Girl Online – Zoe Sugg

Girl onlineJe récris cette chronique parce que ma première version, si elle disait exactement la même chose, ne tenait pas compte de ce que j’ai su APRÈS ma lecture.  Mais je m’explique.

 

C’est la fille d’une copine qui m’a fichu sa liseuse sous le nez en disant : « il faut que tu lises ça, Zoella est trop cool, je l’adore. ».  Bon, pour que la choupette (13 ans quand même) lise en anglais, je me dis que ça doit valoir le coup. En fait, je pensais que c’était une copine à elle ou la grande soeur d’une copine… bref, qu’elle la connaissait.   Je lis le roman, un roman YA bien sucré, dans l’ambiance de Noël, dans lequel je passe un bon moment malgré les clichés, qui sont quand même nombreux.  C’est Noël, alors des gâteaux et de l’aventure, ça me convient tout à fait.  Et je m’attendais à ça, en fait.

 

Puis, je vais voir sur Goodreads et je vois le bordel qu’il y a là bas.  Des gens, qui adoooorent et tout plein de une étoile qui disent que c’est de la m…  Là, je fronce les sourcils.  J’ai lu pas mal de romances YA.  J’ai lu du bon et du moins bon.  Et même si ce n’est pas dans mon top romances, c’est looooin d’être le pire YA que j’ai lu, tant au plan de l’écriture qu’au plan de l’histoire.  Croyez-moi, il y a pire.  VRAIMENT pire.   Du coup, la question qui me taraude… « mais pourquoi tant de haine? »

 

Après un peu de recherche j’ai réalisé que la Zoella en question était une star de YouTube britannique, une vlogueuse  beauté et vie quotidienne, je pense.   Suivie par des millions de personnes.   Et suite à une discussion avec Justine de Fairy Neverland, je réalise qu’il y a une grosse polémique sur le fait qu’elle aurait utilisé un ghostwriter pour écrire le roman.  Elle, elle dit qu’elle a été aidée.  Bref, c’est le zoooo dans le merveilleux monde de l’internet, comme dit ma mère.  Et considérant le thème du roman… c’est limite ironique, nous sommes-nous dit.

Mais je m’explique.

 

Girl online, c’est Penny, 15 ans.  Penny sent qu’elle ne peut être honnête et vraiment elle-même avec personne, sauf son meilleur pote (gay… cliché numéro 1) Elliot, un ado très stylish.  Donc, pour s’exprimer vraiment, elle ouvre un blog, Girl online (de là le titre), qui fonctionne assez bien, et dans lequel plein de jeunes se reconnaissent.  Au début du roman, elle est dans l’ombre de sa meilleure amie Megane, qui semble évoluer dans une tout autre direction qu’elle (et être une mégabitch tant qu’à moi… cliché numéro 2), elle est une machine à gaffes sur 2 pattes (welcome to my life, Penny), a un gros kik sur Ollie, le beau gosse de l’école… et, depuis un accident de voiture, a commencé à faire des crises de panique, auxquelles elle ne comprend rien.

 

Elle s’ouvre donc de tout ça sur le blog, en restant anonyme, bien entendu.  Puis, par un concours de circonstances, sa mère, qui est organisatrice de mariages à thème, a un contrat de dernière minute… à New York.  Du coup, hop, voilà tout ce beau monde parti pour quelques jours, dans le temps des fêtes, à presque-Noël.  Et New York à Noël… c’est féérique.  Et là, elle va rencontrer le petit fils de Mme traiteur… et…

 

Bon, vous devinez la suite.  Et parce qu’elle est blogueuse, elle va en parler, toujours en restant anonyme.  Et bien entendu, ça ne va pas se passer comme prévu.

 

Est-ce que j’ai passé un bon moment?  Oui, bien sûr.  C’est Noël.  J’ai envie de sucré, de sweet, de flocons de neige et de coating de guimauve.  C’est ça que je recherchais.  Trop sucré et fluffy, direz-vous?  Oui, vous pouvez.  On flirte avec l’overdose.  Mais en s’y attendant (la choupette de 13 ans qui n’a pas encore donné son premier french kiss a trouvé ça super… du coup, je savais à quoi m’attendre hein!), ça passe.  Des clichés?  Yep.  Beaucoup.  Mais pas plus que dans d’autres romances YA.  Le mec est parfait, il a un secret (qu’on devine assez vite… nous, mais pas Penny, of course).  Les personnages manquent-ils de nuances?  Peut-être… mais sincèrement, j’ai vu pire.  Le meilleur copain, entre autres, n’est pas parfait et Penny, des fois, ne voit pas plus loin que le bout de son nez et a des vraies réactions de fille de 15 ans, avec toute la retenue que ça implique (des fois, j’avais le goût de la secouer un peu!!!).

 

Par contre, ça se lit tout seul (en une petite soirée), on le lit avec un sourire, ça donne le goût d’aller se balader à New York à Noël (d’ailleurs, les descriptions de New York sont géniales… adoré!), de manger des cupcakes, de revoir Downton abbey et de loger au Waldorf.   Ca rappelle le premier amour, quoi.   Certaines scènes sont très cute (la petite soeur de Noah, est sweeeet) et j’ai eu quelques éclats de rire aux gaffes de l’héroïne au début (parce qu’elle en fait moins par la suite).

 

J’ai aussi beaucoup apprécié les descriptions de l’anxiété, qui ne sont PAS DU TOUT exagérées (sérieux, si je vous emmenais dans ma tête quand je buzze, vous verriez que quelques questions qu’elle réussit à contrôler, ce n’est rien) et qui démontrent ce que ça peut être de vivre ça.   D’anticiper TOUT ce qui pourrait aller mal et d’avoir les mêmes pensées qui tournent en boucle non stop.  Et ne serait-ce que pour ça, pour montrer qu’on peut, à la longue, vivre avec, je trouve que ça vaut le coup, même si pour Penny, ce n’est pas fini.   J’ai aussi aimé qu’on parle d’internet, de cet anonymat qui n’existe pas vraiment, de la versatilité de ces gens qui nous aiment teeeeellement, et de la facilité de dire des horreurs quand on se cache derrière un écran.  Est-ce que tout se dit sur le net?  Ca implique quoi, ce que l’on dit?

 

Bref, une romance très rose bonbon et profondément ancré dans le monde actuel (après coup, je crois même pouvoir dire « dans la réalité de Zoella »), qui ne réinvente rien mais qui nous fait passer un bon moment et qui nous fait sourire.  Dans l’ambiance de Noël, quoi!

(14 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Je suis tombée hier sur la polémique (dont j’ignorais tout) et suis allée voir quelques vidéos (celle des accents, notamment), m’étais dit bon bof, quoi, mais là tu me donnes envie 🙂

    1. J’ai mis 3 étoiles je pense, sur Goodreads. Bien aimé, cute mais sans non plus adoré. Mais bon, moi, quand il est question de NY… Sérieux, cest pas ma mais ne te garroche pas là-dessus non plus. Déjà que la romance ado n’est pas ton genre de prédilection…

  2. J’ai vu la polémique aussi, surtout parce qu’un des youtubeurs que je suis déteste à un tel point Zoella que ça en devient bizarre. Apparemment, les gens ont été déçus parce que Zoella a parlé de la manière dont elle travaillait dur sur son livre alors que, bon, gosthwriter, toussa. Mais au-delà, la polémique porte surtout sur la personne et la célébrité de Zoella, qui semblerait être en couple avec un autre gros youtuber plus pour les vues (mais là, ça reste de la rumeur). J’ai regardé quelques vidéos de la demoiselle, ce n’est pas ma tasse de thé. Elles ne me dérangent pas mais ça me désole toujours de voir qu’il y a tant de vues pour l’explication d’une coiffure et moins pour des critiques de livres ou des créations youtubesques élaborées (voir les critiques de films qui font souvent de très beaux contenus, même si les critiques elles-mêmes ne suivent pas toujours la qualité de la vidéo). Bref, tout ça pour dire ce que je sais du contexte, le livre ne m’intéresse pas des masses en soi, le sucré ne passe pas pour l’instant (mais en film, bien)(allez comprendre…).

    1. Ce n’Est pas vraiment ton genre, je pense… :))
      Moi je ne connais pas la fille, je ne regarde pas les blogs beauté, je n’ai pas d’intérêt. Je sais qu’elle habite avec un autre youtuber (que je ne connaissais pas non plus hein) parce que suite à ça, j’ai fait comme Cuné et je suis allée voire des bouts de vidéos (je ne les regarde pas au complet… ) En fait, certains youtubers semblent être des genre de super vedettes, limite des marques. Je ne sais pas à quel point elle n’a rien écrit (je n’ai pas le goût de fouiller pour trouver la vérité vraie) mais c’est certain que quand on admire quelqu’un, ça peut déranger d’avoir l’impression d’avoir été trompé. Et pourquoi le mec la déteste autant, tu sais??

  3. Je ne connaissais ni Zoella, ni la polémique. Mais le livre a l’air sympa! 🙂

    1. Une romance YA. Très très fluffy. Mais bon, à Noël, on dirait que je suis prête à prendre beaucoup plus de fluff et de clichés qu’à une uatre période de l’année!

    • Angéla Morelli on 09/12/2014 at 04:17
    • Répondre

    C’est marrant, je lisais hier un article de la presse anglaise concernant la polémique. D’après ce que j’ai compris, elle n’a en réalité pas écrit une seule ligne de ce roman, elle a fourni la trame et les personnages. Le plus dérangeant, là-dedans, c’est finalement l’attitude de l’éditeur, qui a acheté un nom, certain que du coup le roman se vendrait bien…

    1. Ohhhh, la grande Angela qui commente sur mon blog! Mais je suis flattée, sweetie dearest!
      En fait, je n’ai pas tout lu de la polémique. Quand j’ai écrit mon billet, elle disait en avoir écrit une partie, la maison d’édition disait autre chose, elle ne savait pas que la maison avait révélé tout ça… bref, ça semblait le bordel et je n’ai pas non plus poussé plus loin. Oui, l’histoire est triste en soi. Je pense que certains disent que la maison a acheté le truc parce que c’était certain de se vendre et qu’elle ourrait « financer de nouveaux auteurs »… soupirons… Pour moi, c’est quand même plus cool à lire que le machin de la femme du président, là! Je ne connais pas la chaîne ni la fille (les machins beauté et moi…) mais j’ai l’impression que c’est une marque plus qu’autre chose…

      Tsé, genre le parfum de Céline (ou Britney… sais plus)… j’ai vu ça de la même manière. C’est dommage, pour plusieurs, le livre est un produit de consommation comme un autre.

  4. Ciel un webscandale et on en me dit rien, bon je n’aime pas les youtubeurs (ils m’ennuient, je ne regarde que quand mon fils m’obligent et là c’est plutôt des points cultures ou des vidéos sur les jeux 🙂 ) , je ne lis même pas de blog de beauté (bien que j’ai fréquenté quelques temps un blog de nailista mais elle était drôle)… alors c’est peut être normal 🙂 Donc en fait si je comprends bien l’éditeur a utilisé son nom pour publier (pardon vendre) un conte de noel… Chuis sûr que ce doit pas être une première 🙂 Du moment que tu as passé un bon moment 🙂

    1. Moi, je n’aimais pas… et on dirait que je commence à en apprécier plusieurs. Mais juste les blogueurs livres. Les lifestyle… pas vriament pour moi. Encore moins beauté, comme tu peux l’imaginer. Et oui, je pense que ce n’est pas du tout une première. L’éditeur a agi bizarrement, je trouve…

  5. Je suis un peu comme yueyin, les youtubeurs ne m’intéressent pas trop… J’arrive jamais à regarder une vidéo jusqu’au bout.
    Mais j’ai suivi un peu la polémique, car le livre était partout dans les tops des librairies à Londres, et que j’ai lu la 4e en me disant que je pourrais aimer. A lire en sachant à quoi s’attendre donc…

    1. Oui, voilà. Un truc bien sucré! Je commence à aimer regarder certains youtubeurs livres… mais vraiment pas tous!

  6. coucou
    moi j’ai commencé à lire le livre juste par curiosité et en cachette ( j’avais rien à lire !!! ) parce que c’était un cadeau qu’avait offert une amie à ma petite soeur et elle voulait pas me le prêter . J’avais presque finis le livre et j’étais au moment ou elle découvre que Noah est super connu et qu’il a déjà une copine, que ma soeur s’en ai aperçu et qu’elle me l’a pris … je suis en train de réfléchir comment je peux lui reprendre juste pour le finir….
    En même temps je la comprend, moi non plus j’aime pas lui prêter mes livres…

    1. Ah oui, la fin est vraiment cute! Essaie de le lui réemprunter!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils