Jour 66- Piscine et questions pour un champion

Ouf, le réveil a été pas facile ce matin. Me semble que j’aurais dormi un peu plus! Mais j’ai bien dormi.  Nous quittons Konya ce matin, pour une journée de bus, où Kadircan, notre guide, va répondre aux questions que nous avions écrites un peu plus tôt.  Ce sera donc une session de questions-réponses (que je placerai plus bas dans le billet). Nous , rapidement devant les bâtiments de Konya : marie toute neuve, immense hôpital neuf, station de train, où il y a les TGV vers Ankara et Istanbul. On est en plein à l’heure du trafic alors il faut un peu s’accrocher.

Par la suite, nous traversons les montagnes de Taurus (suite des Alpes), avec des routes qui serpentent et des paysages très très beaux. La chaîne de montagne traverse l’anatolie et la sépare en deux. Le climat est fort différent d’un côté et de l’autre et nous passons dans un coin beaucoup plus humide.  On va recommencer à parler d’humidex bientôt… et on en a besoin parce que j’ai rarement eu aussi chaud à 23h… on dégoulinait carrément. C’était impressionnant.

En chemin, nous nous arrêtons dans l’ancienne ville d’Aspendos pour visiter son théâtre gréco-romain du 2e, à l’époque de Marc-Aurèle, qui pouvait contenir 15000 personnes et dont la façade est très bien conservée.  Le théâtre grec était ouvert et était adossé à une montagne. IL était ouvert car il s’ouvrait avec la fête de Dyonisos, qui duraient une semaine. À l’époque romaine, c’était beaucoup plus court… une heure ou deux.  Du coup, les romains voulaient que les gens payent alors ils ont fermé le théâtre par une skena toute en marbre, souvent richement décorée à l’intérieur.  Séparée en trois étages, il y avait des bas reliefs relatant l’histoire de Dyonisos, tout en bas, et dans les niches étaient les statues des dieux et des déesses.  Sur les colonnes se trouvaient des statues des empereurs. Ça devait être magistral. À l’entrée, la tête de méduse, dont le regard transformait les ennemis en pierre, pour protéger le bâtiment.

Les entrées du peuple et des nobles étéaient séparées. Les bancs des spectateurs (cavea) étaient concaves pour améliorer l’acoustique et les acteurs, tous des hommes, portaient des masques à bouche ronde, avec du métal dedans pour servir de micro artisanal.  Et c’est vrai que l’acoustique est super.  Marie-Claire et moi (enfin, surtout Marie-Claire) avons chanté la chanson des choristes (moi en faisant des hmhmhmhm relativement justes… relativement étant En le mot clé) pour tester et sérieux, on nous entendait d’en haut!

Nous avons aussi pu voir l’aqueduc romain, qui avait deux étages et 8 km de longueur. Il descendait de 4 cm par km pour pouvoir amener l’eau à destination. On raconte que Zénon, un architecte, était tombé amoureux de la fille du roi, mais que son frère jumeau voulait aussi l’épouser. Du coup, le roi a fait un concours. Celui qui fait la construction la plus extraordinaire va pouvoir épouser sa fille.  Zénon construit le théâtre et son frère, l’aqueduc.  Au départ, le roi a donné la palme à l’aqueduc mais un jour, pendant que Zénon bougonnait à voix basse dans son théâtre, le roi l’a entendu de loin… et a changé de gagnant.  Bien entendu…  c’est OFFICIEL que ça s’est passé comme ça hein!  Ya aucune légende là-dessous!

Petit arrêt à un ancien pont romain (avec 12 angles au minimum… dont un de 90 degrés en plein pont) où une mariée (avec corset et robe meringue… elle devait 8 avoir chaud) se fait prendre en photo et c’est direction Antalya, où nous aurons un peu de temps libre avant de manger. À Antalya, la population de 1350000 habitants triple pendant la période estivale. On se croirait à Miami et il y règne une atmosphère de vacances.  On est au bord de mer et les gens sont beaucoup moins couverts.

Nous, on se garroche à la piscine.  Rien de moins.  Bon, l’eau est à 30 degrés mais avec la brise et la bière fraîche, ça le fait. J’ai vu « en vrai » mon premier burkini. Ce soir, je suis épuisée. On dirait que le bus m’a vidée. J’étais submergée de bruit. En plus, je me mourais de faim. Les gens n’étaient même pas tous arrivés que j’avais déjà enfilé ma première assiette, avec la ferme intention d’aller me coucher à 8h 15.  

Bien entendu, ça ne s’est pas passé comme ça et quand les gens ont proposé une balade « by night », je n’ai pas résisté, et j’ai fort bien fait parce que c’était vraiment beau et animé.  Les rues sont toutes petites, remplis de cafés avec des musiciens… on a même dansé un petit peu.  Un tout petit peu. J’ai spotté un endroit où j’aimerais bien revenir demain… on verra si je réussis à convaincre des gens. Nous sommes descendus jusqu’au port, et sérieusement, j’ai rarement été aussi trempée de ma vie. Tout le monde dégoulinait et avait l’air de sortir de la piscine! Rien de moins!

Allez, au dodo… et voici la séance de questions-réponses du matin!

Question : Qu’est-ce que l’œil bleu qu’on voit partout

C’est pour éloigner le mauvais sort et il y en a partout.  Les hommes ont aussi presque toujours un chapelet à la main pour occuper la main.

Question : Comment sont perçus les turcs qui habitent à l’étranger?

Ils sont bien perçus en Turquie car ils ramènent de l’argent au pays et vivent plus librement.  Dans leur nouveau pays, ils ont tendance à se regrouper entre eux mais les nouvelles générations amènent des nouvelles cultures.  Il est difficile pour les gens qui le vivent car ils sont étrangers dans leur nouveau pays… et ont quand même de la difficulté à se réhabituer à la vie en Turquie. Bien entendu, c’est variable d’une personne à l’autre.  La famille est très importante pour les turcs et quand on s’expatrie, c’est quand même difficile car la famille peut mettre de la pression (mode de vie, chrétienté de plusieurs pays d’Europe) et dire que c’est mal. À partir de la 3e génération, ça va beaucoup mieux.

Question : Quelles sont les relations actuelles entre la Turquie et la Grèce?

Maintenant, ça va mieux mais avec Chypre, c’est plus difficile, en raison des prospections pétrolières dans la méditerranée.  Du coup, ça chauffe un peu.  Chypre a une partie turque a une partie grecque. Le territoire a changé de mains plusieurs fois et la population s’est battue pas mal jusqu’en 1963. Chypre est coupée en deux entre le sud et le nord et les deux pays doivent résoudre les problèmes, même si les peuples sont séparés. Ça complique un peu les choses, disons. C’est plus calme depuis une dizaine d’années, mais il y a tout un historique.  Maintenant, les Turcs et les Grecs s’entendent beaucoup mieux. Heureusement. Plusieurs îles grecques sont très très proches de la Turquie et parfois, ça cause des jeux de drapeaux assez comiques sur quelques petits rochers près de la côte!

Question : Que s’est-il passé dans les années 2013-2014 pour que la Turquie soit considérée comme un pays dangereux pour les touristes.

En fait, la frontière était très mal contrôlée à ce moment C’était une passoire, en fait pour les terroristes islamistes, qui étaient davantage présents et qui venaient de Syrie et d’Irak. Certains attentats avaient eu lieu et les touristes avaient peur.

Question : Comment la Turquie réagit-elle face à l’intégrisme religieux des pays autour.

Selon notre guide, c’est un très grand danger pour le monde musulman. 80% des Turcs pensent que tuer quelqu’un pour les dieux, c’est du terrorisme. Selon le Coran, si tu veux aimer Dieu, il faut aimer tout le monde. Malheureusement, il y a une grande influence qui commence à s’étendre au monde islamique. Toutefois, quand les gens se disent « les musulmans sont des terroristes », ça augmente les réactions du côté des musulmans. En Turquie, 90% des gens ne croient pas à un régime islamiste, sont trop habitués à leur liberté et c’est contraire à leur admiration d’Attaturk. Bref, c’est compliqué… et pour les musulmans, ce n’est vraiment pas facile à vivre.

Question : Quelle est la vie artistique et artisanale en Turquie?

Avant, il y avait beaucoup de maréchals ferrants, mais c’est abandonné. Les cultures se sont industrialisées. La main d’œuvre coûte plus cher… et on fait faire vers la Chine! Par contre, les tapis sont encore tissés et la coutume ne se perd pas. La broderie est également très répandue, sur les vêtements, pour les trousseaux. Ça se modernise de plus en plus par contre. Dans le sud-est de la Turquie, une association de femmes travaillent le tissage de fils d’argent ainsi que beaucoup de savons. Ils tentent ainsi d’augmenter le niveau de vie des femmes du sud-est de la Turquie. À cet endroit, la condition des femmes est très difficile et elles sont presque considérées comme des esclaves. Des subventions sont donc données pour leur créer du travail et leur permettre de faire des études.

Question :  Parlez-nous de la littérature turque?

Oran Pahmuk a reçu le prix Nobel de littérature mais il est peu apprécié en Turquie. En effet, il affirme qu’il y a eu, dans l’est de la Turquie, un génocide arménien! Mettons que les Turcs ne sont pas d’accord.  Naz Mikmet est aussi un poète fort connu. Depuis les 20 dernières années, plusieurs écrivains émergent.  Toutefois, s’ils ne veulent pas être emprisonnés, ils doivent éviter la politique actuelle comme sujet!

Question : Et la peinture? Et la musique?

La tradition musicale varie beaucoup dépendant de la région de la Turquie.  Chaque région a ses rythmes et ses musiques pour danser.  Une pianiste et un violoniste sont aussi très connus. Il ya par contre peu de peintres célèbres internationalement.

Question : Comment ça se passe, pour les mariages et les divorces?

Officiellement, les turcs ne peuvent avoir qu’une femme.  Mais bon, si la dame accepte… ça arrive! Le concubinage n’est pas interdit, mais souvent, ils sont mal vus et les gens autour peuvent les emmerder correctement. On appelle la police pour bruit, pour maison close, bref, pour tout et n’importe quoi! Du coup, avant de vivre ensemble, on se marie, avec la robe blanche et les coutumes européennes! Pour le divorce, ils augmentent de plus en plus, en raison de l’amélioration de la condition des femmes. Avant, non seulement les femmes divorcées étaient mal vues, mais en plus, elles n’avaient rien pour survivre.  Actuellement, c’est plus facile. Si la femme demande le divorce, une audience et c’est fait. Si c’est l’homme, c’est plus compliqué!  Le mariage de même sexe n’existe pas et l’homosexualité est davantage vue comme une maladie, qu’il faut soigner.  Pour eux, c’est anormal, donc pas vraiment accepté, mais pas persécuté.

Question : Y a-t-il des programmes sociaux en Turquie?

Il y a une assurance chômage pendant 6 mois, parfois un an, si la personne a travaillé 2 ans sans arrêt dans la même entre prise pour pouvoir toucher. 12% de chômage en été et en hiver, ça monte vers 14-15%. Toutefois, l’argent destiné au chômage n’est pas perçu en totalité par les employés… disons que c’est un peu compliqué à comprendre et que comme partout ailleurs, ce n’est pas toujours clean clean!

Au plan de la santé, au chômage, c’est gratuit pendant 1 an. Ensuite, il faut payer. L’urgence est gratuite partout dans le pays. Pour les médecins, si c’est un hôpital de l’état, c’est gratuit et les médicaments en pharmacie coûtent 10-20% du prix si on a une assurance. Le taux d’imposition est d’environ 50% et il y a prélèvement à la source. Pour pouvoir vivre, il faut à une famille de 4 personnes environ 4500-5000 lyras par mois dans une grande ville. C’est le seuil de la pauvreté. Par contre, le salaire minimale est 2000 lyras… mettons qu’il y a un petit problème!

Question : Parlez-nous des droits des femmes en Turquie

Notre guide mentionne que les femmes sont les boss! J’en doute un peu, mais bon! Légalement, les droits des femmes et les droits de l’homme sont égaux. Les femmes ont le droit de vote depuis longtemps. Toutefois, pratiquement, c’est autre chose dans plusieurs familles, selon l’interprétation du Coran, les coutumes et les mœurs. S’il y a divorce, c’est moitié-moitié. Pour l’héritage, c’est la même chose. Égalité pour les garçons et les filles. À l’extérieur, l’homme semble souvent le chef et le montre… mais à la maison, paraît-il que l’homme rentre la queue entre les deux jambes! Dans la famille où nous avons mangé, devant les gens, l’homme ne fait aucun travail. Il demande à sa femme. Par contre, seul, c’est tout autre chose!! Il est aux petits soins pour son épouse.

Question : La Turquie est-elle laïque?

Yep, elle l’est toujours. Mais les imams sont payés par l’état et sont fonctionnaires. Attaturk a établi ceci pour pouvoir contrôler un peu les pensées et les actes de ceux-ci.  Mettons que des fois ça marche et des fois non!

Les priorités du gouvernement actuel?

  1. L’armée
  2. La religion
  3. La santé
  4. L’éducation
  5. Le tourisme

Question : Quelles sont les conditions de vie des Kurdes en Turquie?

Théoriquement, les Kurdes ont les mêmes droits que les Turcs. Ils peuvent être présidents, artistes… n’importe quoi! La première fois qu’on entend le mot Kurde, c’est 1200 avant JC.  C’est un peuple du moyen-orient.  Les Turcs sont venus après. Depuis toute cette période, il n’y a jamais eu de désir de former un pays Kurde dans cette région du monde.  C’est davantage venu dans les années 80. C’est le 3e parti politique du sénat de la Turquie et ils souhaitent un gouvernement plus régional (langue, coutumes). Ils veulent rester dans la Turquie, par contre, mais avec un système plus adapté. La Turquie n’accepte pas pour l’instant et ne veut rien céder, même s’ils acceptent tout le monde, avec les mêmes droits. Certains font ça avec la politique… et d’autres avec des armes, qui sont considérés comme terroristes par le peuple turc. La perception des choses est donc complexe.  Il y a des kurdes en Iran, en Syrie et en Turquie… et ils obtiennent les armes d’un peu partout. Selon notre guide, il y a un désir de prendre le contrôle de cette région pétrolière et les grandes puissances du monde aident différentes ethnies dépendant du moment.  Du coup, c’est compliqué et c’est davantage qu’une guerre d’ethnies.

Question : Quelle est la signification du drapeau Turc?

Le rouge : le sang. Le croissant : L’Islam. L’étoile :  les 5 principales règles de l’Islam.  Il y a aussi des légendes qui mentionnent que le croissant représente la lune, où Mahomet est allé à cheval pour parler à Dieu.  Les cinq principales règles de l’Islam, jurer qu’il n’y a qu’un seul dieu et que Mohamed est son prophète.  Le deuxième, donner 10% de son salaire aux pauvres ou 1/40 en Turquie. Le troisième… que j’ai oublié.  Le quatrième, le jeune du ramadan. Et le dernier, le pèlerinage à la Mecque pour ceux qui peuvent. On peut le faire pour nous-mêmes ou pour les autres, idéalement pendant la bonne période. Si on y va à une autre période, il faut y aller trois fois pour que ça compte. Ceux qui partent en pèlerinage ont pour habitude de colorer leur porte en vert, signe du paradis.  Il y a 5 prières par jour et l’appel se fait avec des vers très simples du Coran. Les prières peuvent être reportées si c’est impossible par contre! Celle du vendredi midi est la plus importante.

Question : Qu’est-ce que représente le minaret?

Le premier minaret est apparu au 9e siècle, une très grande tour pour envoyer la voix de l’appel le plus loin possible. Avant, on montait sur les murs. Le nombre de minarets dépend de la richesse du quartier ou l’importance de celui qui a fait construire la dite mosquée. Religieusement, ça n’a pas de signification. C’est une question d’apparence. Maintenant, c’est devenu partie prenante de l’architecture des mosquées, avec le croissant au-dessus. Par contre, maintenant, les mehdis ne montent plus dans la mosquée… le tout est fait au micro!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils