Du bon usage des étoiles – Dominique Fortier

Le comment du pourquoi

Parce que ce roman était dans ma pile depuis sa sortie. Et un moment donné, il m’a pogné le trip de le lire. Faut pas chercher à me comprendre!

De quoi ça parle

Nous sommes en 1845, en plein milieu de l’ère victorienne. L’Angleterre veut étendre son pouvoir et son influence en trouvant le fameux passage du Nord-Ouest et deux grands navites, le Terror et l’Erebus, prennent la mer pour un voyage de deux à trois ans. Ce voyage est fort médiatisé et John Franklin, le capitaine expérimenté, riche et célèbre, laisse derrière lui sa femme Jane et sa nièce Sophia.

Basée sur une histoire vraie, celle de la désastreuse dernière expédition de John Franklin, il n’y aura pas de surprise quant à la finalité de cette histoire. Nous aurons différentes perspectives: celle de Francis Crozier, capitaine du Terror, sous forme de journal intime, mais aussi celle de Jane Franklin, sa deuxième épouse, grande voyageuse mais tout de même laissée derrière.

Mon avis

Quel bon moment de lecture j’ai passé avec ce roman. Ceux qui me connaissent savent que je suis vendue d’avance à la plume de Dominique Fortier. J’aime sa sensibilité, sa poésie et sa fluidité. Assez pour lire des livres en traduction quand c’est elle la traductrice. Moi qui, comme vous le savez, DÉTESTE lire en traduction de l’anglais au français. Vous pouvez donc vous imaginer que, cette fois encore, son écriture m’a portée et qu’elle a ajouté à mon plaisir de lecture.

Je suis aussi fan de ses constructions, de ses histoires reliées d’une façon ou d’une autre. Cette fois, nous nous baladons entre le journal de Crozier, Adam, jeune garçon avide d’apprendre et engagé sur le Terror et Jane, l’épouse de Franklin, restée en Angleterre. Le journal de Crozier, homme érudit et sensible, nous permet de jeter un oeil différent sur l’expédition, sur Franklin, les apparences et la réalité de ce qu’est une expédition dans l’Arctique. Il voit dès le départ les failles, les risques et porte un jugement parfois sans merci sur la vie luxueuse que les hauts gradés vivent malgré les dangers et la possibilité réelle que la nourriture et les équipements viennent à manquer. Il est en constant questionnement mais a laissé son coeur en Angleterre, après l’avoir offert à Sophia, la nièce de Franklin, qui n’en a pas voulu. Ce journal (fictif) nous permet de vivre la vie à bord, de ressentir le froid, l’ennui et la crainte qui s’insinuent petit à petit dans le coeur et le corps des hommes.

Quant à Jane, elle n’a rien de la pauvre petite femme timide de l’époque victorienne. Elle en a vu d’autres, profite de l’absence de son mari pour voyager mais elle tient aussi à maintenir son statut dans le monde. Entre thés, soupers et bals, le contraste entre sa vie et celle des marins est frappant. Pourtant, quand elle va commencer à s’inquiéter, elle va faire des pieds et des mains – à son niveau – pour que quelqu’un parte à la recherche de son mari.

Un roman glaçant et beau à la fois, un patchwork de témoignages habilement tissé, le tout porté par une très belle écriture. Il y a aussi une critique de la société victorienne, avec sa bienséance, ses apparences et cette volonté anglaise d’être les maîtres du monde et plusieurs touches d’humour (spéciale dédicace aux deux petits chiens de Lady Jane).

Bref, du bon Dominique Fortier!

(11 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Je l’ai dans ma bibliothèque et je ne l’ai pas encore lu. Comme toi, j’aime beaucoup cette autrice. J’ai hâte de le lire!

    1. Je l’avais depuis une éternité… je ne sais pas pourquoi j’ai attendu si longtemps.

  2. Grâce à mon blog, je me rends compte que j’ai lu ce roman il y a déjà plus de dix ans… je me souviens avoir été déçue et je me souviens même pourquoi : j’ai lu avant « Terreur » de Dan Simmons sur cette même expédition et c’est un excellent roman qui éclipse les autres…

    1. J’ai Terreur chez moi. Depuis longtemps longtemps… je pensais que c’était un roman d’horreur alors du coup, je repousse… ai-je raison d’avoir peur?

  3. Je l’ai lu l’année passée, j’en ai gardé un très bon souvenir. Moi aussi je suis conquise par la plume de Dominique Fortier.

    1. Sa voix me plaît toujours énormément!

  4. Merci pour la découverte, Karine, belle couverture et thème qui me plaît, je note !
    Bon weekend !

  5. Oh que je suis contente! Certaines personnes à qui je l’ai fait lire ont été déçue, sans doute parce que je l’avais trop vanté! J’ai découvert la plume de Dominique Fortier avec ce livre, j’ai adoré!

    1. Je pense que mon préféré d’elle est Les villes de papier. Mais celui-ci m’a vraiment plu également. Une vision différente des choses, avec un côté féminin qui m’a interpellée.

  6. Je l »a écouté pour le mois québécois et j’avais bien aimé.
    Merci radio-canada 🙂

    1. Il y a vraiment du bon sur ce site. Je profite!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils