En scène, les audacieuses! – Tonie Behar

en scène les audacieusesEn ce beau jour de juillet (yep… je n’ai pas beaucoup d’avance dans mes billets… mais j’en ai quand même un peu!), j’avais besoin de léger.  Je m’explique.  Il fait 34 à l’ombre, sans un souffle de vent.  Ma maison, c’est la version cheap d’un sauna et mon ventilateur pousse de l’air chaud.  Très chaud.  Bon, vous direz que 34, c’est rien du tout.  Mais je suis québécoise, je n’ai pas l’habitude… et je me transforme généralement en grosse larve sur le bord d’une quelconque piscine en de telles journées. 

 

Du coup, lecture légère.

 

J’ai très envie de lire « Grands boulevards » de l’auteur depuis que je vois apparaître les billets sur les blogs.  Donc, j’ai pris son roman précédent, sachant d’avance que j’aime bien sa plume.  Pourtant, une fois arrivée sur le bord de la piscine, avec ce seul roman dans mon sac, j’ai eu peur.   En fait, j’aurais dû lire la 4e de couverture.  Le monde du disque, une femme haut placée, les politicailleries de labels et les coups bas de ces requins… mais ça ne m’intéresse pas du tout moi!  Je sais que plusieurs personnes adorent ce monde, les stars, ce glamour… mais pas moi.  Vraiment pas.  Et j’ai tout de suite été pris d’une antipathie immédiate pour Sandra, la soeur de Déborah, l’héroïne, qui incarnait pour moi la superficialité totale teintée de jalousie et de compétition mal placée. 

 

J’avoue donc que j’ai pensé abandonner, même si j’aimais toujours autant la façon de raconter qu’a Tonie Behar.  Mais… imaginez-vous que je n’avais aucun autre livre!  J’ai donc continué.  Et j’ai bien fait parce que finalement, j’ai bien aimé cette histoire, une fois passées les 60 premières pages.  Lu en un après-midi, ce roman était tout à fait ce dont j’avais besoin.  Une comédie romantique sans prise de tête. 

 

Nous suivons donc Déborah, directrice de label dans une maison de disque, et Nelly, sortie de nulle part, n’ayant l’air de rien, mais ayant un réel talent.   Les deux côté de la barrière donc.  Le monde du disque ne va pas très bien, avec les téléchargements illégaux, les baisses de ventes et tout ce qui va avec.  Si ça ne fait pas l’objet principal du roman, c’est toutefois un bon arrière plan, qu’on sent bien recherché et bien référencé.   Des petits studios de fortune aux bureaux chics, on voit l’envers comme l’endroit de cet univers hautement glamour… à l’occasion.    Mais ce sont surtout les deux femmes que nous suivrons, à un moment où leurs vie seront bouleversées.  Déborah reverra, 7 ans plus tard, l’homme qui lui avait brisé le coeur, ex-chanteur pop à succès reconverti et Nelly rencontrera Mehdi (au sens biblique du terme), qui lui ouvrira la porte de son mini-studio pour faire des démos.  Et là, tout va s’enchaîner. 

 

Bien entendu, on voit tout venir.  On ne voudrait d’ailleurs pas que ce soit autrement.  La seule chose qui aurait pu un peu suprendre était révélée sur la 4e de couverture (humpf…  moi qui ne les lis jamais… à toutes les fois que je le fais, je me fais prendre!).   Mais j’ai bien aimé voir évoluer les personnages dans cet univers peuplé de personnages secondaires intéressants, parfois drôles (la mère de Deborah est hilarante), parfois touchants (celle de Nelly, Sven) ou harrassants (non, je ne me suis jamais réconcilée avec Sandra!).   J’ai aimé les coups de théâtre à la sauce « comédie romantique américaine », j’ai pesté parfois contre le manque de commu-ni-ca-tion des personnages, je n’ai pas nécessairement adhéré au glamour nécessaire en talons hauts mais j’ai passé un bon moment et c’est tout ce que je demandais!

12 Commentaires

12 pings

Passer au formulaire de commentaire

  1. passer un bon moment quand c’est tout ce qu’on demande, c’est réussi alors! bon courage pour cette vague de chaud! je te souhaite bcp de lectures rafraichissantes et des réserves de boissons fraiches! 😉

    1. Faelys: Voilà!  Et c’est effectivement tout ce que je demande aux comédies romantiques!

    • clara sur 03/08/2013 à 08:02

    Un bon moment sasn prise de tête  : on en a besoon dtemps en temps  et il y a des  romans qui nous les apportent donc pourquoi s’en priver ? Tell est la question du jour …:)

    1. Clara: Voilà, c’est exactement ce que je dis.  Des romans, il en faut pour toutes les occasions.

  2. je ne connais pas l’auteure je crois (c’est une femme non ?)

    1. Yue: Oui, elle a écrit quelques romans déjà.  C’est le 2e que je lis d’elle.

  3. Chaleur ou pas, les comédies romantiques ne me conviennent pas 🙁

    1. Sandrine: Passe ton chemin alors!  Car c’est en plein dans cette lignée!

  4. J’ai eu ma dose de comédies romantiques pour l’année je crois…

    1. Miss Alfie: Alors je te conseille de passer!  C’est tout à fait dans cette veine!

  5. Chère Karine je viens de tomber sur votre billet !
    je me ferai un plaisir de vous envoyer Grands boulevards si vous le souhaitez ! Vous pouvez me communiquer votre adresse par mail (tonie.behar@comedieromantique.com), je transmettrai à mon attachée de presse !
    Merci d’avoir tenu le coup et lu mes audacieuses jusqu’au bout 😉
    Bonne soirée, Tonie

    1. Tonie Behar: Ah, de la grande visite :)))  Oh mais je risque de prendre votre offre au sérieux, pour Grands Boulevards!  Même si j’habite au Québec??  Le pire qu’on peu tme dire c’est non hein :))  Merci d’être passée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.