Jour 30 – Routes des vins et retour de l’enfant prodigue

Oooooh que ce billet va être difficile à écrire.  On est 2 mois plus tard et imaginez-vous que dans mes super notes, je n’ai pas inscrit le nom des villages. Super. Du coup, je sens que je vais avoir un mal fou à me rappeler quelle photo a été prise à quel endroit.  Et ce billet va être inintéressant au possible! Mais bon, comme je SAIS que je vais avoir du mal avec celui-ci, je retarde… et les autres qui, eux, sont écrits, attendent. Je sais, c’est mal!

Bref, en ce beau 25 juin, Laurence travaille (mais je ne sais plus si c’est à Cahors ou à Moissac… du coup, ça ne m’aide pas beaucoup pour le nom des villages) et je décide de repartir une dernière fois car j’ai en tête de faire les villages de la route des vins de Cahors.  Comme sur la route de Cahors, il y a la ville de Montcuq, je m’y suis arrêtée. Ben quoi, on ne va pas me changer hein!  Je ris des jokes d’enfants de 5 ans. C’est pour ça que je m’entends bien avec les cocos! J’espère juste que les photos que je mets sont les bonnes!  Bon, ok, il n’y a pas que le nom, mais aussi une tour d’où on a une jolie vue du village (je vois un truc où il faut monter, je monte) et des vieilles pierres. Comme souvent dans le sud-ouest, il y a plein de petites rues mignonnes, plein de fleurs et bien des occasions de se péter les orteils. Mon ongle du pied droit s’en souvient très bien, je vous le jure.

Puis, direction Cahors, ville que j’avais déjà visitée mais dans laquelle j’avais bien envie de me balader dans les petites ruelles autour de la cathédrale, bien tranquille. J’en gardais un super bon souvenir et celui-ci ne m’avait pas trompée, c’est vraiment génial de se perdre là-dedans.

J’y ai pas mal erré et je suis allée ensuite faire un tour dans la cathédrale St-Étienne, cathédrale qui mixe le roman, et le gothique (et autre chose, je pense…) dont l’histoire est assez mystérieuse vu qu’elle semble avoir été construite en plusieurs parties. Elle a été amorcée au 12e mais les célèbres coupoles datent d’une centaine d’années après. La façade est massive, très particulière, comme si elle avait été plaquée là plus tard. Quant au choeur, on dirait qu’elle compte plusieurs étages superposés… et ça paraît! Ca la rend… intéressante! Et bon, il y a un cloître. J’aime les cloîtres.

Après une petite paella pour manger, je me suis dirigée vers l’autre côté de la ville pour dire bonjour au petit diable du pont Valentré. Il m’a toujours bien plu, celui-là!

La suite de la journée a été consacrée à une jolie balade au bord du Lot, en passant par Pradines, Luzech, Parnac et Puy L’évêque où j’ai pu voir de bien jolis endroits, me balader un peu dans les rues et monter quand on pouvait monter. Pour faire changement. J’ai aussi pu arrêter un peu partout pour acheter du vin de Cahors (qu’on a rapidement bu dès le soir), ce qui a fait que je suis arrivée un petit mini-peu en retard pour aller récupérer Laurence. Oups, oups, oups! Surtout que Morgane revenait de l’université (avec diplôme en poche) en soirée et que nous avions prévu de fêter ça!

Bon, Lau et Mo ont pas plus fêté ça que moi, qui suis tombée de fatigue relativement tôt (comprendre… une heure du matin) et relativement à jeun (comprendre que MOI, je n’ai vidé aucune bouteille de rhum arrangé), mais on a mangé des anchois et du risotto trop bon et c’était chouette de voir Morgane!

Finalement, je ne m’en suis pas trop mal sortie non?

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils