle a été construite. Deux siècles plus tard, les bouchers sont plus puissants et désirent une église bourgeoise. Paraît-il que Nicolas Flamel aurait été donateur et y aurait été enterré. Son portrait y était aussi sculpté et sa pierre tombale est encore à Cluny… après avoir servi d’étal pour épinards, selon la légende.

Au 16e, les bouchers sont de plus en plus puissants et veulent un bâtiment à la hauteur de cet aura de puissance. Une église gothique avec un clocher de 60m, ça le fait quand même pas mal, non?

Comme je le disais plus haut, à la révolution, les églises sont devenus symbole d’oppression et plusieurs ont été détruites. Pas celle-ci par contre… elle a été mairie de quartier mais vendue quand la dite mairie a manqué de fonds. Comme plusieurs autres, qui sont devenues usines ou carrières, elle a mangé une charmante go!

La mairie a racheté l’église en 1836 et a procédé à une restauration. Le square date de la même époque, mais la végétation, inspirée par l’exotisme colonial, était plutôt constituée de bananiers et de citronniers! Au milieu du 19e, le patrimoine religieux est en fort mauvais état, entre les révolutions diverses et variées. Napoléon 3, dans l’espoir de se faire aimer de la France royaliste et religieuse, lance un vaste programme, qui durera jusqu’à la fin du 19e. De plus, avec Mérimée et le roman Notre-Dame de Paris, le patrimoine est à l’honneur. Viollet Leduc et son assistant y ont travailler et ont tenté de restaurer… à leur sauce. Car c’est la spécialité du 19e que de faire une « meilleure version » des bâtiments… soit celle qui n’a jamais existé.

On a donc ajouté 28 statues. Certaines venaient de St-Jacques, d’autres de d’autres églises (oui, phrase bancale… je sais) et d’autres sont des imitations. Ce qu’on connait du gothique est donc probablement plus chargé que ce que c’était en réalité à l’époque.

Comme aucune restauration n’est éternelle, le clocher était très amoché à la fin du 20e et il a été fermé pendant 14 ans. À travers les années, il y a eu plusieurs curiosités ici. Des vitraux (alors qu’il y avait un carillon… avouez que c’est un peu ridicule), une station météo et un four à plomb au sommet. Mettons qu’il y a eu quelques incendies. On trouve aussi une statue de Blaise Pascal car il aurait fait des études ici, mais il y a quand même controverse car on ne sait pas s’il s’agirait de la bonne église St-Jacques… vu qu’il habitait à côté de l’autre

La visite était donc hyper intéressante. On termine par un moment de repos au sommet, où il y a une vue magnifique de Paris. Je ne me lasse pas de regarder cette ville. Et oui, je sais, j’ai pris 20 fois les mêmes photos.

Après avoir attrapé un sandwich rapido en chemin, je me dirige en trottinant vers le point de rendez-vous de la deuxième visite guidée, qui porte sur l’ïle St-Louis. Et là, je sens que je vais avoir du fun pour les photos parce que pour moi, mettons que les hôtels particuliers se ressemblent pas mal tous. Oups, oups, oups.

Je sais assez peu de choses sur l’ïle st-Louis, à part qu’elle est jolie sur les photos. C’était en effet l’ïle de la cité le coeur historique de Paris et l’île St-Louis appartenait au chapitre de la cathédrale Notre-Dame. Il y avait à l’époque 2 îles : l’île Notre-Dame et l’île aux vaches. St-Louis aurait aimé s’y promener et y aurait adoubé son fils. Henri IV aurait eu l’idée de l’urbaniser mais ce n’est que sous le règne de son fils, Louis XIII, que le projet voit réellement le jour, au 17e, même si ça ne fait pas plaisir aux chanoines de Notre-Dame. L’architecte Louis Le Vau a participé au projet et les habitations sont assez homogènes. Les plus belles habitations longeaient la Seine et d’autres, plus modestes, étaient au centre. Disons qu’il n’y avait pas beaucoup de place et que les jardins étaient rares.

Des ponts ont été bâtis, le chenal entre les deux îles a été bouché, des quais ont été construits. Le pont Marie, deuxième plus long après le pont neuf, a été construit en 1613 et était plein d’habitations. Celles-ci ont été interdites au 18e. Le Pont St-Louis a été bâti et débâti 7 fois et les péages ont été abolis en 1847… avant, tout le monde payait.. sauf les montreurs de singes. De là l’expression « monnaie de singe ».

Nous visitons et admirons plusieurs hôtels particuliers. L’hôtel le Charron, avec son escalier et sa mansarde à pouline pour le foin, l’hôtel de Jassaud, qui a été habité par Camille Claudel, l’hôtel de Chenizot, avec sa vieille façade et son heurtoir d’origine, l’hôtel du jeu de paume, l’hôtel de Lauzun, le fameux compte qui a voulu épouser la grande demoiselle, Mme de Montpensier, l’hôtel Lambert, qui a servi de caserne et où Chopin serait allé, dans le cadre du club polonais (ou quelque chose de polonais, du moins).

D’ailleurs, de nombreuses célébrités ont habité ces endroits luxueux. Michèle Morgan et sa rotonde, Cézanne, Rotchild, Marie Curie, Chagall, Pompidou, Sevran, Moustaki, Daniel Auteuil, Frédéric Vuittou, Jodie Foster, Beaudelaire… inutile de préciser que les appartements ne sont pas donnés!

Qui dit gens célèbre dit aussi excentricités. Le club des Haschinschins y a notamment vu le jour, à l’hôtel de Lauzun, avec Théophile Gautier et Beaudelaire comme membres. Fondé par le docteur Jacques-Joseph Moreau de Tours, il avait pour but d’expérimenter des drogues, plus particulièrement le haschisch, comme son nom le laisse présumer. Le frère de l’émir du Qatar avait de grands projets pour l’hôtel Lambert (dont une sombre affaire de garage) mais ça a soulevé des passions. Une entente a été conclue. Quant à Helena Rubinstein, elle a convaincu la ville que les fondations de son hôtel, l’hôtel d’Hesselin étaient branlantes, et a réussi à obtenir sa destruction pour en construire un nouveau… Je pense que finalement, il y a un bassin de natation sur le toit! On peut donc admirer un portail d’époque… sur un immeuble de 1935.

Nous finissons la visite par l’église Saint Louis en l’île, actuellement en restauration, mais connu pour sa tour avec son horloge perpendiculaire. Comme je n’ai pas de photos… j’imagine que je ne suis pas entrée à l’intérieur de cette église du 17-18e siècle de style classique. Paraîtrait que Landru y a été enfant de choeur et qu’elle a aussi accueilli soeur Louise de la miséricorde… anciennement Louise de la Vallière. Son bénitier est particulièrement joli.

Je finis la balade avec une visite rive gauche pour goûter et acheter des Turrons… et je rentre pour finir les valises. Demain, Pologne! Hiiiiiii!!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils