Jour 31 – Villages français y Zaragoza

Zut, j’étais certaine d’avoir rédigé ce billet. Et je réalise que je n’ai que des bouts d’écrits. Du coup, ça promet côté nomenclature. Va falloir que Laurence m’aide!

Donc hier c’était relax car on se préparait bien pour aujourd’hui. Limite qu’on ne manquera de rien. En effet, c’est un départ pour Saragosse, où nous allons passer quelques jours pour fêter la fin des études de Morgane, la fille de Lau. Même que Thierry (alias Mr. Kiki) a pris un CONGÉ pour venir avec nous! Incredible!

Nous partons donc de bon matin, de très bon matin, sur les routes de France, direction les Pyrénées. Notre premier arrêt est à pour St-Béat, où il y a une toute petite petite Garonne. Mais vraiment toute petite. Mais c’est la même Garonne. Mais petite. Bref, je suis redondante, je sais.

Le village est vraiment joli, avec un ancien château haut perché et sa toute petite chapelle. Après une petite balade sur le bord de l’eau, on monte au château abandonné (dont je ne sais pas grand chose, finalement) pour avoir une vue magnifique de l’endroit, qui ressemble à un village de conte de fées. Laurence est « morte un peu » en montant mais elle a encore une fois ressuscité. Je vous jure, c’est une miraculée.

L’église est fermée et nous finissons par trouver la chapelle troglodytique St-Roch, toute petite et toute sur le bord de la route. On serait restés un peu plus, mais paraît-il qu’il reste de la route à faire. oups! Ah oui, on s’est mis les pieds dans l’eau. Quelque part. Je ne sais juste plus vraiment où.

Nous suivons la route proposée par le guide touristique pour nous arrêter à un petit village sur le bord de la rivière Isabena. Me semble. Mais je ne connais pas son nom et je le trouve nulle part. Je ne sais même pas s’il était habité. Serraduy? Est-ce possible? Bref, nous nous baladons dans les petites rues, découvrons les fours communaux, posons sur les ponts… mais encore une fois, semble-t-il qu’il faut continuer. Ah oui, il fait 40 degrés. La clim de la voiture n’en peut plus!

Autre petit arrêt au monastère de Santa Maria de Obarra, où il reste des vestiges du 10e et 11e siècle et un petit hermitage. Mes photos sont pouiches parce qu’un monsieur posait des affiches et restait 2 heures à chaque endroit… TOUJOURS dans mes angles de photos! Toujours!

Pour manger, on arrête à Roda de Isabena, superbe petite village à flanc de montagne. Nous ne pouvons visiter l’église, mais quand nous arrivons dans le cloître et que nous réalisons qu’il y a un resto dans la salle capitulaire, bien entendu, nous y mangeons. C’est vraiment bon et surtout magnifique. Quel décor! On conseille, ne serait-ce que pour ça!

Pour ma part, je m’endors rapidement après, pour me réveiller dans un paysage lunaire, tout près de la ville, où nous sommes arrivés en fin d’après-midi. Ça aura pris une journée. Oups! L’appart est sombre, très espagnol, mais super grand. Malheureusement, on nous avait vendu un appart avec clim et certes il y a de la clim… mais juste dans le salon. Morgane y a déménagé. J’ai dit que c’était la canicule? Il fait plus de 40. Beaucoup plus de 40.

Saragosse, ça vient de CaesarAugusta. Il y a d’ailleurs plusieurs restes romains dans la ville. Il y a des références à son sujet jusqu’au 7e avant JC. La ville a un bon moment été sous domination arabe et il en reste quelques traces dans l’architecture, notamment dans le palais et dans l’architecture mudejar, ces briques qui font des motifs.

Nous partons donc tout de suite explorer la ville, vu que, bien sûr, nous pensons que nous allons manquer de temps. As usual. J’aime vraiment l’endroit, très vivant, assez moderne aussi et on arrive avec plaisir au centre historique, plein de petites rues. La place principale est impressionnante et l’église… ayoye! Sérieux, on dirait un château et je vous assure que du bord de l’eau, c’est vraiment impressionnant. On ne se lasse pas de le regarder.

Nous faisons encore une soirée tapas dans El Tubo, quartier très connu de Saragosse. On s’arrête un peu partout, on mange – encore – des tapas, on boit du vin et on se dit que, franchement, la vie n’est pas mal du tout!

(2 commentaires)

  1. tu me fais mourir 😀 heureusement que je miraculise

  2. Saragosse était sur notre route quand on partait en vacances à Alicante dans les années 70 mais je crois qu’on n’a jamais pris le temps de vraiment visité. Ça a l’air bien joli !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils