Jour 42 – Sally Mann et champagne

Ce matin, on se sentait d’attaque! Bon, ok, d’attaque après avoir dormi un peu longtemps dans mon cas, malgré la chatounnette en crise d’amour aux petites heures du matin.  Du coup, on a décidé d’aller courir aux Buttes Chaumont. Oui, ça monte. Mais ça se fait plutôt bien à notre rythme. Laurence a même survécu aux côtes, imaginez-vous! On en a ensuite profité pour se balader un peu, voir la grotte, le petit temple et la jolie vue sur le Sacré-Cœur. On a aussi passé devant le Rosa Bonheur, qu’on voit dans Vernon Subutex. IL m’en faut peu pour être contente… et j’ai entrepris de convaincre Laurence de lire le roman.

Je ne connaissais pas du tout le 19e comme quartier, sauf l’ancien quartier de m’dame Morelli, et je découvre avec plaisir cet endroit avec toutes les petites villas bordées d’arbres et de très jolies maisons. C’est vraiment vraiment très beau et on ne se croirait pas du tout à Paris. Il va falloir que j’explore plus en détails.

Après avoir mangé indien à Belleville (j’ai été déraisonnable et j’ai pris autre chose que le menu midi… fouttez-moi), on est redescendues jusqu’au jeu de Paume pour aller voir une expo photo que j’avais repérée il y a quelques semaines. Je n’étais jamais allée dans ce musée, en plus, qui ne comporte que des expos temporaires. Sally Mann est photographe et elle a photographié sa famille et ses enfants pour explorer le thème de l’innocence, de la fin de celle-ci, de la famille et de la fratrie. Ces photos sont à la fois dérangeante et magnifiques, c’est ma partie préférée de l’expo, je crois. La photo représentant son mari… juste wow. Une autre section nous emmène dans le sud des États-Unis, sur les champs de bataille de la guerre de Sécession et dans ce pays plein de fantômes et lourd d’histoire. Elle a aussi exploré la condition des noirs américains à travers son expérience avec sa nounou d’enfance. Adulte, elle a compris avoir participé au schéma et sa démarche est fort intéressante. Elle a aussi exploré la technique au collodioure, une technique du 19e, dans laquelle elle utilise les imperfections et les aspérités pour faire des choses super belles.  Ravie de cette visite.

Après un petit arrêt-recharge-de-batteries sous les arbres des Tuileries, on marche à pieds vers le resto et on décide d’arrêter boire un verre dans un bar d’hôtel. Vous ne voulez même pas savoir le prix du cocktail au champagne (délicieux quand même) mais ça valait le coup pour l’atmosphère over-safari-kitsch et les serveurs aux petits soins.  Ah, la vie des gens riches et célèbres!

Isil et Jeff nous ont rejoint à la Grille Montorgueil où on a comme d’habitude très bien mangé… et beaucoup ri! Je vous passe les conversations, je vous jure qu’elles n’ont rien d’édifiant. J’ai même supprimé des commentaires sur FB tellement je n’avais pas rapport! À demain!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils