Aller à la barre d’outils

Ici n’est plus ici (There, there) – Tommy Orange

Le comment du pourquoi

J’ai lu beaucoup de littéature autochtone québécoise ou canadienne, mais très peu de littérature autochtone américaine. Du coup, j’avais lu de bons avis et Michel Jean l’avait proposé… et j’ai osé m’aventurer dans ce roman choral qui s’articule autour du grand Pow Wow d’Oakland.

De quoi ça parle

Ici n’est plus ici nous raconte l’histoire des autochtones urbains, des Indiens, comme ils se nomment eux-mêmes. Nous rencontrons une quinzaine de personnages, tous issus des premières nations. Chacun a son histoire, son passé, son bagage, et chacun s’interroge sur son identité. Mais surtout, chacun tente de survivre, souvent en se noyant dans l’alcool. Leurs destins vont se croiser pendant le grand Pow Wow d’Oakland, qui se veut une occasion de célébrer leur héritage.

Mon avis

Quand j’ai refermé ce roman, j’ai eu besoin d’en parler. Là, maintenant, tout de suite. J’ai eu besoin d’en parler parce que j’étais à bout de souffle, complètement prise au trippes mais aussi profondément découragée quant à l’avenir. Je sais bien que ce n’est pas à moi en tant que Blanche de vouloir trouver des solutions pour améliorer les choses et que la solution ne peut pas venir de moi, mais la blessure de ces peuples est tellement profonde quant au territoire, à ce qui a été enlevé, que je vois difficilement comment le processus de guérison peut s’amorcer. J’en suis sortie abasourdie, écrasée par le poids de ce passé, et avec l’impression que la seule chose que les blancs pourraient faire ce serait de retourner dans le temps ou alors de ficher le camp. Bref…

Je sais que ça n’a pas fonctionné pour tout le monde, mais j’ai trouvé virtuose la façon qu’à l’auteur de faire vivre devant nos yeux, à travers quelques facettes d’une quinzaine de personnages, toute une communauté urbaine, très variée, très diverses. Il y a beaucoup d’abus d’alcool, certes, beaucoup de détresse aussi. Mais chacun a son histoire et une voix qui lui est propre. Certains sont nés de familles dysfonctionnelles, d’autres de parents ou de gardiens aimants. Certains sont éduqués, d’autres n’ont pas pu. Certains embrassent leur identité « indienne » (c’est le terme utilisé en anglais alors j’ai eu mal à changer pour la chronique) tandis que d’autres se cherchent davantage. Certaines parties font froid dans le dos et malgré le côté décousu, le portrait dressé a été pour moi un véritable coup de poing.

Certaines histoires m’ont plus touchée que d’autres. Celle de Jackie et d’Opale, ou encore ce jeune danseur qui veut voir son premier powwow ou Blue, élevée dans une famille blanche mais retournée vers ses racines. Il y a beaucoup de colère, de désespoir, mais on sent venir la résilience aussi. J’ai aimé découvrir les liens entre les histoires, été choquée par le racisme et la violence, eu la coeur brisé une fois ou deux.

Un roman qui s’éloigne des clichés, profondément urbain, parce qu’être autochtone, ça ne veut pas juste dire « grands espaces » et réserves. Une chose est certaine, c’est officiel que je relirai Tommy Orange, avec sa couleur en guise de nom de famille.

Ma participation au mois américain 2020

17 Commentaires

17 pings

Passer au formulaire de commentaire

  1. Il est toujours dans ma PAL… Je vais essayer de l’en sortir pour ce mois américain !

    1. Très bonne idée. Il vaut la peine d’être lu et j’ai été marquée pour ma part.

  2. Une lecture marquante.

    1. Difficile de ne pas être frappé par tout ça. La condition des autochtones en ville, il me semble que je connais peu.

  3. Tout comme toi, si certaines voix m’ont plus ému que d’autres, j’ai aimé écouter ce cœur autochtone.
    Si tu as aimé suivre le quotidien de membres des First Nations dans un environnement urbain, je te recommande chaudement l’excellent recueil de Bryan Washington : Lot

    1. Je prends note! Ça m’intéresse beaucoup.

    • krol sur 11/09/2020 à 15:45

    Je pourrais dire la même chose que Autist Reading… Et c’est un roman que j’aimerais relire, tellement il est foisonnant.

    1. Je pense que je le relirai un moment donné aussi. C’est un roman qui ouvre tellement de portes.

  4. Je l’ai lu en version audio et je crois que ce n’était pas le bon format. J’étais perdue avec tous les personnages. Dommage.

    1. J’ai tenté en audio… et j’ai rapidement changé pour la version papier.

  5. J’ai tellement aimé ce livre! Il est fort et puissant. Je le conseille aussi autour de moi. Il en vaut la peine.

    1. Tout à fait d’accord. Ça a été un total coup de poing.

    • choup sur 15/09/2020 à 03:58

    Très envie de le lire avant de lire ton billet, mais je l’avais oublié, dans toutes les envies qui s’accumulent. Et là piqûre de rappel, merci!! je vais voir si il est dispo à ma bibli.
    je peux comprendre ton sentiment, de révolte et de découragement. c’est tellement ignoble ce qu’ils ont subi, tellement traumatisant pour des générations et des générations. Et je crois que, malheureusement, trop peu de Blancs ont conscience de ça.

    1. Oui, lis-le! Je suis fort curieuse de voir ce que tu en penserais. J’espère que ça va te secouer autant que moi.

    • Lilly sur 18/09/2020 à 04:49

    C’est vrai que je ne me suis jamais posé la question des premières nations ailleurs que dans les territoires réservés. Aux Etats-Unis ou au Québec, je ne les ai identifiés que dans ces lieux. En tout cas, ce livre semble passionnant, je l’ai enfin noté même si j’avais déjà lu des billets dessus).

    1. C’est un thème que je n’avais jamais exploré non plus… du coup, j’ai été totalement happée.

    • Enna sur 26/09/2020 à 13:57

    Comme Sylire je l’ai lu en audio et contrairement à elle, j’ai beaucoup aimé, je me suis laissée porter par ces histoires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.